Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW

La rencontre des associations rurales et urbaines

Société

La deuxième édition de Champs libres, organisée par la préfecture de la Dordogne, a rassemblé une cinquantaine d’associations dans les murs et le parc du bâtiment, contre une trentaine l’an dernier.

Cette initiative a été lancée l’an dernier par la préfecture de la Dordogne, qui a voulu rassembler les acteurs associatifs avec lesquels elle travaille, notamment dans les quartiers inscrits dans la politique de la ville.
Qu’elles oeuvrent dans le domaine de l’insertion, du sport, de la culture, de la citoyenneté, de la mobilité, du loisir, toutes ces associations arpentent parfois les mêmes chemins, mais sans toujours se rencontrer. Or on le sait, l’union fait la force, et ce moment qui leur est dédié leur permet de se connaître, voire d’envisager des actions communes comme l’ont initié certaines à la suite de la première édition de Champs libres, l’an dernier.
Les associations venaient principalement des agglomérations périgourdine et bergeracoise, mais aussi de Saint-Astier, Mareuil, Brantôme, et beaucoup sont de grosses structures bien implantées. L’Adie, la fédération des centres sociaux, l’association des chèques vacances, mais aussi Ciné-cinéma, le Sans-Réserve, E2C 24, le tennis club de Boulazac, celui de boxe de Périgueux, All Board Family... étaient quelques unes des associations représentées, et des scènes ouvertes permettaient d’offrir des démonstrations et initiations. Un espace était réservé pour des tables rondes, des projections... C’est une représentation théâtrale sur le thème de l’enfance et de la citoyenneté qui a ouvert la journée. Elle était proposée par Pitchouns et Grands, Conseils citoyens de Bergerac, Conte acte et partage, avec le concours de Power Siam. Ces derniers proposaient deux démonstrations de break-dance, et une lecture de let-tres était assurée par Contact 24.
Radio libre en Périgord (Rlp) était aussi de la partie, avec ses deux services civiques, Anthony et Thibault, et une technicienne, élisa. Sa journaliste, Aïda, était accompagnée par un confrère syrien, Abdullah, 30 ans, réfugié arrivé avec sa femme et ses deux enfants il y a sept mois. « Il est chez nous depuis cet été, en stage d’observation pour découvrir le métier tel que pratiqué chez nous, lui qui était journaliste dans son pays » confie Aïda.