Fil info
15:15RT : Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
15:14RT : Entraînement ce matin au Dorat de l'équipe de France de tonte de moutons et ce, avant le mondial qui va se dérouler… https://t.co/rrOwhYzOPr
12:57RT : Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
12:47Entraînement ce matin au Dorat de l'équipe de France de tonte de moutons et ce, avant le mondial qui va se dérouler… https://t.co/rrOwhYzOPr
12:39RT : Julien Lauprêtre vient de nous quitter. Président du , il était la générosité faite homme. Merci Julie… https://t.co/eL3fTHlzpG
12:39Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
12:32L'accident s'est produit à Milhac-d'Auberoche, et non Sainte-Marie...
11:55 : attention, suite à une collision entre deux voitures à Sainte-Marie-de-Chignac, la circulatio… https://t.co/idnzelJlWU
11:25RT : Au coeur de la revolution syrienne: Burning Country. Presentation avec Leila Al-Shami au MGT 26.04 21h https://t.co/u6PolgPAVH
10:35RT : Aux conférences de presse, l’ n’aime pas les questions qui fâchent. a demandé à plusieurs reprise… https://t.co/EmdPzLDPlE
10:34RT : Donc la suppression de l'ISF, c'est "pragmatique". Un cadeau de 33 euros par jour pour les 358 000 Français les pl… https://t.co/RJ9stHviQS
10:33RT : Une conférence de presse sans surprise https://t.co/YSvu6cPGJU
10:33RT : Vous avez tort de dire que est sourd. Il n'est pas sourd. Il entend. Le problème est qu'il n'entend que de… https://t.co/OuIXypL91c
10:33RT : C'est sympa de nous emprunter notre slogan, nous sommes communistes, donc partageurs. Je rêve mieux encore : que… https://t.co/lVjj5H4fY4
05:16 : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver https://t.co/sSWwZ0nll6 via
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF

« On dépasse l’acceptable »

Social

Pour la première fois depuis plus de six ans, trois syndicats de l’éducation nationale, le SGEN-CFDT le SE UNSA et la FSU s’unissent pour organiser une journée d’action, mardi, dans les premier et second degrés, qui concerne tant les personnels enseignants que les administratifs.

Il y avait bien longtemps qu’on n’avait pas eu de mouvement unitaire au sein de l’Education nationale. Avec trois syndicats localement et quatre nationalement (avec le SNAC, qui n’est pas représenté en Dordogne), c’est une vraie colère qui devrait s’exprimer mardi dans la rue.
Le monde enseignant est à bout, et ne sais plus où donner de la tête. D’un côté le gouvernement jure, la main sur le coeur, que l’éducation est une priorité nationale, il met en place le dédoublement des CP dans les quartiers prioritaires (16 classes sont concernées sur le département), et de l’autre il prévoit la suppression de 4 500 postes de fonctionnaires, dont 2 650, soit 40 %, dans l’Education nationale. Des suppressions qui vont impacter autant le premier que le second degré, mais aussi les personnels administratifs et non enseignants. « En Dordogne, nous nous sommes vite mobilisés » précisent les responsables syndicaux, Xavier Marliangeas pour le SGEN-CFDT, Jérôme Bousquet pour le SE UNSA, et Teddy Guitton pour la FSU « car nous avons déjà subi, sous les gouvernements précédents, des suppressions. Le résultat est que nous avons de plus en plus de contractuels et, c’est inédit, dans le premier degré aussi ». Ils sont en effet huit à officier dans des écoles maternelles ou élémentaires. « Si on continue à ne pas recruter, ça perdurera. On nous dit que notre territoire n’est pas attractif et que personne ne veut y venir, mais ce n’est pas le problème. Aujourd’hui, on recrute 90 personnes pour 100 qui font besoin. Or les départements ruraux, comme le notre, en font les frais à cause du manque d’infrastructures, de l’état des routes... ». Quand on leur parle de la fameuse « école de la confiance », ils rient jaune. « Nous, titulaires de l’Education nationale en poste, nous avons du mal à la percevoir, alors comment aller recruter du personnel quand elle n’est pas instaurée, que ce soit sur son fonctionnement, les salaires ou le recrutement ? » Quand le discours est à ce point à l’opposé des actes, « c’est destructeur. On dépasse l’acceptable ». Les syndicalistes se font donc le relais de leurs collègues en demandant « l’arrêt de ce projet et des suppressions de postes. C’est le mot d’ordre de la journée d’action ». Le personnel administratif devrait payer un lourd tribut aux suppressions de poste annoncées, surtout dans le second degré, et quand on leur dit que le premier degré ne sera pas impacté, les syndicalistes rétorquent : « On prétend rajouter des postes, mais ça masque une réalité sur les territoires. Car en primaire, l’augmentation du nombre de postes est biaisé, la priorité étant au dédoublement des CP et CE1 en quartier prioritaire qui ne sont que cinq sur la Dordogne. Or pour assurer ces dédoublements, on prend sur le volant de remplaçants ou sur le dispositif Plus de maîtres que de classes. Donc, on a maintenu les postes, mais certaines classes en ont profité, d’autres pas, et en zone rurale, nous n’avons pas l’impression d’être dans le bon wagon ». 16 CP sont dédoublés cette année, et donc, 16 CE1 le seront l’an prochain, ce qui engendre le besoin de 16 postes supplémentaires... dans un contexte de suppressions de fonctionnaires. Alors, sauf à déshabiller Pierre pour habiller Paul, les syndicalistes ne voient guère comment résoudre cette équation. Ce mouvement pourrait n’être que le premier d’une colère qui touche tous les fonctionnaires, et il pourrait s’étendre à toute la fonction publique, d’Etat, hospitalière et territoriale, « ne serait-ce que sur la base des salaires ».

Modalités
Les manifestants sont invités à se retrouver, le lundi 12 novembre à 10 h 30 devant l’Inspection académique à Périgueux (rue Alfred-de-Musset) avant de partir en cortège à travers la ville.