Fil info
18:01RT : Chèques énergie, carburant, eau, restaurant, vacances, loisirs... comment les toucher ? https://t.co/Q8cIl3MNd4 https://t.co/q5ilsulmE6
18:01RT : Manifestation des enseignants : le ras-le-bol derrière les pancartes fluo https://t.co/kULbIeIsqR par https://t.co/TQCHPTjgZD
17:57RT : En grève aujourd'hui car l'éducation et la jeunesse méritent mieux que la gestion comptable d'un gouvernement qui… https://t.co/AQxFu3ILpo
17:46Dordogne : La colère des retraités agricole -> https://t.co/82wCO9l2GF
17:43Région : Parce que l’école court à sa perte -> https://t.co/7kCG6Dwwxj
17:02# # - -Vienne : Le carnet de santé se dématérialise -> https://t.co/m22RMwWjSQ
16:55# # - : Ne pas oublier pour que demeure la paix -> https://t.co/vqzAyjyA9B
16:45Thierry BONNIER, rencontre les représentants de la presse locale à la résidence préfectorale. Il présent… https://t.co/ZDOP16P1Fx
15:37Boulazac : Un documentaire contre les mutilations génitales féminines -> https://t.co/Khw3O0nNeU
15:31Mareuil : L’EHPAD adopte la garantie Mon Restau responsable -> https://t.co/4KK7rzPzTR
12:15 bonjour, nous avons un communiqué de presse à vous transmettre sur les 2 postières qui se sont suicidées… https://t.co/e1OXXyJPJI
12:11 bonjour, où vous envoyer notre communiqué de presse sur les 2 postières suicidées ? merci,
12:00RT : 150 enseignants manifestent dans les rues de Tulle à l'appel de l'intersyndicale https://t.co/pOIEPojdr6
23:49France : Paix mondiale: le cri d’alarme de Guterres -> https://t.co/Z6OmwZbxnA
23:44 Si ! A La Forêt du Temple () le porte le nom d'une femme. Une… https://t.co/8QZFtqe3mo
22:42Corrèze : L’heure des choix et combats | L'Echo https://t.co/ee9A5C1gmr via
20:51Corrèze : Une date pour la mémoire -> https://t.co/rYF8w9rYGV
19:56Indre : Il y a un siècle, la fin de la guerre -> https://t.co/e8tbIiyAyv
19:54Corrèze : L’heure des choix et combats -> https://t.co/x96fzXnj8b
19:44Indre : Ekiden : environ deux mille coureurs et deux joëlettes -> https://t.co/sfVJqFQz5d
19:41Brive-la-Gaillarde : Comme des auteurs en foire ? -> https://t.co/qz4YyJbVjm
19:21Le Blanc : Une commémoration particulière... | L'Echo https://t.co/LBx3ftTwXW via Cc
19:21Le Blanc : Une commémoration particulière... -> https://t.co/wJuY28XXLD

Une exposition consacrée aux alliés

Musée militaire du Périgord

Depuis 2014, le musée militaire du Périgord est totalement investi dans les célébrations du centenaire.
Chaque année, il y a consacré une exposition spécifique, en suivant la chronologie. En cette dernière année, c’est aux alliés, et aux raisons des alliances, qu’il consacre une exposition inaugurée hier soir. Des panneaux explicatifs, mais surtout des objets, uniformes, ustensiles du quotidien, armes, carnets, dessins, cartes, documents de toute sorte sont présentés sur les trois niveaux du site. Intitulée Tous ensemble ! Les alliés, elle rappelle, pour cette dernière année du cycle commémoratif, que la principale raison de la victoire de la France en 1918 est dûe aux alliances qu’elle a su nouer. « En 1914, la France comptait 35 millions d’habitants, et l’Allemagne 70 » rappelle le conservateur du Musée, Alain Sartre. Autant dire que ce n’est pas avec sa seule armée qu’elle pouvait se défendre compte-tenu de ce déséquilibre des forces.  Au total, ce sont 24 pays qui s’engageront aux côtés des soldats de l’Hexagone, et Alain Sartre confie que chaque Nation avait ses propres raisons pour cela. La Belgique, envahie, s’est retrouvée par force du côté de la France, l’Angleterre et la Russie étaient des alliés réunis par des intérêts communs, et il y avait les autres, l’Italie qui a rejoint ce camp par opportunité, contre la promesse de territoires en Afrique, la Chine, qui au départ était neutre, a voulu se protéger des Japonais « qui profitaient de la guerre pour tenter de piquer des territoires allemands en Asie » indique Alain Sartre. Il nous apprend aussi que l’alliance avec les Russes s’est nouée, « un peu grâce au Périgord, car le chef d’état-major de l’armée russe en 1892, le général Obroutchev, était marié avec une Périgourdine native de Jaure ». Le couple y avait acheté le château, où, selon toute probabilité, il a reçu le général de Boisdeffre pour discuter de l’entrée en guerre des Russes, qui avaient besoin de deux mois pour mobiliser leurs troupes. Les Allemands le savaient, et concentraient donc leurs efforts sur le front ouest où ils pensaient en terminer avant que l’armée du Tsar ne soit prête. Mais à la demande de la France, elle y est entrée tout de suite, malgré son manque de formation, et a mis le pied en territoire germanique, obligeant les Allemands à délester le front ouest de deux corps d’armée pour venir protéger leur territoire, « sinon, la défaite aurait été encore plus rapide qu’en 1870». Tout cela, et bien d’autres choses encore, sont à découvrir dans cette exposition visible aux heures d’ouverture du musée, toute l’année sauf le dimanche et jours fériés de 14 h à 18 h.

Contacts et renseignements au 05 53 53 47 36 ou sur museemilitaire-perigord.fr