Fil info
18:39La Foire aux huîtres de Sardent a connu encore cette année un succès mérité. https://t.co/JnFw6LCOTq
18:29Indre : Mobilisés contres les suppressions de postes -> https://t.co/gu7eT6EI23
18:23Châteauroux : En route vers le monde musical et ses instruments -> https://t.co/hXemT7GeJf
18:22Parnac : Parnac débloque le compteur -> https://t.co/m7U6C8ByoH
18:18Argenton-sur-Creuse : Retour en images sur la commémoration de la fin de la première guerre mondiale -> https://t.co/Ymf2UmESQ4
18:01RT : Chèques énergie, carburant, eau, restaurant, vacances, loisirs... comment les toucher ? https://t.co/Q8cIl3MNd4 https://t.co/q5ilsulmE6
18:01RT : Manifestation des enseignants : le ras-le-bol derrière les pancartes fluo https://t.co/kULbIeIsqR par https://t.co/TQCHPTjgZD
17:57RT : En grève aujourd'hui car l'éducation et la jeunesse méritent mieux que la gestion comptable d'un gouvernement qui… https://t.co/AQxFu3ILpo
17:46Dordogne : La colère des retraités agricole -> https://t.co/82wCO9l2GF
17:43Région : Parce que l’école court à sa perte -> https://t.co/7kCG6Dwwxj
17:02# # - -Vienne : Le carnet de santé se dématérialise -> https://t.co/m22RMwWjSQ
16:55# # - : Ne pas oublier pour que demeure la paix -> https://t.co/vqzAyjyA9B
16:45Thierry BONNIER, rencontre les représentants de la presse locale à la résidence préfectorale. Il présent… https://t.co/ZDOP16P1Fx
15:37Boulazac : Un documentaire contre les mutilations génitales féminines -> https://t.co/Khw3O0nNeU
15:31Mareuil : L’EHPAD adopte la garantie Mon Restau responsable -> https://t.co/4KK7rzPzTR
12:15 bonjour, nous avons un communiqué de presse à vous transmettre sur les 2 postières qui se sont suicidées… https://t.co/e1OXXyJPJI
12:11 bonjour, où vous envoyer notre communiqué de presse sur les 2 postières suicidées ? merci,
12:00RT : 150 enseignants manifestent dans les rues de Tulle à l'appel de l'intersyndicale https://t.co/pOIEPojdr6
23:49France : Paix mondiale: le cri d’alarme de Guterres -> https://t.co/Z6OmwZbxnA
23:44 Si ! A La Forêt du Temple () le porte le nom d'une femme. Une… https://t.co/8QZFtqe3mo
22:42Corrèze : L’heure des choix et combats | L'Echo https://t.co/ee9A5C1gmr via
20:51Corrèze : Une date pour la mémoire -> https://t.co/rYF8w9rYGV
19:56Indre : Il y a un siècle, la fin de la guerre -> https://t.co/e8tbIiyAyv
19:54Corrèze : L’heure des choix et combats -> https://t.co/x96fzXnj8b
19:44Indre : Ekiden : environ deux mille coureurs et deux joëlettes -> https://t.co/sfVJqFQz5d
19:41Brive-la-Gaillarde : Comme des auteurs en foire ? -> https://t.co/qz4YyJbVjm
19:21Le Blanc : Une commémoration particulière... | L'Echo https://t.co/LBx3ftTwXW via Cc
19:21Le Blanc : Une commémoration particulière... -> https://t.co/wJuY28XXLD

« Ils disent que c’était l’enfer »

Mémoire

Hier matin la cité scolaire Bertran-de-Born à Périgueux commémorait, comme tous les ans, l’armistice du 11 novembre 1918.  Pour ce centenaire, c’est une cérémonie exceptionnelle, en présence des autorités civiles et militaires, qui s’est déroulée dans la cour intérieure.

Il y a 100 ans s’achevait la boucherie de 14/18, soit quatre générations. Pour les élèves d’aujourd’hui, on pourrait penser que la mémoire familiale s’est perdue au cours des années et des décès des témoins et acteurs de l’époque.
Franck Vasquez, instituteur à l’école Lakanal, était venu avec ses élèves à la commémoration. « Ils savent ce que sont l’armistice, la première guerre mondiale et ses dates » confie-t-il. « Ils sont plus au fait de la seconde guerre mondiale. On les entend parler de grands-pères résistants ou soldats en 39/45, mais pas de 14/18. C’est trop loin ». Pourtant, quand on leur pose la question, ils répondent : « C’est loin, mais pas tant que ça ». Et si on leur demande si elle a déjà été évoquée dans leur famille, les réponses se bousculent, et chacun a une anecdote racontée par un grand-parent ou un arrière grand-parent qui se faisait le relais de ce qui lui avait été raconté par son père ou grand-père Poilu, ou par leurs femmes ou filles. « Ils disent que c’était l’enfer », « ils parlaient de beaucoup de morts », « ils disaient que c’était terrible », « une boucherie », mais surtout ce terme récurrent dans tous les témoignages de ceux qui l’ont vécue : « l’enfer. ça revenait tout le temps ». La mémoire du conflit au sein des familles a donc traversé les générations et les arrière-arrière-petits-enfants de ceux qui l’ont vécu en sont aujourd’hui les dépositaires.
Un  élève de  6e évoque une histoire qui se raconte chez lui de père en fils, celle de l’arrière-arrière-grand-père, « qui était conducteur. Un jour, devant lui,le camion qu’il suivait a sauté sur une mine. C’était des copains à lui qui étaient dedans ». Ceux de 3e ont aussi bénéficié de cette mémoire familiale, et confient : « c’est le premier gros massacre du monde ». L’un parle d’une fratrie dont tous les fils sont partis à la guerre et aucun n’est revenu... Surtout, ils ont conscience de ce qu’a entraîné ce conflit et les conditions de l’armistice, « la seconde guerre mondiale, et tous les problèmes que nous connaissons aujourd’hui. ça montre bien qu’il ne faut rien faire en force, mais par la diplomatie ».
Guillaume Mouette, le proviseur de l’établissement, précisait qu’il y était de tradition de commémorer, à une date en temps scolaire la plus proche du 11 novembre, cet événement, devant le monument aux morts situé à l’entrée du bâtiment, et qui comporte les noms des 140 anciens élèves et professeurs décédés durant le conflit, avec l’appui de la délégation militaire départementale commandée par le colonel Arnaut Dartencet, présent hier matin. Pour le centenaire, c’est dans la cour intérieure, protégée par une verrière, que la cérémonie s’est déroulée, sous la houlette de la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, de l’inspecteur d’académie Jacques Caillaut, des Cadets de l’école de police, de représentants des pompiers, du Sma, de l’Office national des anciens combattants, de la gendarmerie, et des élèves qui ont lu des textes et déposé fleurs et gerbes. Ce conflit qui a impliqué 70 pays, a mobilisé en Europe 70 millions de soldats, occasionné 10 millions de morts, 20 millions de blessés, 6 millions d’invalides et environ 300 000 Gueules cassées dont 15 000 en France, 8 millions d’orphelins, 6 millions de prisonniers et 10 millions de réfugiés, sans oublier 14 millions d’animaux enrôlés dont 9 à 10 millions de chevaux morts au combat.

Cérémonie dimanche
La célébration officielle du centenaire de l’Armistice se déroulera dimanche aux Allées de Tourny à Périgueux, sur l’esplanade du Souvenir, à 11 h 30. Auparavant, des gerbes auront été déposées devant les monuments aux morts des cimetières de la ville, entre 8 h 30 et 10 h.