Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Quitter enfin 2018, « année des mauvaises nouvelles »

Voeux

Jeudi soir le directeur général des services du conseil départemental, Marc Bécret, et le président, Germinal Peiro, présentaient leurs voeux au personnel dans un contexte social tendu et une ruralité de plus en plus fragilisée.

Marc Bécret a été le premier à s’exprimer, et il a donné le ton de ces voeux durant lesquels les deux orateurs auront insisté sur la déliquescence de notre société et ses conséquences pour le conseil départemental, et donc ses agents.
Il soulignait que le mouvement des Gilets jaunes était révélateur de trois problématiques, « les moyens de subsistance, la dignité des personnes au regard de leur place dans la société, et la participation citoyenne aux décisions collectives ». Pour y faire face, il faut « améliorer nos pratiques pour répondre aux déceptions démocratiques », et soutenir une population fragilisée par les accidents de la vie. Le Département, en 15 ans, a doublé le budget consacré à l’aide sociale qui est passé de 115 millions d’euros en 2003 à 230 millions en 2018. Des accompagnements personnalisés et non plus stéréotypés, et la recherche de renouvellement dans la lutte contre la précarité des familles sont les nouvelles missions remplies par les agents de ce secteur, qui ont eu le renfort de quatre nouveaux salariés l’an dernier. Le département est également retenu pour expérimenter le revenu de base. Il tente également de répondre aux exigences de conditions d’existence dignes des citoyens, et Marc Bécret a rappelé les diverses actions pour le logement, la mobilité, contre les zones blanches ou pour les services publics de proximité.  (éducation, santé), ainsi que le soutien à 850 associations, et aux 505 communes. Il en profitait pour dénoncer vigoureusement l’affaire de Beynac, « projet exemplaire en tous points et bien conçu, pour lequel la décision du Conseil d’état exprime le mépris de certains envers les territoires ruraux ». Il insistait ensuite sur le rôle des syndicats, corps intermédiaires importants, et sur la participation aux élections professionnelles du mois de décembre, supérieure de 6 % à la moyenne nationale, avant de laisser la place à Germinal Peiro.

« Je suis amer »
Pour Germinal Peiro, l’année 2019 ne pourra qu’être meilleure que 2018, qui se sera terminée sur trois mauvaises nouvelles.
La première est la stagnation, depuis cinq ans, de la population périgourdine, qui « donne un éclairage sur la situation du département et les efforts à faire pour la changer. Mais la Dordogne s’inscrit dans la grande diagonale du vide, qui s’étend des Ardennes à la Bourgogne et aux Hautes-Pyrénées, où les choses se délitent ». Avec des métropoles qui sont loin de ruisseler vers les zones rurales, mais au contraire les aspirent, le président du Département consta-te : « Nous sommes les Ariégeois de Toulouse ». L’incendie du laboratoire départemental aurait pu être une catastrophe, mais la solidarité départementale et interdépartementale a permis aux équipes du site de se remettre rapidement au travail, tandis que la reconstruction devrait débuter dès cette année. Germinal Peiro en a profité pour souligner l’excellent travail, comme toujours, des pompiers. Le saccage des oeuvres exposées à Biron, « par des fanatiques catholiques » affirme le Président, « montre l’état de notre société. Quatre ans après Charlie-Hebdo, en Dordogne, ce petit signe mon-tre à quel point notre société est malade et peut être rapidement affectée par des tentations sécuritaires ». La dernière mauvaise nouvelle de l’année, tombée le 28 décembre, est bien sûr pour Germinal Peiro la décision du Conseil d’état de suspendre les travaux de la déviation de Beynac. Il est très longuement revenu dessus, qualifiant le dossier « d’affaire ubuesque, scandaleuse, qui témoigne du mauvais fonctionnement des institutions ». Au-delà des positions et certitudes des uns et des autres, l’arrêt de ces travaux risque d’avoir des conséquences financières très lourdes pour le département. Les tabliers des ponts, commandés en Italie, vont arriver la semaine prochaine, et il faudra bien les payer. Pour les entreprises oeuvrant sur le chantier, dont beaucoup sont locales, c’est une centaine d’ouvriers qui risquent de se retrouver au chômage rapidement. « Je suis amer» confiait Germinal Peiro. « ça aura des conséquences au plan national, créant une insécurité juridique pour toutes les communes, mais aussi pour les entrepreneurs privés ». Il terminait indiquant que les taux d’imposition n’augmenteraient pas en 2019, et qu’il faudrait effectuer des choix clairs pour la culture, le sport, le social et la jeunesse, et pour aider les entreprises à rester, ou à venir, sur le département. L’assistance partageait ensuite le verre de l’amitié.