Fil info
10:07 Ds 1 VIDÉO, les descendants de agent de liaison de disent ce que l… https://t.co/8o39P6S0RN
09:53Trélissac : Le nom des rues donne du sens au quotidien -> https://t.co/XjFXwFpSJ2
07:58 Et, peu à peu, le s'est enflammé… Les premiers points du https://t.co/NfvwRDV6M7
07:50Boulazac : (VIDÉO) Boulazac reçoit… et cueille Monaco -> https://t.co/3WJaodJjdZ
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex

La santé abordée de façon ludique

Santé au travail

Dans le cadre du mois de mars de la santé au travail le Service inter-entreprises de santé au travail Périgueux-Sarlat-Nontron organise plusieurs événements. Un escape game sur la question du burn out, un concert pour sensibiliser sur le bruit en entreprise et une exposition sur les affiches de prévention sur la sécurité au travail.
Le Service inter-entreprise de sécurité au travail est un des trois services de santé au travail du département. Il s’agit d’une association de droit privé vivant des cotisations des entreprises adhérentes (6 600) qui est responsable de la santé au travail de 46 000 salariés de Dordogne. Elle est dirigée par un conseil d’administration de 16 membres à parité entre les organisations patronales et de salariés. Le SIST est président par Philippe François et dirigé par Laurent Eecke.
Depuis environ deux ans, le SIST évolue dans ses domaines d’interventions, « tout d’abord parce que la réglementation a évolué et nous le permet mais aussi parce que les conditions de travail ont beaucoup changé. Aujourd’hui nous essayons d’aller beaucoup plus loin que la simple médecine du travail », explique Philippe François qui précise, « nous essayons de nous pencher davantage sur les questions de bien-être au travail. On sait que deux tiers de l’absentéisme pourrait être éradiqué à 90 % si les conditions de travail étaient meilleures, s’il y avait moins de stress, de harcèlement ou de mal-être au travail. Si on n’est pas bien au travail on est moins efficace au sein de l’entreprise et c’est toute l’économie qui s’en ressent donc nous avons mis en place un certain nombre de choses comme des ateliers Benanança auxquels participent des chefs d’entreprises, des DRH, des salariés et des syndicalistes sur des thèmes différents. Les deux derniers étaient sur le rire au travail et l'illettrisme au sein de l’entreprise. Ce thème fera d’ailleurs l’objet d’une journée spéciale au mois de septembre. Le prochain sera sur le thème du shiatsu et de la sophrologie ». Une vingtaine de personnes en moyennes participent à ces ateliers et le SIST vise avant tout un public qui pourra être prescripteur de ces bonnes pratiques autour de lui.
Un escape game médical
Et, preuve que le SIST évolue, sur les 57 salariés de l’association on compte une quinzaine de médecins, mais de plus en plus d’ergonomes, psychologues, techniciens hygiène et sécurité et infirmières. Dans le cadre du mois de mars de la santé au travail, le SIST va proposer plusieurs événements avec une première en France, un escape game médical. « Nous avons découvert que le Dr David Labrosse avait mis en place le premier escape room santé. Les escape games sont des jeux qui sont très tendance en ce moment mais celui-ci est sérieux puisqu’il traite de la question du burn out ou encore « syndrome d’épuisement professionnel ». Il s’agit d’un vrai sujet d’actualité dans l’ensemble des entreprises de France et la Dordogne n’y échappe pas. Il est difficile d’avoir des statistiques mais nous sommes très vigilants sur cette question et nous essayons d’en parler. C’est d’ailleurs la spécificité du médecin du travail à qui l’on dit des choses dont on ne parlerait pas forcément à son généraliste. Nous allons donc faire venir le 12 mars sur le parking une cabane dans laquelle des équipes de quatre personnes vont s’enfermer pendant une heure. L’histoire est celle d’un patron qui prend la voie d’un burn out et les salariés se disent qu’il commence à péter les plombs. Ensemble ils doivent  trouver des solutions pour régler cette situation et sortir de la pièce. Le jeu sera suivi d’un débriefing avec un médecin du travail ». Cinq séances d’une heure pour quatre joueurs sont ainsi prévues sur la journée. « Le nombre de places est certes limité, mais c’est un focus sur ce que nous faisons toute l’année sur le burn out », explique Laurent Eecke qui précise que « un tiers des inaptitudes au travail que nous prononçons sur les plus de 30 000 consultations que nous faisons par an sont liées à du mal-être au travail. Cet escape game est donc un coup de projecteur sur cette thématique et c’est une innovation complète qui va sortir pour la première fois en France. David Labrosse l’a créé lorsqu’il a passé sa maîtrise sur la ludification en santé selon laquelle on retient mieux les choses en incarnant une situation ou un personnage que lors d’un cours magistral. Il avait d’abord testé ce jeu auprès d’étudiants sur la question de la dépression et des risques suicidaires. Une fois le jeu terminé et après le débriefing, cela permet aux participants de mieux comprendre les risques psycho-sociaux pouvant mener au burn out ». Le but de la journée : toucher les dirigeants d’entreprises, les influenceurs ou les prescripteurs. « Si on voit que ça marche et que les gens nous le demandent on pourra le refaire aussi souvent que possible, c’est notre rôle ». Et Laurent Eecke de préciser que si le burn out ne fait pour l’instant pas l’objet d’un consensus scientifique, le SIST prend la question très au sérieux, « le burn out c’est en moyenne six mois d’arrêt pour ceux qui ont la chance de reprendre ». Lors de cette journée, il sera également possible de découvrir au SIST l’exposition « La prévention s’affiche avec l’INRS (Institut national de recherche et sécurité) » composée d’une quinzaine d’affiche de prévention illustrant les grandes évolutions de la société et du monde du travail en général. Une borne interactive permettra de découvrir une sélection de 70 ans d’affiches de l’INRS, une exposition qui avait été présentée à la Cité des sciences de la Villette.
Un concert qui va faire du bruit
La seconde initiative aura pour thème la santé auditive et le bruit. « Nous avons fait des ateliers là-dessus mais nous avons voulu faire les choses en plus grand en tenant compte de l’évolution de la société, beaucoup de jeunes ayant une mauvaise audition. C’est quelque chose que nous avons tendance à oublier. Nous vivons dans un environnement bruyant et on ne s’en rend plus compte. Donc nous avons décidé de faire du bruit sur le sujet en organisant un concert sur le thème du bruit et autour de la santé au travail », explique Philippe François.
A 18 h le 20 mars se déroulera donc au Sans Réserve le spectacle de Yes Ouïe Can par la Cie Virus de Saint-Astier qui avait déjà fait un spectacle sur le sujet pour la jeunesse et les risques de la musique amplifiée qui a été revu pour être adaptée à la thématique de la santé auditive au travail. « Le but c’est de provoquer la réflexion sur les conséquences du bruit au travail pendant deux heures, c’est ouvert à tous et c’est gratuit », explique Philippe François. « On va reproduire de manière ludique sur scène, dans des saynètes, le bruit en entreprise et après chacune d’elle, nos professionnels donneront des explications sur le bruit, sur ses effets, savoir s’ils sont réversibles ou non ou encore sur les solutions qui sont proposées comme les bouchons themo-moulés personnels qui remplacent les casques trop inconfortables », précise Laurent Eecke. Une initiative qui s’inscrit également dans le cadre de la journée nationale de l’audition qui se déroule le 14 mars et à laquelle le SIST participe pour la troisième année.
Le spectacle, les expositions et l’escape game sont gratuits et ouverts à tous. Renseignez-vous au 05 53 45 45 00.

adidas AlphaBounce Release Date