Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM

« Cachez cette misère que je ne saurais voir »

Le maire de Périgueux vient de prendre un arrêté anti-mendicité, qui fait vivement réagir.
L’argumentaire pour justifier cette décision est éculé : il s’agit de ne pas heurter les touristes venant profiter des douceurs du Périgord. Le motif précis, stipulé sur l’arrêté, est : « l’équipe municipale souhaite faciliter la circulation des Périgourdins et des touristes attendus ». évidemment, il est nécessaire de montrer, à côté, un axe très social à cette décision : « Les contrevenants aux dispositions du présent arrêté, sans ressource et/ou sans domicile, seront informés des possibilités de prise en charge par les services sociaux et pourront être orientés vers les structures d’accueil de la ville ou de ses partenaires (associatifs, Grand Périgueux…). Dans ce sens, les établissements à caractère social de Périgueux seront sensibilisés davantage à l’accompagnement et aux aides à apporter aux personnes en difficulté ». On pensait que c’était le cas toute l’année...
Sans surprise, cet arrêté déclenche les foudres de l’opposition municipale, qui indique dans un communiqué : « Nous condamnons fermement cette décision inefficace qui stigmatise la pauvreté et dévoile l’absence de politique sociale du maire. En effet, après cinq années de mandat, nous devons nous interroger sur les actions conduites par la ville pour accompagner les plus fragiles et lutter contre la pauvreté. Nul ne peut se résoudre à mendier dans la rue, hiver comme été, par agrément, passe-temps ou oisiveté. Seule une précarité avérée et persistante peut y conduire. D’autres municipalités ont su traiter ce sujet à la racine par un accompagnement social en centre d’hébergement (Paris, Rennes…) au bénéfice de la population et des personnes concernées ». Au delà du problème de la pauvreté récurrente, l’opposition y voit aussi « l’échec de la politique de sécurité publique conduite par le Maire et son équipe depuis 2014. En effet, Antoine Audi s’appuie sur l’augmentation croissante de mains courantes déposées auprès de la Police municipale pour justifier sa décision ». Enfin, elle s’interroge, « sur une dérive autocratique qui se confirme. Pour les deux précédents arrêtés, un débat avait pu se tenir en Conseil municipal. Le Maire, fragilisé par sa majorité, s’estime désormais délié de toute obligation démocratique ». De son côté la liste Périgueux ? Et pourquoi pas ! s’indigne : « A la peine sur ses grands projets d’aménagements, que ce soit le serpent de mer du quartier Montaigne ou le ragout indigeste de la manufacture gourmande, Antoine Audi cherche à maladroitement se relancer en réactivant le clivage gauche-droite par l’édiction d’un arrêté anti-mendicité, que toute la gauche ne peut que condamner. Aussi, nous ne pouvons que souhaiter que les associations et collectifs qui veillent au respect des droits et de la dignité des personnes à la rue, se mobilisent, et nous leur apportons d’ores-et-déjà notre complet soutien de principe à toute action qu’ils souhaiteraient entreprendre à cette fin ».  

Air Jordan I Mid