Fil info
13:15RT : : une réforme qui s'attaque aux comme au . L’ensemble des interlocuteurs s… https://t.co/5TiCvKQhIF
13:14RT : Le rapport du gouvernement sur les travaux des époux Rugy confirme donc la réalisation d’un dressing sur mesure en… https://t.co/bevjgUrVWM
13:06[] Interview d’, pilote de l’ 2019, pour à . https://t.co/qXwRUPKZBB
12:17 Aucun souci... https://t.co/FNDIa7bwzn
12:16Sécheresse, le département de la Haute-Vienne placé en "crise renforcée"
12:14Canicule oblige, Le golf est ouvert aux pratiquants de 6h30 à 13h et de 18h à 22h. L’accueil ferme quant à lui à 19h30.
12:12 Quelle honte! Ils vont laisser quoi les petits salariés dont on est en train de casser la retraite… https://t.co/JlSpu1xcnS
12:08 Oups! Erreur rectifiée aujourd'hui.
09:38Châteauroux : Périple berrichon en petites voitures | L'Echo https://t.co/7CGZCahLNl via
08:49L’ECHO 22 juillet : Merci d’avoir relayé notre lettre ouverte. Pour info, c’est mon prédécesseur q… https://t.co/8mvjb2nJ41
07:38Région : Les vieux gréements mettent le cap sur Vassivière -> https://t.co/XzX1xmoVoI
22:59RT : Les « Patrick, je t’aime » fusent de tous les côtés. La bruelmania est toujours bien là ! https://t.co/f3mMJHGKwm
22:55Les « Patrick, je t’aime » fusent de tous les côtés. La bruelmania est toujours bien là ! https://t.co/f3mMJHGKwm
22:03RT : Dernière soirée pour . est sur scène et enchaîne morceaux récents et plus anciens, r… https://t.co/yFlQqOlnth
21:48Périgueux : Hussein Khairrallah veut « rassurer » l’opinion -> https://t.co/qOFSVvuy3C
21:35Périgueux : Le MoDeM pense tenir son homme providentiel -> https://t.co/hNL9Y23dxn
20:50Dernière soirée pour . est sur scène et enchaîne morceaux récents et plus anciens, r… https://t.co/yFlQqOlnth
20:06Gros-Chastang : Un labo à la croisée des projets -> https://t.co/WDifXIAyqZ
19:06Périgueux : Mimos 2019, une continuité ouverte -> https://t.co/eqRWgaL3Ya
19:04Périgueux : L’art, les hommes, le monde -> https://t.co/hl1enMiEYZ
19:02Saint-Marcel : Une découverte fortuite lors des travaux de restauration du temple 3 -> https://t.co/6jDl6OcbaQ
19:01Le Blanc : Un tournoi entre chevaliers du 21e siècle -> https://t.co/TCkPCNQ5Au
19:00Châteauroux : Périple berrichon en petites voitures -> https://t.co/P7uZwcokUr
18:59Indre : Chopin, l’illustre hôte de George Sand -> https://t.co/iFFIYSXP8q
16:44# # - -Vienne : Déclenchement du niveau 3 alerte canicule en Haute-Vienne -> https://t.co/1BZJpCRFYz
16:21Déclenchement du niveau 3 - alerte canicule du plan départemental canicule en Haute-Vienne.
14:23RT : 🔴 Le vient d’activer le "niveau 3 – alerte " du plan départemental de gestion de la canicule, en… https://t.co/oRhcn9xcu3
14:21RT : Pour accélérer la transition écologique, Macron remplace François de Rugy par un panneau solaire https://t.co/tFm5ytQbfo
14:14RT : Mon père est algérien, ma mère est française. Je suis né à Paris, j'ai grandi à Alger. J'aime la et l'… https://t.co/n9Ho5xoELS

Mon sexe n’est pas mon genre

Société

A l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie, le collectif Lgbt Dordogne organisait une soirée à la Filature de l’Isle à Périgueux, autour de la transidentité. Deux films suivis d’échanges ont permis d’aborder ce sujet encore méconnu, et parfois difficilement appréhendable.

Pour certains d’entre nous, notre sexe correspond à notre genre. Mais pour d’autres, ce n’est pas si simple.
Naître dans un corps de femme et se sentir profondément homme, ou l’inverse, est une souffrance que ne peuvent comprendre que ceux qui la traversent. Il en est aussi qui naissent avec les attributs des deux sexes, et ce sont alors les parents et le médecin qui décident de celui qui sera annoncé à l’état-civil. Une fois cette démarche faite, difficile de revenir en arrière, et si l’enfant ne se sent pas à sa place dans celui qui lui a été attribué, c’est ensuite un parcours du combattant pour en changer, même si on ne parle que du volet strictement administratif. « La loi pourrait évoluer » précise Stéphane, du collectif Lgbt Dordogne. « C’est actuellement à l’étude, et dans ces cas précis, la décision pourrait revenir à l’enfant une fois atteint l’âge de 16 ans ». Les deux films projetés durant la soirée traitaient de ce sujet :« Fille ou garçon, mon sexe n’est pas mon genre», et « Vos papiers », de bruce, qui sera présent pour échanger avec le public après la projection. Ils traitent tous deux des problématiques d’identité administrative et des difficultés rencontrées pour changer sa carte vitale, ses pièces d’identité... Trois personnes concernées par la transidentité ont témoigné de leur vécu. Charlie, Sacha et Sarah ont tous trois changé de vie à des âges et des périodes différentes de leur existence. « C’est de toutes les façons compliqué » remarque Stéphane,  « car il faut lutter sur deux fronts : celui du regard des autres, ce qui est peut-être le plus facile, et celui de son propre regard ».  Pour Sarah, ce dernier point, « ce combat intérieur », a été le plus difficile. « Au même titre que l’homosexualité, on le vit tous de façon différente, car on évolue dans des milieux divers. Il y a donc des choses qui sont plus ou moins acceptées en fonction de ces der-niers » reprend le militant. Malgré tout, la hausse des agressions homophobes prouve que certains ont encore une vision très manichéenne des êtres humains, qui devraient être tous semblables dans leurs envies, besoins et comportements, même sexuels. Leur augmentation peut être attribuée à deux paramètres : le mariage pour tous a mis au grand jour les attentes d’une partie de la population par rapport à ses droits à s’aimer et à vivre son ou ses amours comme elle l’entend (ce que font déjà les hétérosexuels),  et par conséquent à fait sortir du bois les obscurantistes de tout poil. « Avant, on en parlait très peu, car c’était caché. Mais quand il y a eu des décès liés à la sexualité différenciée des victimes et que ça a été reconnu, ça a été une avancée». Pour autant, il note que ces agressions sont « en dents de scie. Elles ont explosé il y a six ans lors des discussions autour du mariage pour tous, puis c’est retombé, mais ça revient périodiquement ». Il constate que l’acceptation des Lgbt rentre de plus en plus dans les moeurs, « ce qui fait que lorsqu’il y a des agressions, ça se voit plus, et les victimes hésitent moins à porter plainte ». Des associations, comme Sos homophobie ou France-victimes les aident et les accompagnent, et les forces de l’ordre ont été mieux formées à ces problématiques. Des artistes, sportifs, personnalités politiques n’hésitent plus aujourd’hui à révéler qu’’ils sont Lgbt, et « ça décomplexe, ça rassure, ça lisse l’image » estime Stéphane. « Mais il faudra encore du temps ». Le combat pour la transidentité débute, et il est dé-sormais nécessaire d’expliquer ce que c’est exactement. Si l’homosexualité, « c’est une femme qui aime une femme, ou un homme qui aime un homme, ça reste binaire » plaisante Stéphane. Là, il peut s’agir d’une personne très féminine, mais dans un corps masculin, ou l’inverse, ce qui implique qu’il faut accepter un corps qui ne renvoie pas du tout l’image de ce qu’on est profondément. Le collectif Lgbt de Dordogne a été créé il y a trois ans, pour être ouvert à tous ceux qui ont besoin de soutien, de conseils, d’accompagnement... Il est toujours à la recherche de bénévoles.

Ce que dit la loi
En cas d’agression, si le caractère homophobe ou transphobe est retenu, la peine encourue est portée à un an d'emprisonnement et 45 000 € d'amende. La diffamation privée est punie d'une contravention de 38 €. Si le caractère homophobe ou transphobe est retenu, la peine encourue est portée à 1 500 €.

Nike Air Max 1 Blue Fury AH8145-002