Fil info
13:56C'est la rentrée politique.Une belle délégation des militants .Un esprit de rassemblement et d… https://t.co/baIBgDXr7F
13:21Comme disaient les grands-mères : le plus intelligent des deux cède. Bravo pour la responsabilité dont font part le… https://t.co/ckdCzVz65Z
13:18RT : 📢 ALERTE. Après la presse entravée, trois observateurs de interpellés à Bayonne, en marge de la manifestati… https://t.co/0D4k3uT6z2
13:18RT : Totalement solidaire avec ces interpellés. Inacceptable provocation des Autorités avec arrestations et poursuites a… https://t.co/warnhIIVk8
13:17RT : Manifestation anti G7 à Bayonne : des intimidations inacceptables - Ligue des droits de l’Homme https://t.co/4aboYIzDwR
13:16RT : Délit d'intention. C'est nouveau ça, ça vient de sortir. Et c'est en France ! Y'a du boulot ! https://t.co/X9COTU7MiN
10:26Agonac : Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang -> https://t.co/FWDYwAe2r0
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf

Une centaine de personne contre l’arrêté anti-mendicité

Social

Une centaine de personne a participé à la manifestation contre l’arrêté anti-mendicité pris par Antoine Audi. A l’appel de la LDH, se sont joints PC, PS, Génération-S, France Insoumise, POI, EELV ainsi que des Gilets jaunes contre cet acte scandaleux.
Un arrêté, « qui vise une fois de plus à exclure les gens qui sont dans les situations les plus précaires et en difficulté et ne résout rien à leur situation. Il s’agit de la volonté du maire de faire place nette pour les touristes. Pourtant la mairie à les moyens de les accompagner par différentes structures et les travailleurs sociaux. Mais Antoine Audi a fait le choix d’une politique de droite pour aller vers celle la plus extrême dans des visées électoralistes », a expliqué Laurent Jamboué du PS. C’est ensuite Olivier Riffet secrétaire de la section PCF de Périgueux qui a pris la parole pour condamner cet arrêté, « la chasse aux pauvres et aux plus démunis est devenue un passe-temps récurrent pour la droite qui s’attaque aux plus faibles. La mendicité est licite depuis 1994. Elle peut être réglementée voire interdite si elle porte atteinte à l’ordre public. Mais les troubles à l’ordre public peuvent avoir bien d’autres origines que la mendicité. Interdire de mendier est un acte grave, entravant la liberté de circulation ». Pour Olivier Riffet, il s’agit d’un aveu d’échec de la droite « car il y a mieux à faire en développant une politique sociale comme le transport gratuit à Péribus, des arrêtés anti coupure d’électricité ou d’eau. Mais surtout répondre à la détresse sociale  des Périgourdins. Aujourd’hui la manière de gouverner de la droite à Périgueux, c’est stigmatiser les pauvres et servir les intérêts des grands groupes privés. En excluant les pauvres du centre-ville, la droite signe la fin de la liberté de déplacement. Cette mobilisation montre qu’il est temps que ça change politiquement. M. Audi semble draguer, avec cet arrêté aussi bien les marcheurs que les fachos de tout poils, puisque cet arrêté ressemble farouchement à celui mis en place dès son arrivée par un maire Front national, Steeve Briois à Hénin Beaumont. C’est encore une fois la traduction de la politique de classe que mène la droite et ses sbires. Ainsi il faudrait criminaliser les pauvres et les chasser du centre ville tout comme on chasse les Roms ailleurs en France ». Marie-Moulènes pour Génération-S s’est réjouie que « la gauche arrive à se rassembler sur des sujets importants car il est inadmissible d’exclure du territoire municipal des citoyens qui ont le droit de s’y trouver comme les autres. Ce sont les plus pauvres d’entre nous et au lieu de les repousser nous avons besoin de les accompagner. Il y d’autres moyens pour rendre le centre-ville attractif comme le dit M. Audi, ça ne se règle pas comme ça mais par des actions sur le tourisme, l’urbanisation ou le commerce ». Pour Robert Barbancey d’EELV, « ce nouvel épisode anti-mendicité est un mauvais rêve fiévreux d’Antoine Audi qui intervient à la surprise générale des habitants et des élus et en l’absence d’événements particuliers même s’il évoque des main-courantes à la police municipale. Nous avons d’ailleurs demandé à les voir. Il a voulu réveiller les vieux démons de la droite conservatrice. Chez EELV entre le chemin qui mène à l’extrême droite et au repli sur soi et celui de la solidarité et du vivre ensemble, nous avons choisi depuis longtemps notre voie ». Franck Merlin-Anglade de la LDH a ensuite pris la parole, « dans Ligue des Droits de l’Homme, il y a Droits et nous nous sommes emparés de cette question en faisant un recours gracieux. Et s’il n’aboutissait pas nous irions plus loin et jusqu’au bout avec les forces vives de la section ». Jean-Louis Bagot du POI a dénoncé une dérive autoritaire dans un contexte social globalement tendu. Enfin Delphine Labails porte-parole de l’opposition municipale a précisé que « cette décision a été prise par le maire, seul dans son bureau et sans que ça soit mis au débat en conseil municipal. Donc nous demandons son annulation et son inscription à l’ordre du jour du prochain conseil municipal comme nous l’avons fait les deux fois précédente. Nous avons saisi la Directrice générale des services pour avoir accès aux mains-courantes que le maire évoque afin de vérifier leur véracité. C’est scandaleux de vouloir mettre à l’abris de nos yeux et de ceux des touristes une partie de nos concitoyens sous prétexte qu’ils sont pauvres et amenés à mendier ».
Philippe Jolivet

nike air max 90 black