Fil info
14:03À lire avec attention. c’est une idée à travail… https://t.co/r9JM3uYj62
13:46Boulazac : Matthieu Ricard et Alexandre Jollien à Boulazac -> https://t.co/QfJ02ReLsH
13:44Merci à pour cette mise en lumière des activités du ! Un club avec des enfants qui viven… https://t.co/ITA7UL2gpZ
10:07 Ds 1 VIDÉO, les descendants de agent de liaison de disent ce que l… https://t.co/8o39P6S0RN
09:53Trélissac : Le nom des rues donne du sens au quotidien -> https://t.co/XjFXwFpSJ2
07:58 Et, peu à peu, le s'est enflammé… Les premiers points du https://t.co/NfvwRDV6M7
07:50Boulazac : (VIDÉO) Boulazac reçoit… et cueille Monaco -> https://t.co/3WJaodJjdZ
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC

La gendarmerie sort de ses murs

Société

Le lieutenant-colonel Louis Pauty s’est vu officiellement remettre hier, par le général d’armée Jean-Pierre Michel, le commandement du groupement de gendarmerie de la Dordogne, qu’il exerce depuis le 1er août.

Hier le jardin du musée Vésunna à Périgueux a accueilli un public plutôt inhabituel.
Des gens en arme, plus couramment appelés gendarmes, avaient en effet investi les lieux, non pour une attaque d’une nature quelconque, mais pour assister à la prise de commandement du lieutenant-colonel Pauty, en présence des corps constitués, et sous la houlette du général Jean-Pierre Michel. Louis Pauty a pris ses fonctions il y a près de deux mois, en remplacement du colonel Nicot dont le général rappelait que, « ça faisait plusieurs mois que j’avais demandé à avoir le colonel Nicot ». Le nouveau responsable de la gendarmerie départementale est jeune, 42 ans, et est entré dans ce corps d’armée en intégrant l’école militaire de Saint-Cyr en 1997, puis l’école des officiers de la gendarmerie (en 2000). Il a déjà été à la tête d’une compagnie, celle de Draguignan, mais c’est son premier poste à la tête d’un groupement départemental. Le général a beaucoup insisté sur la sécurité, des personnes, des biens, routière, mais pas un mot sur la liberté. Le colonel Pauly s’en explique : « Dans notre tête, la sécurité est le parallèle de la liberté. Nous axons sur la sécurité pour assurer les libertés qui sont un principe constitutionnel, pour permettre aux citoyens de vivre dans une société avec beaucoup de diversité ». Marié et père d’un petit garçon, il dit son « ravissement » d’avoir été nommé pour ce poste, dont il souligne « les contacts humains avec la population et les subordonnés ». Il souhaite aller à la rencon-tre de tous ces derniers, « pour mettre un nom sur un visage, et un visage sur un nom », mais aussi créer le contact avec la population, « pour apprendre à connaître les citoyens, pour gagner leur confiance, indispensable pour nous autres, gendarmes ».
La cérémonie pour sa prise de commandement a été l’occasion de décorer cinq gendarmes, et de remettre, c’est une nouveauté, un fanion à chaque commandant des quatres compagnies de Dordogne (Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat), ainsi qu’à celui de l’Escadron départemental de Sécurité routière (Edsr). Le général Michel a aussi rappelé que les fonctions du colonel consistait à, « permet-tre à chacun de circuler librement sur le territoire ». Ne rêvons pas, il ne parlait pas des migrants ou autres réfugiés, qui sont pourtant, aujourd’hui, ceux qui ont le plus besoin de sécurité et de liberté, mais des citoyens lambda...