Fil info
14:03À lire avec attention. c’est une idée à travail… https://t.co/r9JM3uYj62
13:46Boulazac : Matthieu Ricard et Alexandre Jollien à Boulazac -> https://t.co/QfJ02ReLsH
13:44Merci à pour cette mise en lumière des activités du ! Un club avec des enfants qui viven… https://t.co/ITA7UL2gpZ
10:07 Ds 1 VIDÉO, les descendants de agent de liaison de disent ce que l… https://t.co/8o39P6S0RN
09:53Trélissac : Le nom des rues donne du sens au quotidien -> https://t.co/XjFXwFpSJ2
07:58 Et, peu à peu, le s'est enflammé… Les premiers points du https://t.co/NfvwRDV6M7
07:50Boulazac : (VIDÉO) Boulazac reçoit… et cueille Monaco -> https://t.co/3WJaodJjdZ
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC

La représentativité en question

Anticor

L’association Anticor a tenu à s’exprimer sur plusieurs sujets faisant l’actualité, et où elle perçoit des manquements au code des collectivités, ou concernant de possibles détournements de fonds, ou gestion litigieuse. Sans surprise, le premier dossier concerne la déviation de Beynac.

Les membres de l’association Anticor, réunis autour de leurs co-présidents Alain Bressy et Françoise Bournet, tiennent à remettre certaines pendules à l’heure en s’appuyant sur la loi.
On s’en doute, le projet de contournement de Beynac leur semble particulièrement édifiant dans ce domaine. « Le président du conseil départemental a fait signer aux autorités consulaires, et à 400 maires de Dordogne, une lettre où ils sollicitent une entretien auprès du président de la République pour lui demander l’achèvement du chantier, et une évolution du droit afin de sécuriser les collectivités territoriales » indique Alain Bressy. Cette initiative se heurte selon eux à deux écueils. D’abord, « Germinal Peiro affirme que les 400 maires représentent 80 % de la population. Mais un maire ne représente pas sa population,  il représente administrativement un territoire qui s’appelle une commune ». En ancien juge d’instruction, Alain Bressy rappelle que la signature d’un maire est isolée et ne représente que lui à partir du moment, « où aucun conseil municipal n’a été consulté et n’a voté pour une délibération en ce sens ». Anticor s’est donc dit que 400 citoyens habitant en Dordogne auraient autant de valeur que 400 maires, « isolés dans leur signature », et qu’une fois ces 400 citoyens trouvés, « nous demanderons une entrevue au président de la République ». La pétition lancée sur internet a d’ores-et-déjà recueilli 700 signatures à ce jour. Autre affirmation ayant poussé l’association à réagir, celle du président du conseil départemental justifiant le début des travaux par l’obligation de les entamer pour ne pas perdre le permis de construire. « Faux » dénonce Alain Bressy. « La loi dit qu’en cas de recours, l’autorisation de construire est prorogée d’autant ». Il s’étonne aussi de la démarche de Germinal Peiro, « qui demande l’achèvement d’un chantier qui est sous tutelle. Il sollicite donc du président de la République qu’il intervienne sur une décision judiciaire ». Or les bases de notre République résident dans la séparation des pouvoirs... « Ce qui lui est soumis est illégitime. On ne peut pas lui demander de commettre cet acte-là ». Les membres d’Anticor s’étonnent également de constater que le chantier de la déviation « est devenu un site touristique ».
Deux autres dossiers sont dans les tuyaux qui tous deux concernent des structures de soins. On sait qu’une partie des salariés des Papillons blancs à Bergerac a manifesté son mécontentement, « sur le mode de gestion financière de la direction » rappelle l’ancien juge. « Un signalement a été effectué par le comité d’entreprise. Ce n’est pas une plainte, c’était pour attirer l’attention du procureur de Bergerac sur le rapport d’expertise comptable demandé ». La section financière de la Police judiciaire de Bordeaux (cette section a été supprimée à l’antenne Pj de Périgueux...) s’est saisie du dossier. Autre sujet, celui de l’hôpital local/Ehpad de Domme, « où il semblerait que les cordons de la bourse aient fait quelques voltiges ces dernières années. Une plainte, avec constitution de partie civile, a été déposée auprès du tribunal de Bergerac, il y a trois ou quatre ans, mais la gestion actuelle se ressent encore de ces errements. Il y a eu une ordonnance de non-lieu. L’avocat d’Anticor a interjeté appel, et la chambre d’accusation a prescrit une audition des personnes n’ayant pas été entendues. Là aussi, ce serait la Pj financière de Bordeaux qui serait saisie ». Anticor est aussi sollicité par des citoyens souhaitant monter une liste pour les Municipales.