Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Un chantier d’utilité publique

Société

Les Coulisses du bâtiment sont une opération lancée il y a plusieurs années par la Fédération française du bâtiment (Ffb) pour promouvoir auprès des collégiens ses métiers. L’objectif est de faire naître des vocations chez les jeunes par l’exemple de chantiers où nombre de métiers sont représentés.

Pour cette édition 2019 des Coulisses du bâtiment, c’est la seconde tranche des travaux de l’hôpital de Périgueux qui a servi de support pour montrer aux collégiens, mais aussi à quelques Terminales, la réalité du travail dans ce secteur.
Si cette opération ne vise que les jeunes, c’est que la Ffb a besoin de promouvoir ses métiers, nom-breux dans le bâtiment. Le Cfa du boulevard du Petit-Change à Périgueux, qui leur est dédié, fonctionne en effet en sous-effectif. « Notre capacité d’accueil est de 500 apprentis, et là, nous en avons 340 » indique Christophe Riou, le président de la Ffb Dordogne. Une bonne centaine de places restent disponibles, mais derrière, « c’est une centaine de patrons qui cherchent un apprenti et n’en trouvent pas ». Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’apprentissage en alternance dispensé par le Cfa ne s’arrête pas à 18 ans. « On peut aller jusqu’à 30 ans » précise le président départemental. Or depuis qu’ont été lancées les Coulisses du bâtiment, il y a 17 ans, « on se rend compte, qu’avec le faisceau d’actions menées pour promouvoir l’alternance, elles connaissent un succès grandissant, et portent leurs fruits ». On sait que la mobilité est un frein indéniable, même si le premier écueil rencontré reste la mauvaise image de ces métiers, « qui sont vus comme un secteur de second choix ». Le Cfa s’est donc équipé d’un service, qui travaille avec les entreprises, mais aussi l’éducation nationale, pour trouver un logement à proximité du centre de formation, « même au sein d’une famille » précise Christophe Riou qui confie que 80 % des employeurs embauchent à la suite de son alternance, l’apprenti qu’ils ont formé. Pour cette 17e édition, c’est la tranche 2 des travaux du centre hospitalier de Périgueux qui servait de chantier support pour les visites des 464 collégiens inscrits pour cette opération. « Nous avons commencé avec 300 » note Christian Monti, le secrétaire général de la Ffb Dordogne. « Avant, nous sollicitions les établissements scolaires pour qu’ils s’inscrivent, désormais, c’est eux qui nous sollicitent ». Le site retenu cette année offrait un double avantage, car si les jeunes pouvaient découvrir de très nombreux métiers, ils découvraient également ce qu’est un centre hospitalier, et les métiers de la santé. Or ce secteur et celui du bâtiment sont pourvoyeurs d’emplois, même si c’est de moins en moins vrai pour l’hôpital, ce qui permet aux jeunes Périgourdins de rester travailler et vivre sur le département. Le centre hospitalier s’agrandit, et Bruno Anceau, directeur des travaux à l’hôpital, en explique la finalité :
 « nous construisons un nouveau bâtiment, pour accueillir les lits que nous allons sortir du bâtiment A ». Ce dernier, dont la première pierre a été posée en 1895, pour un chantier qui a réellement démarré en 1937, ne correspondait plus du tout aux normes actuelles avec ses chambres doubles, sans salle de bain. Il ne sera évidemment pas détruit, son architecture présentant un intérêt certain, ancré dans la mémoire collective des Périgourdins. Il accueillera les services administratifs, et peut-être des consultations. « Cet hôpital manquait de mètres carrés » reprend Bruno Anceau. « Là, nous en avons construits, ce qui permet une restructuration des services afin d’être plus cohérents dans la prise en charge des malades ». Ce sont au total plus de 200 lits qui vont ainsi rejoindre le nouveau bâtiment, le D, qui s’étend sur trois étages, avec une grande majorité de chambres simples, mais aussi quelques doubles, « car certaines personnes préfèrent ne pas être seules, se sentant plus en sécurité si elles partagent la chambre ».

48,7 millions d’euros
C’est le coût de ce chantier, démarré il y a 18 mois, qui termine une restructuration en profondeur du site. Le bâtiment A a été inauguré sur son site actuel en 1953, et le bâtiment B a été édifié dans les années 1970. Le 15 mars 2007, le Centre hospitalier est protégé au titre du Patrimoine du XXe siècle. En 2010 est mis en service le bâtiment C, et en 2014, un projet coûtant 73 millions d’euros termine la mise aux normes du centre hospitalier, avec le regroupement de la maternité.