Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

La culture occitane se porte (très) bien

Évènement

Des rendez-vous qui matchent, l’association Bornat Dau Périgord y est rompue. Reste qu’elle ne s’en lasse pas, au contraire. La nuit trad’ organisée samedi dans le cadre du 10esalon animalier du Périgord a drainé... 400 personnes. A présent, il s’agit de faire remonter plus de 600 brebis dans leurs prairies.

« Beaucoup ne connaissaient rien au monde du trad’ et ils se sont risqués à tester cuisine au chaudron et pas de danse... et c’est tant mieux ». La vice présidente de l’association gardienne de la culture occitane Christèle Grégoire voit dans cette curiosité un indicateur fort appréciable, comme la présence notable d’enfants sur la piste de danse. Et ces deux bons signes en confirment un troisième. « Nous avons de nouveaux adhérents, beaucoup plus jeunes : des enfants, des ados et des retraités qui ont encore de l’énergie à revendre». En clair, ce n’est pas demain que la culture occitane va dévisser. Mais, de cette nouvelle opération de Bornat, la « surprise générale» est venue de la transhumancequi, au terme de quatre étapes de 8 à 10 km à partir de Saint-André-de-Double, a séduit au-delà de ce qu’on avait imaginé. « Des gens qui ne se connaissent pas bien qu’ils soient quasiment voisins se sont retrouvés à manger un morceau autour des brebis et à participer aux animations autour de la culture occitane. Bref, ils se sont tout d’un coup parlé». 

LIRE AUSSI : Matthieu Ricard et Alexandre Jollien à Boulazac pour évoquer la "liberté intérieure"

Or, les plus de 600 brebis vont bien devoir rentrer, toujours à pied, ça va de soi. Au regard du nombre d’appels qui ont été reçus, on se prend à penser qu’accompagner le retour à la maison pourrait constituer une riche idée de sortie pour les familles puisque nous sommes en période de vacances scolaires. Pour rappel, le troupeau va remonter en quatre étapes et ce seront les mêmes qu’à sa descente sur PérigueuxAnnesse-et-BeaulieuSaint-AstierSaint-Germain-du-SalembreSaint-André-de-Double. Les départs seront donnés à 10h pour une arrivée entre 13h30 et 14h. « En revanche, il était impossible, en 6 mois de préparation, de prévoir une 2efois la logistique nécessaire pour ajouter des animations. Cette transhumance est déjà une réussite et nous avons su transformer le projet avec une vingtaine de bénévoles, qui recevaient ponctuellement du renfort. C’est que, chaque soir, nous avons attiré 100 personnes ! ». Les partenaires ont suivi l’ensemble de l’opération -les habituels, comme le parc des expositions- et les nouveaux, dont notamment les Blouses roses, association au profit de laquelle la transhumance dite d’ailleurs du cœur a reversé les dons récoltés en chemin. 

LIRE AUSSI : A 12 ans, Laurent est fauché par une voiture à Périgueux et, travailleur handicapé à 39 ans, il rêve de travailler dans une bibliothéque

Sang neuf

« Si nous comptons 650 adhérents, nous nous préoccupons en permanence de la relève. Mais, de structure, nous n’avons pas, faute de moyens». Toutefois, ces fantassins dispensent toute l’année des cours de langue -pour débutants et pour confirmés à même de traduire, voire d’élaborer des dictionnaires- mettent sur pied des cours de cuisine -la cuisine au chaudron sèche Mac Do’- intègrent 25 groupes de danse traditionnelle, qui ont parfois leurs racines dans la Gironde et le Lot-et-Garonne nonobstant celles qui ont poussé en terres de Dordogne, proposent des ateliers danses et des ateliers musique. Puisque tous les âges convergent dans l’intérêt de l’entretien de la culture occitane, chacun, souvent, a une inclination avant l’autre. « Les plus de 60 ans se mobilisent davantage autour de la cuisine, et leur virus se transmet quand l’adhérent attrape la quarantaine ». A partir de ce seuil symbolique, on boude le Mac’Do et, à la place, on opte pour le ragoût de mouton. Vous trouvez aussi une section dentelle ans le Bournat Dou Perigord, qui chapeaute les Félibrées successives.

Fabienne Ausserre

Pour adhérer au Bourdat, dont la réalisation phare annuelle est la co-organisation de la Félibrée, composer le 06 19 33 99 30.