Fil info
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

… et en Dordogne, les biologistes dénoncent des "réquisitions abusives" de l'ARS

Reprise de la grève des biologistes

Un nombre présumé très important de laboratoires d'analyses biologiques seront fermés toute la journée à partir de demain mardi 22 octobre et jusqu'à jeudi 24 octobre 2019. Résultat de l'échec des premières discussions des biologistes avec la caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), provoquées par un premier mouvement de grève partielle d'une semaine. Et, en Dordogne, le syndicat national des biologistes a une colère de plus : l'agence régionale de santé (ARS) a, selon lui, opéré des "réquisitions abusives".

« En Dordogne, les réquisitions des laboratoires sont tombées la veille pour le lendemain. Nous n’avons donc pas eu le temps de faire intervenir nos conseils. Dans l’est de la France -à Strasbourg, Nancy et Châlons- nos homologues ont pu faire lever celles-ci car leurs avocats ont démontré qu’elles étaient abusives ». Non seulement c’est, pour le président des biologistes de l’union régionale des professionnels de santé, également membre du bureau national du syndicat des biologistes le Dr Henry-Pierre Doermann « atteindre à la liberté de faire grève » mais c’est oublier que la profession est « responsable ». En effet, un service minimum était déjà mis en place. « Les agences régionales de santé ont appliqué une consigne qui vient du premier ministre ». Cette colère que le Dr Doerman exprime est en somme une colère de plus de la profession dans notre département, sachant que la première, commune aux autres territoires de l’Hexagone, est née de l’échec de la réunion des biologistes avec la CNAM, le 17 octobre. « Les discussions ne nous ont pas donné satisfaction. Les petites avancées que nous avons pointées nous laissent dans le rouge ». En effet, il a été proposé aux biologistes, dans l’accord triennal, une augmentation de 0,25 % de leur budget en 2020, puis de 0,5 % en 2021 et en 2022, à la place de 0,25 %. « Sauf que ce que l’on nous donne d’une main, on nous le reprend de l’autre ». En effet, il y a conjointement 20 M € qui sont retirés au départ du calcul. Aussi, les biologistes entreprennent un deuxième mouvement de contestation : les laboratoires d’analyses biologiques seront fermés à partir d’aujourd’hui mardi, ainsi que mercredi 23 et jeudi 24 octobre toute la journée. « Nous continuons de nous opposer à la déstructuration d’un système qui fonctionne. Nous tenons à ce que la population puisse bénéficier de soins à proximité d’où elle habite et c’est d’ailleurs pour cela que nous avons maillé le territoire. Nous attendons donc de nouvelles propositions de la CNAM le 6 novembre ». Et si le mouvement de protestation est limité à trois jours, c’est que la grève a un coût.

LIRE AUSSI : A 12 ans, Laurent est fauché par un chauffard; à 39 ans, travailleur handicapé au RSA, il rêve de travailler dans une bibliothèque

Laboratoires réquisitionnés

Anticipant un mouvement d’ampleur en Nouvelle-Aquitaine, l’ARS a fait savoir, hier en fin d’après-midi que « la majorité des laboratoires d’analyses biologiques de la région (avaient) prévu, malgré ce mouvement de grève, de continuer à assurer les analyses qu’ils réalisent quotidiennement pour les établissements de santé et pour les patients prélevés à domicile, mais de ne pas répondre aux demandes d’analyses des particuliers ». L’ARS invite la population "à reporter ses examens de routine et recense les laboratoires réquisitionnés sur son site www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr."

Fabienne Ausserre