Fil info
21:20Saint-Geniès : Issue tragique à l’accident de dimanche près de Sarlat -> https://t.co/vtbgqYzcRB
20:50Périgueux : Les Jeunes Agriculteurs de la Dordogne soutiennent leurs aînés -> https://t.co/7MmyBJe4TS
20:07Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
20:00Périgueux : Création d'un pôle public d'éradication de l'amiante : réponse mi-novembre -> https://t.co/hcBH2MHFAu
19:52Argenton-sur-Creuse : Faune 36, un centre de soins pour animaux sauvages inédit dans l’Indre -> https://t.co/y22p4lm018
19:51Issoudun : Le 7e Issoudun Reggae temple ce soir et demain au PEPSI -> https://t.co/qmHCRoSlZx
19:43Châteauroux : « Châteauroux Demain » apporte sa contribution à l’enquête sur le PLUi -> https://t.co/AIVABN6Var
19:41Châteauroux : Glyphosate : 58 plaintes déposées -> https://t.co/0EMi2INYYx
18:10RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:08RT : Le 17 octobre 1961, quelques mois avant la fin de la fin de la guerre d'Algérie, des centaines d’Algériens étaient… https://t.co/pH58p21gvX
18:07RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:06RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
18:06RT : Tulle : "Privée du métier que j'aime" -> https://t.co/y8PBvprmtA
18:06RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:59RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:56RT : 🇫🇷 Ce matin, lancement du au lycée Les Vaseix : une première en ! 👉 Promouvoir et déve… https://t.co/VFAwGbPmio
16:57Marsac-sur-l'Isle : Votre BA, c’est fin novembre -> https://t.co/1zVpEqDlVo
16:51Le 1er ministre Édouard Philippe aurait-il finalement renvoyé une note à ses ministres sur les règles en période él… https://t.co/t72BDN0tM6
16:14Sarlat-la-Canéda : Des recherches plastiques en lien avec le compagnonnage -> https://t.co/WrLc9hCHHp
15:39Boulazac : Sécuriser les abords de l’école -> https://t.co/L0K0agLsgH
13:40Beynat : Des châtaignes plein le cabas ! -> https://t.co/pNUj02sCAW
08:17RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
08:17RT : Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:35# # - -Vienne : Demain, c’est la Frairie : yes ! -> https://t.co/xR4NRe7Beo
07:33# # - -Vienne : "Au bord du rêve", une œuvre très originale -> https://t.co/0AcNK0wU7v
07:30# # - -Vienne : «Now», l’événement qui veut rendre l’économie plus «funky» -> https://t.co/Mo1R1d1Wh3
07:27Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:24Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ

Le jardin des Embarras ouvert au public ce week-end

Dans le cadre de l’opération nationale « Bienvenue dans mon jardin au naturel », organisée par l’Union nationale des Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE), les 15 et 16 juin, des jardiniers amateurs ouvriront leur jardin à tous. Ces jardiniers sont dans une démarche respectueuse de l’environnement : ils proposent des solutions innovantes pour préserver la ressource en eau et la biodiversité. Dans l’Indre, parmi les dix-huit jardins ouverts ce week-end, il y a le jardin des Embarras de Serge Bartolommeoni.
Le jardin des Embarras sans embarras
Serge, la soixantaine, moustache et béret noir, a le jardin dans le sang. Originaire de Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis), d’une famille italienne, il a des souvenirs très précis de son enfance où les jardins aux portes de Paris étaient nourriciers. « Dans cette génération d’après-guerre, tout le monde faisait son potager. Nous étions onze personnes dans ma famille et mon père m’a offert mon premier jardin à 6 ans. Je détestais éclaircir les carottes ! À cette époque, les produits phytosanitaires n’existaient pas. On mangeait sainement, on vivait sur le jardin et la basse-cour » précise le jardinier un brin de nostalgie dans la voix. Depuis cette époque, il n’a jamais arrêté de mettre les mains dans la terre, laquelle le lui rend bien, en restant à l’écoute de la nature. Son objectif est l’autosuffisance alimentaire en légumes sains.
Une savante répartition
En 2017, Serge ouvre pour la première fois son jardin et rencontre déjà un bel engouement de la part du public. Depuis, l’achat d’une parcelle attenante porte la surface à 1 000 m2 et lui a permis la création d’une mare, d’un verger et la préservation d’un petit sous-bois. Il peut ainsi présenter ce nouvel espace naturel situé dans l’impasse des Embarras, rue de l’Époque. « Le mot embarras est d’origine celte et signifie place fortifiée en hauteur », souligne le jardinier qui indique que le point le plus haut de la commune est localisé à quelques mètres de son jardin. Il a pensé celui-ci en trois zones : le potager traditionnel en planches de légumes, la partie en permaculture, avec une butte permacole dont il délivrera le savoir-faire de la construction et un « lasagne » où poussent en harmonie nombre de légumes, et enfin, les milieux naturels, au nombre de quatre : la mare, la prairie sauvage et le verger où pousse une variété ancienne de pommes (Cox’s Orange Pippin, Patte de Loup, Clocharde, Pomme de l’Estre ou Sainte-Germaine, Grand Alexandre, Reine des Reinettes) et de prunes (Sainte-Catherine, Goutte d’Or de Coe, Musquette du Berry) et le sous-bois, espace de détente propice à la méditation. Serge a prévu des fiches techniques pour expliquer les étapes de l’élaboration de son jardin. Intarissable sur le jardinage, il répondra aux questions des visiteurs, notamment sur l’utilisation des produits alternatifs aux pesticides de synthèse comme les purins de nos trois mousquetaires : ortie, prêle et consoude ou encore huile de colza, savon noir, argile, huiles essentielles.

Le jardin des Embarras sera ouvert de 14 h à 18 h ce week-end. Renseignements au 02 54 39 23 43 ou sur mon-jardin-naturel.cpie.fr

Air Zoom Pegasus EM