Fil info
21:05Sport : Guillaume Porche, en bolide devance Clément Christen -> https://t.co/nzb0oHRXSW
21:04Cyclisme : Yates, Froome: les transformations d'un Giro -> https://t.co/Ay8WPoPhPh
20:14RT : Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
20:13Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
19:47Tulle : La Manu reconstituée à l'échelle 1/500e -> https://t.co/emWX2ae3CL
18:40Indre : 1000 km pour les résidents des EHPAD -> https://t.co/xDG5N6LNFf
18:39Le Blanc : Retour en images sur Chapitre Nature -> https://t.co/GIg96myR5j
18:38Les travaux des bâtiments communaux de Saint-Sulpice-le-Dunois ont été inaugurés samedi sous l’œil du ministre de l… https://t.co/4hEXfbp2VP
17:58Périgueux : De l’information et des rencontres -> https://t.co/BnJBV3mSSZ
17:00Grignols : Trouver une solution technique autre que le comblement -> https://t.co/Qt84hICQJS
16:47Thenon : Les cheminots s’invitent au péage -> https://t.co/rAuNF80OcW
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02

Les propriétaires de moulins vent debout contre la législation

Les propriétaires de moulin contestent la loi sur la continuité écologique des cours d'eau
Jeudi dernier, les élus locaux, les propriétaires de seuils et de moulins des vallées de la Creuse, de la Bouzanne, de la Claise et de l’Anglin ainsi que des professionnels du secteur de l’hydraulique étaient invités à une réunion, initiée par l'Association des amis des moulins de l’Indre (Adami), dont le thème était la continuité écologique des cours d'eau et hydroélectricité.
Accueillis par Roland Caillaud, maire de la commune, Gérard Aubery, président de l'ADAMI, Me Le Briero, avocat à la Cour, spécialiste du droit public et de l’environnement, ainsi que Harry Terry, représentant la société Turbiwatt, se sont succédé à la tribune, chacun dans son domaine.
Trois points étaient à l'ordre du jour : la présentation des enjeux locaux de la continuité écologique ; la défense et la protection des moulins et seuils menacés d’arasement par l’administration et la proposition de perspectives en termes de production d’hydroélectricité.
Devant une assemblée nombreuse et attentive, Gérard Aubery prend la parole et rappelle, circulaires et décrets à l'appui,  ce que dit la loi en termes de continuité écologique des rivières. Il fustige au passage l'administration, qui, selon lui, refuse d'appliquer les textes européens. « Depuis dix mois, on a subi, nous autres propriétaires de moulins, une véritable "guérilla" de l'administration. Nos ouvrages ont de l'avenir. Il ne faut pas se laisser faire, aller jusqu'au procès, s'il le faut », martèle-t-il, car plutôt que l'arasement des seuils, ils préféreraient utiliser la rivière à des fins de production hydroélectrique.
Me Le Briero intervient à son tour, exposant à l'assistance les quatre grandes thématiques, au niveau juridique : logique historique (droit ancien des moulins), logique environnementale (depuis la loi sous de Gaulle 1964 jusqu'à aujourd'hui),  logique de la promotion de l'énergie renouvelable (directive européenne 2009) et une dernière, où l'État confie à la collectivité locale la gestion de l'eau (GEMAPI). Des logiques parfois contradictoires !
Des textes complexes, aux interprétations multiples
Pas facile de s'y retrouver dans ce dédale de textes. Serge Denis, maire d'Ingrandes, confirme la complexité des lois qu'on nous impose. Gérard Blondeau, conseiller départemental, revient sur la définition du cours d'eau. Le maire de Saint-Aigny intervient à son tour : « On avait abandonné les moulins parce qu'ils n'étaient plus rentables. Aujourd'hui, on casse, demain on construit. Et c'est nous qui payons ! L'anguille a disparu de nos rivières mais on a autorisé le prélèvement des civelles ! Ce sont des imbécillités inadmissibles. »
Aujourd'hui, les personnes présentes sont venues pour s’informer de leurs droits et des possibilités de recours pour sauver leur moulin, inscrits  au patrimoine national (petit patrimoine industriel). Mais aussi envisager une production hydroélectrique, énergie renouvelable, participant ainsi au développement économique local.
Harry Terry, de l'entreprise bretonne Turbiwatt a alors présenté des turbines très compactes, fiables, performantes, avec un coût d'investissement réduit, spécialement conçues pour les moulins... de quoi séduire les propriétaires.
En conclusion de cette matinée, M. De Cesare, porteur de projet de production d’hydroélectricité au moulin de la Gastevine à Bélâbre, a fait part de ses trois années de démêlés avec l'administration, avant d'obtenir l'autorisation d'exploitation, en février.Claire Masade, responsable de projet pour la société Seider et Didier Boureaud, gérant de la même société, coorganisateurs, ont en conclusion remercié les participants pour l'intérêt porté à la réunion.
Martine Tissier

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.