Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage

Le cœur prend ses distances

Un prototype médical unique au monde a été présenté pour la première fois hier au centre culturel de Lubersac en Corrèze.

La présentation de cet outil Hight Tech a eu lieu à Lubersac, une commune corrézienne de 2.300 habitants. Depuis 2013, une Maison de santé pluridisciplinaire a été ouverte dans la commune. Médecins, kinés, orthophonistes, infirmiers, dentistes... œuvrent avec l’esprit d’équipe dans  un établissement raccordé à la fibre optique publique par DORSAL.
Le Dr Pierre Beylie, le président de la Maison de santé ne pouvait que se féliciter de ce lancement en avant-première mondiale car «ces techniques échographiques nous intéressent. C’est pour nous l’avenir, des consultations sans médecin sur place. Nous l’attendons avec impatience».
Cela tombe bien car à quelques kilomètres de Lubersac, à Saint-Yrieix-la-Perche, en Haute-Vienne, le Dr Patrick Dary, cardiologue-chercheur mène de front depuis plusieurs années des projets de télé-cardiologie. «On a commencé tout au début avec un tensiomètre connecté à un boîtier» a expliqué le Dr Dary.
Les travaux du cardiologue ont eu le mérite de plaire au Dr Éric Lefèbvre, Médecin échographiste et Président de la société Adechotech. Ce dernier lui a promis qu’il bénéficierait en premier de la mise au point d’un robot capable de réaliser des échographies cardiaques  à distance.
La PME Adechotech (5 salariés ingénieurs) a d’ores et déjà mis au point «Melody», le premier robot de télé-échographie polyvalent.
Il permet la réalisation en temps réel d’échographies à distance de qualité. Il fallait donc passer à une nouvelle étape de recherche & développement avec l’objectif technique de réaliser des échographies cardiaques à distance.
Au bout de deux ans de travaux et de mises au point, cette aventure médicale a débouché sur une série de tests sur 25 patients entre le cabinet de cardiologie du Dr Dary et la Maison médicale de Lubersac. Ils se déroulent depuis le 16  novembre et se terminent demain. «La télé échographie abdominale a été mise au point il y a quelques années parce que dans l’urgence, c’est un examen primordial. Maintenant nous passons à la télé écho cardiographie parce que le besoin est évident. Il a fallu développer un deuxième type de robot, essentiel pour que l’expert garde la maîtrise de l’examen. Le but est que l’expert soit le plus proche possible de son exercice quotidien» souligne Éric Lefèbvre. Des consultations à distance donc car la présence du médecin auprès du malade n’est pas toujours possible.  
Demain, l’analyse échographique cardiaque à distance permettrait à des  patients éloignés de centres de soins, de bénéficier de diagnostics, y compris dans les zones rurales les plus enclavées. «Plus on  est éloigné des centres urbains et plus le gain est important sur le plan social et financier. Pour garder des urgences localement, les urgentistes ont besoin d’avoir des examens pour pouvoir travailler. On ne travaille plus comme il y a 50 ans, qu’avec les mains. Pour avoir ces examens, comme ils n’auront pas les experts, une des façons, c’est de faire de la télé médecine. ça n’a pas de prix car ça permet aux gens de rester sur place» analyse  Éric Lefèbvre. «En matière de cardiologie, on est de plus en plus à la recherche de l’image. C’est-à-dire l’analyse du fonctionnement anatomique du cœur. Toutes ces données d’images, on ne les a pas dans notre pratique courante. C’est une approche approfondie. D’avoir l’image, ça change tout. Cela corrige les diagnostics. C’est une révolution car ça nous permet d’avoir une approche bien plus scientifique et objective» estime Patrick Dary. Le Dr Dania  Mohty, cardiologue au CHU de Limoges, de réputation mondiale, a tempéré les espoirs placés dans ce robot. Elle a  avancé devant l’assemblée : «Il nous faut un peu plus de temps pour reproduire la finesse d’une échographie (manuelle NDLR )».
Une autre mélodie...

Serge Hulpusch

nike air max 90 release