Fil info
21:20Saint-Geniès : Issue tragique à l’accident de dimanche près de Sarlat -> https://t.co/vtbgqYzcRB
20:50Périgueux : Les Jeunes Agriculteurs de la Dordogne soutiennent leurs aînés -> https://t.co/7MmyBJe4TS
20:07Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
20:00Périgueux : Création d'un pôle public d'éradication de l'amiante : réponse mi-novembre -> https://t.co/hcBH2MHFAu
19:52Argenton-sur-Creuse : Faune 36, un centre de soins pour animaux sauvages inédit dans l’Indre -> https://t.co/y22p4lm018
19:51Issoudun : Le 7e Issoudun Reggae temple ce soir et demain au PEPSI -> https://t.co/qmHCRoSlZx
19:43Châteauroux : « Châteauroux Demain » apporte sa contribution à l’enquête sur le PLUi -> https://t.co/AIVABN6Var
19:41Châteauroux : Glyphosate : 58 plaintes déposées -> https://t.co/0EMi2INYYx
18:10RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:08RT : Le 17 octobre 1961, quelques mois avant la fin de la fin de la guerre d'Algérie, des centaines d’Algériens étaient… https://t.co/pH58p21gvX
18:07RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:06RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
18:06RT : Tulle : "Privée du métier que j'aime" -> https://t.co/y8PBvprmtA
18:06RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:59RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:56RT : 🇫🇷 Ce matin, lancement du au lycée Les Vaseix : une première en ! 👉 Promouvoir et déve… https://t.co/VFAwGbPmio
16:57Marsac-sur-l'Isle : Votre BA, c’est fin novembre -> https://t.co/1zVpEqDlVo
16:51Le 1er ministre Édouard Philippe aurait-il finalement renvoyé une note à ses ministres sur les règles en période él… https://t.co/t72BDN0tM6
16:14Sarlat-la-Canéda : Des recherches plastiques en lien avec le compagnonnage -> https://t.co/WrLc9hCHHp
15:39Boulazac : Sécuriser les abords de l’école -> https://t.co/L0K0agLsgH
13:40Beynat : Des châtaignes plein le cabas ! -> https://t.co/pNUj02sCAW
08:17RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
08:17RT : Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:35# # - -Vienne : Demain, c’est la Frairie : yes ! -> https://t.co/xR4NRe7Beo
07:33# # - -Vienne : "Au bord du rêve", une œuvre très originale -> https://t.co/0AcNK0wU7v
07:30# # - -Vienne : «Now», l’événement qui veut rendre l’économie plus «funky» -> https://t.co/Mo1R1d1Wh3
07:27Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:24Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ

«La rue va l’emporter...»

Une salle comble à craquer, des intervenants prolixes, des approbations enthousiastes : la réunion-débat organisée hier à Limoges autour de la loi El Khomri mais bien au-delà a soufflé un vent nouveau. Un vent qui dit non mais aussi un vent qui porte.

Il y avait de la pêche hier soir à l’amphithéâtre Blanqui à Limoges où se sont retrouvés celles et ceux qui, depuis des semaines, disent non à la loi El Khomri. Et les intervenants, chacun à leur manière, ont décliné ce non sur toutes les gammes.
«Comment a-t-on pu en arriver là aujourd’hui face à un gouvernement qui se dit de gauche» lançait d’emblée Pierre Jacquemain, ancien conseiller de Myriam El Khomri. «Nous sommes dirigés par des imposteurs : élus sur un programme de gauche ils font une politique de droite. Le 49-3 était inévitable. Ce projet est plus qu’un projet de loi, c’est un projet de société» lançait-il dans un tonnerre d’applaudissements. «Ils ont cessé de faire de la politique, ils ont cessé de rêver. Ils ne pensent que contraintes budgétaires ; ce projet de loi est une trahison.»
Et Pierre Jacquemain s’est fait très offensif «le monde politique a rompu avec le quotidien des Français et avec le monde intellectuel. Mais la gauche n’est pas morte, on conteste, mais on a des propositions. Les deux gauches sont totalement irréconciliables, il y a une rupture totale. Hollande sera peut-être candidat en 2017, mais nous devons porter une alternative.»
Pas de doute, pour Pierre Jacquemain «la rue va l’emporter. Nous pouvons faire retirer cette loi et le gouvernement doit tomber. La démission de Valls est au cœur du retrait de cette loi.» Il a fait mouche.
Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, s’est fait très pédagogique sur le code du travail revenant à sa création et expliquant cette construction sociale qui aujourd’hui est balayée. «Le code du travail, il parle de nous. François Hollande a dit «nous allons adapter le contrat de travail aux entreprises» c’est là la contre-révolution. La loi Khomri casse ce qu’a fait Blum, Mitterrand, Jospin. Le contrat de travail c’est un lien de subordination juridique permanent et c’est en contrepartie de la subordination que vous avez des droits.» Pour Gérard Filoche, il y a là «rupture historique. La loi El Khomri veut détruire toute idée d’universalité, en fait, on va vers un ordre social light, allégé. Mais le corps humain n’est pas annualisable, ni mensualisable. Je suis pour les 3/8 : 8 heures de travail, 8 heures de loisirs, 8 heures de sommeil.»
«Le patron ne donne rien, il achète votre force de travail, c’est pour ça qu’il faut des règles» a lancé Gérard Filoche avant de marteler «Il faut aller jusqu’au bout pour le retrait. C’est notre vie intime qui est en jeu.»
Samuel Churin, porte-parole de la coordination des intermittents et précaires, n’a pas pris de gants pour dire ce qu’il en est de la loi El Khomri ou plutôt «du monde El khomri» comme il le qualifie. «On vit une période très révélatrice. On attaque comme jamais le CDI et de l’autre côté, dans le cadre de la négociation de l’assurance chômage, on attaque comme jamais les contrats courts. On crée la flexibilité sans sécurité.» Il est revenu sur le régime des intermittents, expliquant qu’au départ, il ne concernait pas du tout le monde culturel, mais les intermittents de l’emploi. «Une continuité de revenus sur la discontinuité d’emploi.» Dévolu depuis les années 90 aux gens du spectacle, ce qui en effet représente moins de monde, le patronat trouve que c’est encore trop. «Tous les intermittents de l’emploi devraient avoir l’assurance chômage. A Cannes d’où j’arrive, il y a les paillettes et le monde de ceux qui servent les petits fours qui travaillent 2 heures, 4 heures. Et bien ceux-là seront très mal indemnisés par le chômage.»
Et Samuel Churin l’affirme «le dialogue social n’existe pas parce qu’il est fondé sur un paritarisme mafieux. Le Medef a la droit de veto sur tout : la retraite, la sécu, le chômage. Le Conseil national de la Résistance avait imaginé des caisses sociales générées par les salariés rien que par les salariés. Le Medef a tout pouvoir sur nous. Il compte plus que 30 millions de salariés. Il faut foutre le Medef dehors! C’est urgent.» Approbation bruyante dans la salle.
Revenant sur le loi El Khomri, il a fait un zoom sur l’article 52 qui concerne l’assurance chômage. «Nous avions réussi à faire retoquer par le Conseil d’Etat une convention de l’assurance chômage qui permettait à Pôle Emploi de ponctionner un chômeur s’il avait déclaré tardivement ses heures travaillées. Et bien l’article 52 de la loi El Khomri rétablit la légalité de ce qui avait été annulé par le Conseil d’Etat. Rien que pour ça, on se battra comme des acharnés contre la loi, contre le monde El Khomri!»
Le 49-3 ni changera rien, la riposte est en phase ascendante.

Christine Audebert

Supreme X Air Max 98