Fil info
18:40La finale hommes a débuté à 18h. Aubusson mène 1 à 0 grâce à Jeremy Nury.
17:32En direct de Felletin pour les finales de la Coupe de la creuse. Chez les féminines, La souterraine s'incline après… https://t.co/jcxNTx1DZG
23:32France : Can Dündar : « Erdogan est prêt à tout pour ne pas perdre » -> https://t.co/EEORIcrfka
23:26France : Edouard Philippe sur la Route de la soie en Chine -> https://t.co/7spX09AqNQ
23:23International : Grèce : le prix douloureux de la souveraineté financière -> https://t.co/73XW1JHN9k
22:07Egletons : La nature s'expose dans la ville -> https://t.co/3ZT1hVTlqO
22:02Corrèze : Laura Flessel en Corrèze : une visite équilibrée entre haut niveau et sport pour tous -> https://t.co/0HUWcBH5R0
21:06Rugby : Brûler d’une possible fièvre -> https://t.co/R83zYYChkr
21:03Football : La France en apnée mais c'est elle qui respire le mieux -> https://t.co/uHpY6CNAcq
20:23Périgueux : Majorité : la fracture est consommée -> https://t.co/vy3bfdUrfU
19:49Région : Meurtre de l’avenue Berthelot : le suspect mis en détention -> https://t.co/iN5wfivmFG
19:48Périgueux : Éclaircissements sur l’affaire des coups de feu -> https://t.co/8ySSgkwF72

La Nouvelle-Aquitaine en quête d’identité

La grande région a désormais un nom : Nouvelle-Aquitaine. Il a été entériné hier à Bordeaux au cours de la séance plénière du conseil régional.

ALPC (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes) est morte, vive Nouvelle-Aquitaine, dont le siège sera
désormais (ô surprise) à Bordeaux. Ainsi l’ont décidé les élus régionaux hier à Bordeaux. Ce nom, qui doit encore être validé par le Conseil d’Etat à l’automne, est loin de faire l’unanimité, mais c’était celui qui tendait à rassembler le plus. Bien qu’il contienne l’appellation «Aquitaine», ce nom fait référence à l’Aquitaine historique, le pays des eaux mêlées, pas à la Région défunte? ont voulu clarifier quelques élus. «Nous ne sommes pas là pour effacer l’identité de chaque territoire», rappelle en préambule Anne-Marie-Cocula, qui a chapeauté le groupe de travail sur le nouveau nom. «Un nom, c’est une marque ombrelle, un choix de raison, de réflexion, d’innovation et d’anticipation».
La droite, par la voix de Virginie Calmels (LR), cautionne le nom... A quelques nuances : chaque élu de son groupe sera libre de voter pour ou contre. Mais, surtout, prévient-elle, «la potion Aquitaine, avec une fiscalité maximum ne doit pas être imposée à tous. Il faut avoir une vision plus décentralisée de la grande région». Pas de risque, rétorque Stéphane Vincent-Delpeyrat, chef de file du groupe socialiste. «Il faut construire quelque chose de nouveau, une identité partagée».
Même si la volonté est là, il n’empêche que certains élus, issus de l’ancien Limousin ou de Poitou-Charentes n’en démordent pas et ont l’impression d’être les «cocus» du changement de nom. «On n’est plus au temps où l’épouse devait porter le nom de son mari», souligne ainsi Monique Sémavoine (MoDem). «Il existe un fâcheux penchant que cette fusion absorption se fasse au profit de l’Aquitaine. Comment s’approprier une identité nouvelle quand le nom est celui de ses voisins ?».
Les écologistes, par la voix de Jean-Louis Pagès, ont trouvé la parade : accoler à Nouvelle-Aquitaine dans la communication le nom des trois anciennes régions dessous : Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Leur amendement en ce sens sera d’ailleurs adopté. C’était également une proposition du premier vice-président Gérard Vandenbroucke, pour qui, il est impossible que les anciennes identités s’effacent avec la nouvelle région. «Je suis né en Limousin, pas né Limousin. Je le suis devenu. Je le resterai demain», justifie-t-il.
Le nouveau nom, Nouvelle-Aquitaine, sera finalement adopté à la majorité (cinq abstentions, onze votes contre, sur 183 élus) sous un concert d’applaudissements nourris. Et le nom des trois anciennes régions, qui ont fondé la grande région, devrait apparaître dans le nouveau logo a promis le président Alain Rousset qui rappelle qu’un nom, c’est bien, mais «il reste à faire une identité. La Région doit avoir un sens. Cette identité doit marquer une ambition, une volonté de développement, de laboratoire». En résumé, tout reste encore à construire.
La dette
sur les épaules
L’autre copieux dossier de la journée était bien évidemment l’examen et le vote des comptes administratifs des trois anciennes régions. Une formalité, normalement. Mais c’était oublier Poitou-Charentes et ses dérives financières dont il a été une nouvelle fois question. Pour le FN, hors de question de voter le compte administratif de l’ancienne région de Ségolène Royal, compte tenu des dérives. Idem pour la droite qui, par la voix d’Olivier Chartier, rapporteur (LR) du budget, réclame un vote du compte administratif de Poitou-Charentes à bulletin secret, tout comme les centristes du MoDem et de l’UDI.
Pour Jean Dionis du Séjour (UDI), ces chiffres «sont scandaleux». Il va jusqu’à poser la question de la sincérité des comptes de Poitou-Charentes.  Ils ne seront finalement pas entendus et le vote se fera à main levée. La gauche (PS, EELV, PRG) vote pour, centre, droite et extrême droite contre, ne voulant pas cautionner les dérives financières.
Présent, Jean-François Macaire (lire par ailleurs), a logiquement souhaité répondre. S’il ne s’est pas exprimé clairement sur les dérives, il a rappelé que les dépenses engagées par son ancienne région avaient été «utiles» comme par exemple pour les apprentis ou le transport, renvoyant toutes les réponses aux questions essentielles au rapport de la Chambre régionale des comptes. Qui est attendu avec impatience pour l’automne.
L’ancien président de l’ex-Région Limousin Gérard Vandenbroucke est également monté au créneau. Attaqué par la Corrézienne (LR) Françoise Béziat qui a taxé le compte administratif du Limousin de «calino-communication», le premier vice-président de la Nouvelle-Aquitaine l’a renvoyée dans ses 22, lui rappelant simplement la «volonté d'accélérer la transition écologique», les efforts faits sur le numérique ou les lycées ou encore le rachat d’un emprunt toxique. Même Néo-aquitains, les Limousins savent comment se trouver.
Par Ewen Cousin

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.