Fil info
20:27Corrèze : Vers une convergence des luttes autour des rond-points ? -> https://t.co/vAxApwjaXb
19:43Périgueux : Pas les pompiers de l’état -> https://t.co/GBBD9KuJG3
19:02Indre : Stop aux éoliennes en Berry, un collectif réunit les opposants -> https://t.co/ZqXdkWRp6X
18:56Indre : Pas dupes des annonces de Macron -> https://t.co/A3Iex2Kb1h
18:01Dordogne : Ils ne veulent pas d’une éducation au rabais -> https://t.co/vtpKgrBDEN
17:45Région : Ils ne disent pas merci Macron -> https://t.co/2l3imTUNfU
17:08Terrasson-Lavilledieu : Les CdC s’unissent pour aider les commerçants et artisans -> https://t.co/M5nY86CfK8
17:06Sarlat-la-Canéda : La 26e campagne sarladaise a été lancée -> https://t.co/iKvrgw590Q
16:57RT : Tout simplement ahurissant : aucun ministre français à la négociation finale de la . C'est la première fois que ça arrive.
16:55# # - -Vienne : Solidarité plutôt que fermeté -> https://t.co/1HEHnQiFUh
16:42# # - -Vienne : Patrick Gensac, le nouveau président -> https://t.co/ym3mXCDqVp
16:33# # - -Vienne : Envoûtant d’énergie -> https://t.co/AHRoFyHkLP
16:31# # - -Vienne : «Je donne - je vends» ou l’économie collaborative -> https://t.co/it0NqH1596
16:25ça bloque à La Croisière
15:51Boulazac : Le mini-golf de Barnabé bientôt réhabilité -> https://t.co/9aU1MPEURg
15:49RT : n’en a pas fini avec nous ! Oui nous sommes en ballotage très défavorable. Mais avec tous les appuis que nous… https://t.co/IBsYTKmj0Z
15:48Un nouveau service proposé par l'Agglo "Je donne - je vends by Limoges Métropole". Dans notre édition de demain. https://t.co/JKPIx6Qwqk
14:54Coulounieix-Chamiers : Une édition qui s’annonce technique -> https://t.co/G4mJzuICSj
11:17RT : convergence des luttes autour du rond point des horloges entre et https://t.co/20meVzsFu1
09:47RT : C'est aujourd'hui à ! Venez nombreux à l'auditorium de la Médiathèque Intercommunale Eric Rohmer à 18h !… https://t.co/kxLKsEMdtD
09:39L'avant dernière étape de la tournée d' se passe à lundi 17/12, Grande Salle de la mairie à 18… https://t.co/mr9A7xtUV0
09:29RT : barrage filtrant et distribution de tracts autour du feu https://t.co/ynBYBhNMFg
09:29RT : les gaulois réfractaires sont en place. Derrière on installe palettes et journaux pour faire un feu https://t.co/jpQXJBcp95
09:29RT : il commence à y avoir du monde malgré le froid https://t.co/84CvTMtvZE
09:29RT : Des manifestants doivent arriver d'Ussel également. Et cet après-midi à 14h le rassemblement sera au rond point de Beauregard à
09:29RT : la arrive au rond point des horloges à la zone de La Montane à en opération escargot. https://t.co/RiF84QXvr6
09:23C'est aujourd'hui à ! Venez nombreux à l'auditorium de la Médiathèque Intercommunale Eric Rohmer à 18h !… https://t.co/kxLKsEMdtD
09:17Nécrologie : Bernard ! on ne t'oubliera pas https://t.co/aCtWnsWTfX https://t.co/aCtWnsWTfX
08:00🌍 Si vous ne connaissez pas , suivez et dans le parc naturel du Périgord L… https://t.co/sCUjJhthUu
07:56Région : Remise du premier prix littéraire Jacques-Lacarrière à Jean-Luc Raharimanana un fidèle des Francophonies… https://t.co/abtQtJfumk
07:53 de Noël Limoges # - : Marché de Noël, une vitrine de l’excellence locale -> https://t.co/ZQTA3C7tv2
07:50Région : SNCF, quand les élus déblaient la voie -> https://t.co/OeAQiqWX4r

La Nouvelle-Aquitaine en quête d’identité

La grande région a désormais un nom : Nouvelle-Aquitaine. Il a été entériné hier à Bordeaux au cours de la séance plénière du conseil régional.

ALPC (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes) est morte, vive Nouvelle-Aquitaine, dont le siège sera
désormais (ô surprise) à Bordeaux. Ainsi l’ont décidé les élus régionaux hier à Bordeaux. Ce nom, qui doit encore être validé par le Conseil d’Etat à l’automne, est loin de faire l’unanimité, mais c’était celui qui tendait à rassembler le plus. Bien qu’il contienne l’appellation «Aquitaine», ce nom fait référence à l’Aquitaine historique, le pays des eaux mêlées, pas à la Région défunte? ont voulu clarifier quelques élus. «Nous ne sommes pas là pour effacer l’identité de chaque territoire», rappelle en préambule Anne-Marie-Cocula, qui a chapeauté le groupe de travail sur le nouveau nom. «Un nom, c’est une marque ombrelle, un choix de raison, de réflexion, d’innovation et d’anticipation».
La droite, par la voix de Virginie Calmels (LR), cautionne le nom... A quelques nuances : chaque élu de son groupe sera libre de voter pour ou contre. Mais, surtout, prévient-elle, «la potion Aquitaine, avec une fiscalité maximum ne doit pas être imposée à tous. Il faut avoir une vision plus décentralisée de la grande région». Pas de risque, rétorque Stéphane Vincent-Delpeyrat, chef de file du groupe socialiste. «Il faut construire quelque chose de nouveau, une identité partagée».
Même si la volonté est là, il n’empêche que certains élus, issus de l’ancien Limousin ou de Poitou-Charentes n’en démordent pas et ont l’impression d’être les «cocus» du changement de nom. «On n’est plus au temps où l’épouse devait porter le nom de son mari», souligne ainsi Monique Sémavoine (MoDem). «Il existe un fâcheux penchant que cette fusion absorption se fasse au profit de l’Aquitaine. Comment s’approprier une identité nouvelle quand le nom est celui de ses voisins ?».
Les écologistes, par la voix de Jean-Louis Pagès, ont trouvé la parade : accoler à Nouvelle-Aquitaine dans la communication le nom des trois anciennes régions dessous : Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Leur amendement en ce sens sera d’ailleurs adopté. C’était également une proposition du premier vice-président Gérard Vandenbroucke, pour qui, il est impossible que les anciennes identités s’effacent avec la nouvelle région. «Je suis né en Limousin, pas né Limousin. Je le suis devenu. Je le resterai demain», justifie-t-il.
Le nouveau nom, Nouvelle-Aquitaine, sera finalement adopté à la majorité (cinq abstentions, onze votes contre, sur 183 élus) sous un concert d’applaudissements nourris. Et le nom des trois anciennes régions, qui ont fondé la grande région, devrait apparaître dans le nouveau logo a promis le président Alain Rousset qui rappelle qu’un nom, c’est bien, mais «il reste à faire une identité. La Région doit avoir un sens. Cette identité doit marquer une ambition, une volonté de développement, de laboratoire». En résumé, tout reste encore à construire.
La dette
sur les épaules
L’autre copieux dossier de la journée était bien évidemment l’examen et le vote des comptes administratifs des trois anciennes régions. Une formalité, normalement. Mais c’était oublier Poitou-Charentes et ses dérives financières dont il a été une nouvelle fois question. Pour le FN, hors de question de voter le compte administratif de l’ancienne région de Ségolène Royal, compte tenu des dérives. Idem pour la droite qui, par la voix d’Olivier Chartier, rapporteur (LR) du budget, réclame un vote du compte administratif de Poitou-Charentes à bulletin secret, tout comme les centristes du MoDem et de l’UDI.
Pour Jean Dionis du Séjour (UDI), ces chiffres «sont scandaleux». Il va jusqu’à poser la question de la sincérité des comptes de Poitou-Charentes.  Ils ne seront finalement pas entendus et le vote se fera à main levée. La gauche (PS, EELV, PRG) vote pour, centre, droite et extrême droite contre, ne voulant pas cautionner les dérives financières.
Présent, Jean-François Macaire (lire par ailleurs), a logiquement souhaité répondre. S’il ne s’est pas exprimé clairement sur les dérives, il a rappelé que les dépenses engagées par son ancienne région avaient été «utiles» comme par exemple pour les apprentis ou le transport, renvoyant toutes les réponses aux questions essentielles au rapport de la Chambre régionale des comptes. Qui est attendu avec impatience pour l’automne.
L’ancien président de l’ex-Région Limousin Gérard Vandenbroucke est également monté au créneau. Attaqué par la Corrézienne (LR) Françoise Béziat qui a taxé le compte administratif du Limousin de «calino-communication», le premier vice-président de la Nouvelle-Aquitaine l’a renvoyée dans ses 22, lui rappelant simplement la «volonté d'accélérer la transition écologique», les efforts faits sur le numérique ou les lycées ou encore le rachat d’un emprunt toxique. Même Néo-aquitains, les Limousins savent comment se trouver.
Par Ewen Cousin