Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !
09:50RT : Présents à l'AG de l'association des maires de la Creuse https://t.co/2xs6doyhte

Portes du cuir, portes d’avenir

L’économie, la formation, le patrimoine et le tourisme étaient au cœur du déplacement d’Alain Rousset autour de la filière Cuir en Dordogne et en Haute-Vienne hier.

En Dordogne, Alain Rousset s’est rendu au Pôle d’excellence du cuir et du luxe, à Thiviers, où il a assisté à la première assemblée générale du Cluster Réso’Cuir Nouvelle-Aquitaine. Créée le 22 novembre dernier, cette association émane d’un constat. La filière cuir est importante dans la Région, mais sa dispersion la handicapait.
Le Cluster veut être une porte d’entrée pour toutes les entreprises, de l’agriculteur qui élève les bêtes qui donneront la matière première à l’industriel qui la transformera en produit fini, sans oublier les artisans d’art qui participent également à la création de valeur pour ce secteur, comme le soulignait le président fraîchement élu de l’association, Laurent Duray. Patron de Lim groupe (Cwd-Devoucoux), entreprise spécialisée dans les selles de luxe, ses réalisations ont équipé la moitié des médaillés des dernières olympiades en équitation. Soutenue par le conseil régional la filière s’appuie maintenant sur des piliers solides et complémentaires, et les échanges entre tous ces acteurs a permis, par exemple, une amélioration de 60 % de la qualité des peaux grâce aux contacts directs entre ceux qui les produisent et ceux qui les transforment. Alain Rousset a souligné combien la formation est importante : «par elle, on relance une filière». Il prenait l’exemple du lycée professionnel de Thiviers qui a choisi de se mettre à la disposition des entreprises «pour qu’elles fassent leurs formations au sein de l’éducation nationale. C’est une révolution à bas bruit de ce ministère qui démontre que le monde de la formation sait s’adapter à celui de l’entreprise».
A Saint-Junien, la visite a commencé par les locaux de l’entreprise Daguet. Cette PME spécialisée dans la maroquinerie est positionnée sur un créneau haut de gamme. Elle est partenaire de près de 400 revendeurs en France, en Europe et dans le monde... Et elle a pu s’appuyer sur une avance remboursable de 69.000 euros, attribuée par la région.
Pour conclure sa visite, c’est à un moment véritablement historique qu’a assisté Alain Rousset, accompagné du maire de Saint-Junien, Pierre Allard et du président de la communauté Porte Océane du Limousin, Joël Ratier : le dévoilement de la plaque lançant officiellement le projet de la Cité du Cuir.
Ce projet, dont le coût s’élève à 9,3 millions d’euros comporte deux parties distinctes ouvertes au public. La première abritera la muséographie et la présentation d’un parcours d’interprétation du cuir. La seconde, en accès libre, proposera des animations conçues pour inciter le visiteur à revenir sur le site, indépendamment de l’espace muséal (expositions temporaires, ateliers pédagogiques, centre de documentation, boutiques, ateliers d’artisans...)
Grâce à la Cité du Cuir, c’est une vaste friche industrielle qui va revenir à la vie, symbolisant l’engagement de tout un territoire pour construire son avenir sans se couper de ses racines. Une note d’espoir en ces temps difficiles.
Par Bertrand Catus              et Isabelle Vitté

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.