Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !
09:50RT : Présents à l'AG de l'association des maires de la Creuse https://t.co/2xs6doyhte

Ligne Polt : tant de possibles

C’est à Saint-Sulpice-Laurière en Haute-Vienne que l’association Urgence Polt a tenu son conseil d’administration samedi, au lendemain du comité de concertation pour un schéma directeur de la Ligne ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse réuni

L’association que préside Jean-Claude Sandrier n’avait pas choisi Saint-Sulpice-Laurière au hasard.
En effet, cette commune de Haute-Vienne a une histoire fortement marquée par le rail. Elle se bat aujourd’hui pour le rétablissement d’arrêts en gare de Saint-Sulpice Laurière sur la ligne Paris-Toulouse ( POLT ).
Le conseil d’administration de Urgence Polt se tenait donc au lendemain du comité de concertation réuni à Limoges en présence notamment du préfet Philizot, chargé d’une mission de concertation avec les territoires portant sur l’avenir des TET (trains d’équilibre du territoire).
«Si on avance, c’est grâce à la crédibilité du Polt» lançait lors de la réunion le président Jean-Claude Sandrier.
Des avancées sur la ligne Polt, il y en a en effet avec le renouvellement prévu du matériel roulant ; un appel d’offres sera lancé en avril pour une décision à suivre mi 2018. «La mise en service des premiers trains se ferait en 2022» explique Jean-Claude Sandrier. Deux lignes structurantes sont concernées par cet appel d’offres : le Polt et Paris-Clermont. Deux lignes qui à elles seules représentent environ 700 millions d’euros.
«Nous demandons des trains adaptés aux lignes grande distance poursuit le président de l’association «et qui roulent à 220 km/h sur une certaine distance.»
Cette ligne bénéficie aussi de travaux sur les infrastructures ce qui n’est pas sans poser problèmes pour la circulation des trains. Des travaux entamés et qui vont durer jusqu’an 2021. «Nous avons insisté pour qu’il y ait le moins de perturbations possible sur le trafic» note Jean-Claude Sandrier qui pointe la concurrence féroce en embuscade avec notamment les bus Macron.
Des travaux qui auront bien sûr une incidence positive sur le temps de trajet. «SNCF Réseau estime qu’on peut gagner 15 à 20 minutes entre Limoges et Paris ; mais on peut gagner encore 15 minutes de plus sur le trajet avec des travaux supplémentaires ; ça ferait un Paris-Limoges à 2h45, 2h30» souligne le président.
Un temps de trajet raccourci ce qui fait craindre ici et là, des arrêts supprimés dans certaines gares. «Si on ne pose pas la question du temps de trajet, on verra renaître des projets comme Poitiers» explique pour sa part Daniel Geneste, vice-président de Urgence Polt.
Mais il y a beaucoup de possibles, comme se plaît à le dire Jean-Claude Sandrier. «Aujourd’hui, il y a 10 trains par jour sur la ligne. Il faut qu’il y en ait plus ; certains ne s’arrêteront que dans quelques gares, et d’autres, dans toutes les gares. Il faut jouer sur le cadencement.»
S’il y a beaucoup de possibles pour cette ligne Polt, le président insiste : «Il faut surtout une ambition politique. Et le schéma directeur Polt peut se placer dans cette ambition là.»
D’autant que la ligne Polt est la moins déficitaire des TET de France. «Rénovée, elle sera totalement rentable» ponctue Jean-Claude Sandrier.
L’association Urgence Polt attend maintenant le rapport de la mission Delebarre  sur l’amélioration de l’accessibilité de Limoges, du Limousin et des territoires limitrophes qui sera rendu prochainement.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.