Fil info
23:22Brive-la-Gaillarde - Les Jeux Gaillards reviennent cet été https://t.co/tP2n2lQNws
23:22International - Eurogroupe et Grèce : jusqu’à la lie https://t.co/zROI6nnmI3
23:20France - Flou et pommade https://t.co/CWQA0TEMsu
23:17International - Le Royaume-Uni meurtri après l’attentat revendiqué par Daesh https://t.co/C14eazdlWS
23:08La une du Mercredi 24 Mai 2017 https://t.co/tGCXBHIyrm
22:55La décision du tribunal de commerce devrait être connue demain matin. S'il y a de l'espoir les salariés comptent... https://t.co/aDLAeMYukb
22:26Région - GM&S : une lueur d'espoir https://t.co/z12tlLoSni
19:47Indre - Les soignants souffrent eux aussi https://t.co/Z1IUEMzPFh
19:46Indre - Jobs en stock au salon « 2 000 emplois, 2 000 sourires » https://t.co/6ISJIdUDOR
19:21Région - La Coordination rurale envahit une réunion nationale à l’ASP https://t.co/JQv0P6xBVV
18:50 la décision du tribunal sera connue demain en fin de matinée. Les salariés demandent aux constructeurs d'agir.
18:06 l'attente devient longue devant le tribunal de commerce de Poitiers...
18:04 l'audience au tribunal de commerce de Poitiers n'est pas encore terminée. L'attente devient longue à... https://t.co/hyyDS0XSb5
17:24«L'eau, l'arbre, la haie dans nos projets de territoire» était le thème choisi par les Conseils d'architecture... https://t.co/eOZGgmTIIt
17:23Creuse - Trame Verte et Bleue et haies en questions https://t.co/G8Fx7nKGAp
17:21Ludivine, Margaux, Loïse... de la commission vie quotidienne du conseil municipal des enfants de Guéret ont... https://t.co/Vf0gGqgo3q
17:20Creuse - Des fausses contraventions pour mieux stationner https://t.co/wgt7HKPa41
17:18Comme à son habitude, le Festival pliant proposé par l’association le Champ se-cret revient en ce week-end de... https://t.co/y9bq7MIqbp
17:17Creuse - Mystère et vérité autour du Festival pliant 2017 https://t.co/phP8p6Urem
17:00Celon - Les enfants maîtres du château le temps d’une journée https://t.co/PIBmGiDcaA
16:22 Jean-Marc Ducourtioux Vincent Labrousse, Patrick Brun et l'avocat des salariés Me Borie sont... https://t.co/j4Fhg6darV
15:53 les salariés et leurs soutiens ont respecté une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat de Manchester.
15:44 Philippe Poutou est de nouveau aux côtés des salariés à Poitiers.
15:40 Philippe Poutou est de nouveau aux côtés des salariés à Poitiers.
15:16 près de 400 personnes devant le tribunal de commerce de Poitiers pour défendre les salariés https://t.co/pIdEbtTW2w
15:15 Les salariés sont arrivés devant le tribunal de commerce de Poitiers où ils étaient attendus par une... https://t.co/zIWrqF07Vm
13:10 les cinq cars partent de La Souterraine direction Poitiers. https://t.co/sFZwFTS9cI
12:13 les salariés reçoivent des soutiens de partout même des dessins d'enfants. https://t.co/jqte9fVjh1
10:19Brive-la-Gaillarde - Un championnat de France plutôt "raid" https://t.co/SJnTPNArB9
10:19Brive-la-Gaillarde : Un championnat de France plutôt "raid" -> https://t.co/2qJjXm4KVy
10:05Région - Un réseau de drogue démantelé à Brive https://t.co/VsO57WqXLR
10:05Région : Un réseau de drogue démantelé à Brive -> https://t.co/lp971KyA6W
08:45Dans notre édition aujourd'hui : - Face aux annonces, les salariés de GM&S restent prudent - Zoom : Compostelle à... https://t.co/8lkHOsaILP

Faim d’un peu de considération

Hier, des salariés et des représentants du personnel ont entamé une grève de la faim dans le hall du CHU pour dénoncer le sous-effectif chronique dont souffre l’hôpital régional universitaire.

«J’avoue que j’ai la boule au ventre. On va rester ici dans ce couloir 24h sur 24 et l’ai un peu l’impression d’entrer en prison. C’est un cri de rage à la hauteur de la souffrance qu’endurent les collègues au quotidien. Voir les collègues pleurer, moi je n’en peux plus. Mais cette fois, on ne perdra pas.» Jeune père de famille et représentant de la CGT, Aymeric est l’un des trois du CHU qui ont décidé hier d’entamer une grève de la faim afin que les revendications du personnel, notamment en terme d’effectif soient enfin prises en considération.
«Ici, il y a environ 500 infirmières en arrêt. Les cas de burn-out se multiplient. Tous les jours, on nous rappelle sur nos temps de repos et sur nos congés annuels, décrit Jacqueline Lhomme-Léoment qui elle aussi a décidé d’exprimer sa colère en cessant de s’alimenter. Une action inédite dans un établissement où l’on connaît les dangers de ce type d’action. Mais après 40 ans de boîte, Jacqueline estime ne plus avoir d’autres choix. «Evidemment je sais les risques que je prends. Evidemment mes filles s’inquiètent. Vous savez, on est au bout du rouleau et on a tout essayé pour faire comprendre à la direction que ça ne pouvait pas continuer ainsi.» «C’est une action extrême, aussi extrême que ceux qui se suicident sur le lieu de travail, lâche Thierry Collas (Sud). Quand on demande des renforts, la direction nous parle de rentabilité. Quand on parle des malades, on nous répond T2A. On n’a plus le choix, on ne peut plus tenir. Dans une entreprise privée, on serait déjà allé aux prud’hommes. Le personnel est épuisé.»
Dans le grand couloir qui mène aux ascenseurs, deux tentes de fortune marquent le campement improvisé de la CGT et de Sud, dont les représentants vont payer de leur personne. De nombreux usagers s’arrêtent et signent la pétition. «Je suis d’accord à 100% avec vous, lance l’un d’eux au militant qui lui tend un stylo. Quand on est hospitalisé on se rend compte à quel point il manque de monde dans les services.»
La situation vécue au CHU illustre les effets de la cure d’amaigrissement subie par le personnel soignant. En cause les lois Bachelot et Touraine. «Et cette année, on prévoit encore 22.000 suppressions de postes», dénonce Thierry Collas. Avant la grève de la faim débutée hier, la CGT et Sud ont plusieurs fois tiré la sonnette d’alarme. Il y a une dizaine de jours, deux mobilisations consécutives ne sont pas parvenues à inverser la tendance. «Lors des négociations, le directeur général ne s’est même pas déplacé, déplore Aymeric Martin. Et ces représentants n’ont rien annoncé d’autre que le statu quo. C’est une insulte.» Avertie de la grève de la faim qui se dessinait, la direction n’a pas plus réagi. «On nous dit qu’il n’y a pas de moyens mais par contre, le directeur général a revu à la hausse l’investissement dans les murs, s’interroge un syndicaliste. On privilégie clairement les opérations immobilières et financières». «Et ce sont les agents qui sont considérés comme une simple variable d’ajuste-ment», résume Thierry Collas.
«Hier après-midi, le directeur général n’a apporté aucune réponse aux points précis que nous lui avons soumis, explique Florence Metge. (CGT) Il nous a promis qu’il nous répondrait mais quand, on ne sait pas.» Il y a pourtant urgence notamment dans le grand couloir du CHU où on commence sérieusement à avoir les crocs.
Par Jérôme Davoine

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.