Fil info
09:46GM&S avec des propositions à l’Elysée... https://t.co/xJfsnbBEJ7
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

Trouver plus l’espace afin de mieux cultiver la terre

Haute-Vienne

Depuis 2003, Terre de Liens est une association qui a vocation d’encourager le développement d’une agriculture biologique, biodynamique et paysanne.
Ils étaient une quarantaine dimanche dernier à assister à l’assemblée générale de Terre de Liens
Limousin qui avait lieu à Condat-sur-Vienne (87).
L’association limousine rassemble 144 adhérents dont 38 bénévoles actifs. Son conseil d’administration réunit 15 personnes résidant en Haute-Vienne, Creuse et Corrèze. Agriculteurs et consommateurs, urbains et ruraux, actifs et retraités, la diversité de ce conseil d’administration en fait une richesse. Philippe Segard en fait partie. Il explique : «Nous sommes un mouvement qui comprend plusieurs structures : des associations nationales déclinées en associations territoriales, une structure foncière et une fondation. Le but principal de notre mouvement est d’acquérir des fonciers agricoles pour pouvoir installer des agriculteurs en agriculture biologique».
En effet, le mouvement Terre de Liens est fort d’un réseau associatif mobilisé dans toutes les régions de France qui accompagne des projets, informe et sensibilise autour des enjeux fonciers et agricoles. Aussi, le mouvement dispose d’une foncière, autrement dit d’un outil d’épargne solidaire et d’investissement qui permet d’acheter des fermes. Enfin, Terre de Liens a à sa disposition une fondation reconnue d’utilité publique qui reçoit dons, legs et donations de fermes.
«Les agriculteurs savent que pour acquérir et s’installer sur une ferme Terre de Liens, c’est forcément en agriculture biologique» rappelle Philippe Segard. Pour lui, l’agriculture «raisonnée» est un terme bien trop générique qui ne rime pas forcément toujours avec un réel respect de l’environnement. C’est alors qu’il précise : «Notre action ne se limite pas à acheter des terres puisque nous travaillons avec les institutions locales, les collectivités locales, les mairies pour inciter à changer le regard sur le foncier agricole et le protéger».
L’an dernier, les bénévoles de l’association ont d’ailleurs organisé ou participé à une vingtaine de manifestations dédiées au grand public, avec le principal objectif de sensibiliser et de mobiliser citoyens et acteurs locaux autour des problématiques foncières et agricoles.
Acteur et élu local, Jérôme Orvain, délégué agroécologie et agriculture biologique pour la région Nouvelle-Aquitaine, était présent lors de l’assemblée générale de la délégation limousine : «Il est ici pour exposer les liens qui existent entre foncier agricole, agriculture biologique et les prérogatives qu’il a sur cette évolution au niveau de la nouvelle grande région» résume Philippe Segard.
Les membres du mouvement espèrent bien que l’élargissement des frontières régionales va permettre une prise de conscience sur la nécessité de vraiment développer l’agriculture biologique.
Johan Detour

Commentaires

Modest and
sparkling virtue,
I can hear an
attraction where
a delicate
candle discovers
a fate.

Francesco Sinibaldi

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.