Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

Des hallebardes et des pièces auto

GM&S

Il pleuvait à seaux hier sur Guéret et pas que des gouttes d’eau. Les salariés de GM&S, mis hors d’eux par l’annulation de la réunion prévue en préfecture, sont venus quand même et ne sont pas arrivés les mains vides : les pièces autos, s’ils savent bien les faire, ils savent tout aussi bien les lancer.
Les jours se suivent et se ressemblent. Les forces de l’ordre se mettent à l’entrée du petit bout de rue qui sépare la place Bonnyaud de la place Lacrocq sur laquelle est posée la préfecture de la Creuse. Les salariés de GM&S sont attendus pour le début de l’après-midi, ils tiennent à manifester leur exaspération suite à l’annulation de la réunion prévue en préfecture, point d’étape avant l’audience du tribunal de commerce de Poitiers mardi... Une annulation qui, pour les salariés n’annonce rien de bon : « ça veut dire que les choses n’avancent pas ou alors qu’elles se décident dans notre dos. »
Précédés par un concert de klaxon, 150 salariés arrivent. Une voiture tonitruante ouvre la marche, suivie d’un camion qui à peine positionné devant les grilles est délesté de son contenu, un gros stock de pièces d’auto. « Il n’y a pas de réunion, on n’est pas content et on va le montrer », résume Fabrice, 49 ans - « vous voyez ce qui m’attend » - dont 28 de boîte, qui ne tarde pas à rejoindre ses collègues qui ont entamé un concert de carters, en prélude à une pluie d’enfer. « On va leur montrer notre travail, ce qu’on fait comme pièces », déclare Jean-Marc Ducourtioux, avec un stoïcisme amusé « Y en a un bon paquet... » Le secrétaire du CHSCT a, lui, 31 ans de boîte, secteur méthodes et industrialisation, « et ça fait un moment que j’aurais envie de refaire de l’industrialisation. »
À 15h30, une délégation de salariés, accompagnée de Catherine Bailly, secrétaire générale de l'UD CGT, Éric Correia, conseiller régional et Étienne Lejeune, président de la grande intercommunalité de l'ouest Creuse est reçue par le préfet. Celui-ci confirmera le bruit selon lequel le dossier est sur le bureau du nouveau ministre de l’économie, Bruno Lemaire qui devrait en faire une priorité. « Nous avons dit que nous étions disponibles jour et nuit pour le rencontrer, qu’il ait notre version et pas seulement celle des constructeurs. », rapporte Vincent Labrousse, représentant du personnel. Du côté de ces derniers, qui s’étaient engagés à transmettre au tribunal de commerce des courriers permettant à l’entreprise sostranienne d’obtenir un délai,  rien n’a été fait.
Les salariés qui, avec dignité, prouvaient hier encore leur détermination appellent à une manifestation nationale mardi 23 mai au tribunal de commerce de Poitiers à 15h pour une audience à 16h30.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.