Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

à Bellac, l'ovin représentant européen

Pelouses rases, eau absente, chaleur de saison... pour le 10e salon international TechOvin, dédié en grande partie à l'installation des jeunes et à la nourriture à l'herbe, soit une agriculture à taille humaine, rien n'était fait pour que tout se passe b

Le terrain de camping, comme l'évolution sportive dédiée aux entraînements des rugbymen et footballeurs locaux, était recouvert de deux immenses chapiteaux et des dizaines de petites installations toutes dédiées et toutes occupées. Entre le premier TechOvin il y a 20 ans et son 10e descendant, que d'évolutions. De 3.000 entrées payantes à des milliers de plus (entre 15 et 17.000 sur deux jours), la différence se voit aussi dans les langages.
Le lieu est «professionnel». Le barriérage semble anodin, mais  les couloirs de contention sont de véritables «pistes de formule un». Et pour en faire la démonstration, des entreprises certes françaises, mais aussi espagnoles, néo-zélandaises... On parle le mouton dans toutes les langues durant deux jours. Deux jours qui ont commencé «à l'extérieur» par des visites techniques, tant sur la pousse de l'herbe, la reproduction, les ma-
ladies, à l'image de ce groupe d'éleveurs suisses à la Ferme du Mourier (la mecque technique du mouton) qui se rappellent encore très bien la visite de l'abattoir de Bellac, le salon précédent. L'avenir est bien sûr sur le site avec la visite de tous les lycées agricoles de la Nouvelle-Aquitaine, car le mouton, peut être des hauteurs creuso-corréziennes, des pentes basques ou des prairies landaises. Il peut être de viande, de viande et/ou laine et de viande et/ou/lait. Car la particularité de l'élevage ovin et Bellac en est la capitale pour cela, c'est son adaptabilité et ses différentes possibilités de ressources économiques.
Bienvenue
dans le monde ovin
En «français dans le texte», le mouton (mâle, femelle, petit...) c'est «bêêê !». A TechOvin, le mouton, c'est... naturellement européen. Soit au concours de tonte où l'on parle plusieurs langues (espagnole, suisse, anglaise, française... belge), soit dans les entreprises donc ou les grands laboratoires venus, tout à côté des tenants du bio qui ont d'autant plus leur place que le salon est dédié à l'herbe et aux jeunes qui s'installent.
à l'agitation du côté de la gendarmerie, vers 11 h, on sentait bien qu'il y avait de la personnalité à proximité du salon. Claude Souchaud, président d'APOSNO (Association pour l'organisation d'un salon national ovin... à Bellac) est à la fois inquiet et ravi. Tout est bien en place, la température est idéale, pas une entreprise ni un sponsor ne manque, qu'il soit public ou privé. On peut donc couper le ruban inaugural, geste mené de concert par Mme Hourcade-Hatte, maire, M.Souchaud, président et M. Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine.
Une Nouvelle-Aquitaine qui, dans le premier chapiteau dans le sens de la visite, côtoie le «Centre Val de Loire», région elle aussi impliquée fortement dans la filière ovine. On parle un moment avec les jeunes agriculteurs d'installations, une voix s'élève d'un paysan (pas un petit) mécontent mais tout se passe bien. Visite diplomatique envers les représentants des régions, du territoire du Haut-Limousin en Marche et «pause gourmande» au CFA du Moulin-Rabaud... où la viande d'agneau est sublimée... simplement. La cohorte peut ensuite prendre le cheminement qui le mènera des groupes d'éleveurs aux entreprises, on poussera jusqu'aux tondeurs de moutons, à la filière laine, toujours aussi souriante... et de qualité.
C'est que la journée n'est pas terminée, loin s'en faut. à 15h, au LPA de Magnac-Laval (mis en «couples» avec le CFPPA de Bellac et le lycée des Vaseix) on va inaugurer un nouvel internat, preuve s'il était besoin de la volonté collective (née réellement pour ce cas sur le terrain alors que l'établissement était en fort danger il y a quelques années) d'aménagement du territoire. Et d'ailleurs le président Rousset interpelle un groupe de jeunes, surpris de la moyenne d'âge qui fréquente le lieu. Il y a là des «lycéens agricoles» de Montmorillon, des Landes, du Pays Basque... et même les «Occitaniens» venus de Saint-Affrique.
Le rendez-vous va durer deux jours et la présidente de la FNO sera rejointe par sa consoeur de la FNSEA aujourd'hui puisque ce matin sous les ombrages de Charles-Silvestre va se dérouler la 54e Foire de Reproducteurs Ovins de Bellac, élément «souche» de TechOvin.
Ces deux journées sont bien celles des acteurs économiques, mais aussi d'occupation des territoires, de balance des paiements, de qualité des produits, de traçabilité et un peu plus visible que les années précédentes, de «fuite de la chimie moléculaire» qui a mis son diktat des années durant sur toutes les filières agricoles.
L'agriculture du XXIe siècle, c'est bien les 6 et 7 septembre à Bellac.
Par André Clavé

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.