Fil info
19:10Thenay : L’incroyable résurrection du calvaire d’Usseau -> https://t.co/e00UXRflgJ
19:08Châteauroux : Un air de rentrée à la librairie -> https://t.co/5MpJzmxxlP
19:06Châteauroux : Des cours de français pour profiter au mieux du stage -> https://t.co/3wdQwk9Ngf
18:32Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive | L'Echo https://t.co/1qf140gvWm via
18:08Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive | L'Echo https://t.co/XlpIgXlahp via
18:05Dordogne : La SPA arrivée à saturation -> https://t.co/t4vmfDX8DX
17:31Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive -> https://t.co/HaWRhfR7EZ
16:05Bergerac : Elles font un périple cyclo pour vaincre la mucoviscidose -> https://t.co/Q5lQL7iNJm
16:01 peut- t-il y vivre? Se prétendre 2eme force de l'opposition française fait 😂😂😂… https://t.co/vjtt2BtWEM
11:26https://t.co/h3Hxzp6wkW la fête en 2018 c'est à Lacelle, Corrèze https://t.co/8Mhuxs3GQR
22:44International : Gênes : 43 morts et la société d'autoroute en accusation -> https://t.co/otWSJ3qcDj

LSI : Matière à inquiétude ?

Economie

Les mois ont passé. Sur le site, les lettres LSI ont remplacé les lettres GM&S presque partout, quelques coups de peinture sont venus éclaircir les façades,   quelques coups de balai, expulser la poussière et les araignées. Le député de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau, qui n’était pas retourné sur le site de GM&S depuis sa reprise par GMD, n’a pas dû être dépaysé, d’autant que,  pour ce qui est de l’activité, les choses n’ont pas trop bougé... Il retrouvait hier matin, Alain Martineau PDG de GMD pour faire le point sur celle-ci.
Saisi par les salariés inquiets de l’extrême lenteur de la reprise, Jean-Baptiste Moreau se rendait sur le site de LSI, ex GM&S, hier, pour une visite de site. « Je ne suis pas revenu sur le site depuis la reprise pour ne pas interférer, mais au vu des retours faits par les salariés, je suis venu voir ce qui se passe », explique-t-il à son arrivée. « Je suis attaché à ce que l’entreprise redémarre. LSI est important pour la redynamisation de la Creuse. » Il repartira moins de deux heures plus tard complètement rassuré, ou presque : « Ce qui manque, c’est la matière. » Et là-dessus, tout le monde est d’accord.
C’est un fait, aujourd’hui l’entreprise tourne au ralenti. À l’intérieur, un quart des bécanes tourne tandis que les salariés attendent les commandes, « pas de nouvelle pièce, rien de ce que devait apporter le groupe GMD », confie-t-on volontiers. Et la matière n’arrive pas plus, du moins pas comme il leur avait été dit qu’elle devrait arriver. « Ce qu’on demande c’est du travail. Les gars aux presses n’attendent que ça. »
L’arrivée d’un nouveau responsable de site, Patrick Beuscart, arrivé de Valeo, pour reprendre la place du directeur de transition, considérée, par certains, comme la marque du désir de pérennité d’Alain Martineau, ne rassure pas pour autant les salariés. « Nous, ce qui va nous rassurer, c’est quand la charge de travail va rentrer. Pourquoi le travail ne rentre pas ? Ou pas aussi vite qu’il le devrait ? Pourquoi Martineau, qui avait autant de pièces à cataphoréser ne les amène pas ? », énumère Yann Augras, représentant CGT du personnel. « Les 5 millions d’euros, il les a touchés ou pas ? Et où il va les mettre ? » Les échos renvoyés par ses homologues de GMD ne sont pas rassurants : quand Alain Martineau reprend, il n’investit pas. Ou peu, que ce soit sur le matériel ou sur l’embauche. « 100, 150 intérimaires en emboutissage, en plasturgie... », souligne Vincent Labrousse.
Sur ce point, Alain Martineau a été très clair : « les investissements ne seront pas pour tout de suite. Il faudra 1 ou 2 mois pour solidifier ce qui existe », explique-t-il. « Après, on développera un plan à moyen, long terme, on n’est pas là juste pour 2 ans. Notre stratégie est de trouver des investissements qui permettront de se différencier de la concurrence. »

Quelques repères

Si l’avenir de LSI interroge, celui des 150 salariés de GM&S licenciés préoccupe tout autant. Jean-Baptiste Moreau, qui a fait un point récemment avec pôle emploi, explique que 8 personnes seulement ont retrouvé du travail. « Les choses ne sont pas complètement en place », commente-t-il.
Et pour quel type d’emploi ?... « On sait que 3 gars ont trouvé un CDD de 6-8 mois... des gens de 30 ans d’expérience, multicompétents : pneumatique, hydrolique », annonce Vincent Labrousse. « On sait qu’il y en a un qui a retrouvé un emploi à 1.600 €, bac+2, 30 d’expérience. C’est pitoyable de proposer ce salaire à ce niveau  de compétence-là. » Une chose est sûre en tout cas. Aucun d’entre eux n’a trouvé de travail à Ussel.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.