Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

Le démantèlement d’un trafic avec l’appui du GIGN

Haute-Vienne

Hier, les enquêteurs de la brigade de recherches de Limoges, appuyés par les militaires du groupement de gendarmerie de la Haute-Vienne et de l’antenne GIGN de Tours ont interpellé à Limoges un individu suspecté d’être à la tête d’un trafic local de produits stupéfiants.
Au cours des perquisitions, 450g d’herbe de cannabis, 31g de cocaïne, 3.525 euros en numéraire, trois armes à feu (un pistolet automatique 6,35mm, un pistolet mitrailleur Sten 9mm et un fusil à pompe) et leurs munitions ont été saisies.
A l’origine du coup de filet, on retrouve une enquête préliminaire portant sur un trafic local de produits stupéfiants conduite, déjà, par les enquêteurs de la brigade de recherches de Limoges. Rapidement identifié, le mis en cause principal a fait ensuite l’objet d’investigations qui ont confirmé son implication dans un trafic de cannabis.
Une première opération judiciaire, menée en mai dernier, n’avait pas permis pas son interpellation mais avait conduit les gendarmes à la découverte de 4,6 kg d’herbe de cannabis.
Mais l’enquête s’est poursuivie et a permis de de retrouver sa trace dans le quartier de Beaubreuil.
Et donc, hier, à 6h, une opération qui a mobilisée quarante militaires du groupement de gendarmerie de la Haute-Vienne mais aussi de l’antenne GIGN de Tours et de l’escadron de gendarmerie mobile de Bellac, a conduit à l’interpellation du suspect en compagnie   d’une seconde personne. Ils ont été placés en garde en vue.
A noter que lors de la perquisition, deux télévisions et des appareils multimédias à la provenance frauduleuse ont également été saisis.
Retenons enfin que l’auteur principal des faits était recherché depuis de nombreux mois dans le cadre de la mise à exécution d’une peine d’emprisonnement faisant suite à une affaire de violences aggravées.