Fil info
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx
08:34 Quelle mascarade ...trois pékins de gauche ont appelé au secours les partis de gauche et que… https://t.co/nQRzli9szR
08:29RT : Rachat collectif du Magasin Général de Tarnac! Contribuez à ce projet sur https://t.co/dwuSJvzThN
08:08Bergerac : Rencontres catholiques de lycéens dans une église en crise -> https://t.co/AP8mUm3qrK
08:00➡🔎 A l'assaut d' dans sur avec et Alexandra Kassar. La découverte d'un magnifi… https://t.co/d4KKxqAMmf
21:08RT : ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:43Région : 17 octobre 1961 : massacre à Paris -> https://t.co/BOsHaQssov
18:35ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:12Indre : Alerte sur les retraites, les syndicats appellent à manifester -> https://t.co/G374biUkHI
18:11Dordogne : Un an de prison ferme pour maltraitance sur un très jeune garçon -> https://t.co/Q4zPDNK0ki
18:10Indre : Lisztomanias : cap sur l’Orient -> https://t.co/lK3PQkghtf
18:03A nos lecteurs : Une coupure de courant intervenue lundi à Presstalis a entraîné la non présence de L’Echo chez le… https://t.co/DxxR2Au9Is
17:51Beynac-et-Cazenac : Beynac : une visite de la déviation perturbée par les opposants -> https://t.co/QWc0gGpC2z
17:36# # - -Vienne : «Love» ou «ma vie est un film» -> https://t.co/Fk1a4rY0WJ
17:33Dordogne : Sinfonia se décline en saison -> https://t.co/LHi62MOGx5
17:32# # - -Vienne : Quand des élèves nettoient la planète -> https://t.co/iXaw9oAL9n
17:26Réforme des lycées : grandes inquiétudes à Valadon à Limoges. Lire communiqué https://t.co/MxEsb5BBTn
17:15Sarlat-la-Canéda : Les Sea Girls : la Revue, un pur divertissement -> https://t.co/tiGCEkXrth
17:13Ribérac : Deux ans d’arts pour la jeunesse -> https://t.co/ejwOXdDNKK
16:46# # - -Vienne : Un cross solidaire pour les enfants du Tchad -> https://t.co/NUVVCUb6HG
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD

Contre l’école du tri sélectif

Enseignants, parents d’élèves, lycéens, étudiants, élus... Malgré le froid, ils étaient hier plusieurs centaines à manifester leur mécontentement à Limoges.

Hier en Haute-Vienne, Fabrice Prémaud, pour le Snuipp-FSU dénombrait «40 écoles fermées et un enseignant en grève sur deux.»
Des chiffres qui témoignent d’un ras-le-bol qui parcourt les écoles mais, au-delà, l’éducation  dans son ensemble. Car tous mesurent aujourd’hui la logique macronienne à l’œuvre : une diminution toujours plus grande du nombre des moyens et, pour rendre supportable la disette éducative, une sélection des élèves sur les critères de vieux monde, à savoir que seul celui qui sera bien né, aura demain le droit de poursuivre des études. «Derrière cette convergence d’appel à l’action dans le 1er ou le 2nd degré, il y a l’idée que le manque de moyens ou l’instauration d’un bac à deux vitesses pose la question du service public et de la      réussite de l’éducation pour tous face à la politique du tri des élèves», résume Nicolas Villacampa (FSU). «Entre les conditions de préparation de la prochaine rentrée scolaire, le paquet réforme du lycée et du baccalauréat et la réforme de l’enseignement supérieur, on est face à un bloc cohérent  qui va renforcer les inégalités et générer plus de difficultés», ajoute Marianne Corrèze (Snes-FSU).
Les difficultés, on les endure à l’école primaire où le dogme du dédoubler les CP et CE1 dans les zones prioritaires se heurte à la réalité du terrain. «Sauf à dire que la maternelle n’a rien à voir dans l’acquisition de la lecture. Pourquoi on projette de dédoubler le CE à Madoumier alors que la même année on va supprimer une classe de maternelle ?» s’interroge une enseignante. Concernant, les plus petits, une autre institutrice identifie «la première violence de l’école aux enfants» quand, à 2 ans et quelques mois, on se retrou-ve dans une classe à l’effectif pléthorique, qui flirte avec les 30.
Pour l’école de Saint-Paul, la maire Josiane Rouchut a fait le déplacement avec son écharpe tricolore : «On a investi dans l’école et voilà comme on est récompensé. On peut aussi regretter qu’en Haute-Vienne, on applique avec zèle les injonctions du gouvernement. Ainsi, nous aurons la double peine : des moyens encore plus insuffisants cette année et l’an prochain, pas de compensation pour les dédoublements.»
Outre l’école et le lycée, près de 150 étudiants ont également fait le déplacement.  Parmi eux, Quentin s’estime très concerné par «la logique du plus d’étudiants et moins de moyens» mais aussi la mise en concurrence des universités ou plus prosaïquement, la malpropreté des salles de cours. «Pour faire le ménage, l’administration a externalisé et s'enorgueillit aujourd’hui que, grâce à cela, des personnes ont pu être embauchées en CDI. On croit rêver.»
Professeur en collège, Véronique Dubuis (CGT Educ’Action, résume : «Contre la logique budgétaire et la réduction des moyens, contre les attaques multiples que nous subissions, on a besoin     d’être  ensemble.»
Par Jérôme Davoine