Fil info
22:44International : Gênes : derniers espoirs pour trouver des survivants -> https://t.co/X0fRad7Swd
22:40International : Tunisie : projet de loi pour l’égalité homme-femme -> https://t.co/9Vv7h9uXiF
20:47 Bravo à la Fondation. On ne sait plus quoi… https://t.co/BMEuydKenx
19:58Neuvic : Le revenu des producteurs en débat -> https://t.co/JTLNaLugAJ
19:41Atur : En mémoire des martyrs de la brigade Alsace-Lorraine -> https://t.co/wHO9v114e1
19:36Bassillac : La mémoire d’André Debet honorée -> https://t.co/Z1clq7lB5D
18:35Indre : [intégral] Rendez-vous nocturne avec les professionnels du Bien-être -> https://t.co/FVuEzFTWr6
18:33Indre : Il raconte le stage vu de l’intérieur -> https://t.co/IUd4PG9Zb4
12:35 Bravo aux personnes qui ont su expliquer e… https://t.co/9tuDJI9CfA
12:00 cérémonies du 15 août. Nathalie Marcillac interpréte le Chant des Partisans https://t.co/MXjx7zpgmt
11:34 cérémonies du 15 août défilé avec l'harmonie Sainte Cécile https://t.co/1OFVeU0BuU
11:25Un nouvel article sur le chantier d'Eymet 😃 Merci ! https://t.co/15uxHbgEFG(p%C3%A9rigueux/LEcho-Dord… https://t.co/TSlKHuIGbD

Suicide d’un professeur à Limoges

Ce jeudi matin, vers 6 h, un agent de service du collège Maupassant situé à Limoges, a découvert sous le préau, le corps sans vie d’un enseignant.

Choc. Ce mot résume assez bien l’état d’esprit partagé hier par la communauté enseignante et par les élèves après la découverte de ce drame. C’est en utilisant son code, (l’établissement est muni d’une fermeture par digi-code), que l’enseignement a pu  entrer dans l’établissement afin de se  suicider à l’aide d’un fusil.  Et c’est au petit matin, vers 6h, qu’un personnel d’entretien a découvert le corps sans vie de ce professeur de technologie du collège limougeaud Guy-de-Maupassant. Très choquée, la dame a été prise en charge par les pompiers. Les services de police et l’inspectrice d’académie se sont rapidement rendus sur place. Deux enquêtes sont en cours, une interne de l’Education nationale et une enquête judiciaire menée par la sûreté départementale. Une lettre de suicide expliquant ce geste a été retrouvée.
Les parents d’élèves ont été informés de la fermeture du lieu par SMS, avant 8 heures. Une trentaine d’élèves a tout de même été accueilli, les parents n’ayant pas forcément d’autres solutions que de conduire leurs enfants au collège. Ceux qui se sont présentés ont été dirigés vers le gymnase où une cellule psychologique, qui compte un médecin, une infirmière et une assistance sociale, a été mise en place. Cette cellule est maintenue aujourd’hui, veille des vacances scolaires et sera de nouveau activée à la rentrée si le besoin s’en fait ressentir.

Des problèmes d'ordre privé

Ce drame a donné lieu à une communication du recteur Daniel Auverlot. Il a d’abord tenu à faire part de son émotion et à s’associer à la douleur de tous ceux qui connaissent la victime : «J’assure de tout mon soutien l’équipe de direction, l’ensemble des personnels et élèves du collège», avant d’évoquer le geste fatidique. Il explique que la victime était en arrêt maladie depuis trois semaines après une première tentative de suicide qui lui avait valu une hospitalisation. «Il est arrivé sur l’Académie de Limoges il y a cinq ans», indique-t-il. Il travaillait pour l’Education nationale depuis une dizaine d’années. Daniel Auverlot ajoute que l’homme avait des gros problèmes d’ordre privé et qu’il était «dépressif». «C’était un professeur sans histoire, mais qui avait manifesté son envie d’avoir un poste complet pour pouvoir pleinement s’intégrer plutôt que de devoir faire un service partagé avec un autre collège-lycée de la ville», précise le recteur qui indique également qu’une cellule psychologique pourrait aussi être mise en place  sur ce deuxième site.  A sa connaissance, il n’y avait pas de problème particulier au sein des collèges où il enseignait, ni avec l’équipe pédagogique, ni avec les directions, ni même avec les parents. Nous n’avons pas pu savoir si cet enseignant, syndiqué, avait fait part de problèmes particuliers à son syndicat, notamment sur le malaise que lui provoquait le service partagé. Quoi qu’il en soit, c’est dans ce collège que l’homme de 37 ans a choisi de mettre fin à ses jours, bien qu’il ait été en arrêt maladie. Comme le précise le recteur, l’Académie compte 10.000 personnels, «avec une proportion mineure de gens qui s’y sentent plus ou moins bien», tout en ajoutant, «nous avons un service de médecine de prévention qui peut les accompagner».
Après réunion, il a été décidé que le collège rouvre ce vendredi.

Par Fatima Azzoug

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.