Fil info
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy
15:03Dordogne : Entre colère et exaspération -> https://t.co/NCUw6GWJO9
15:02Dordogne : Dominique Bousquet, pour un dernier mandat à la tête des Républicains -> https://t.co/OPVJXzHbQp
14:54RT : Partons à la rencontre de qui se bougent pour améliorer notre quotidien. Adil, entraîneur de jeunes à… https://t.co/yTLQbQ2euk
14:49Périgueux : Partir des besoins des chômeurs et des entreprises -> https://t.co/XFbbbE1Sbg
10:15MAIRE DE CULAN EN COLERE : depuis une semaine le bureau de poste est fermé, cette situation risque de perdurer… https://t.co/3goxhKCdWH
10:13Guéret : RPG, la radio en plein développement | L'Echo https://t.co/kicpJST4fG via
09:07Cublac : Contre la venue du FN: «Se rassembler autour de projets» | L'Echo https://t.co/hxXDU4c5Bj via
09:00RT : Gros bordel sur . Intercité 3604 supprimé et 3614 50 mn retard. Motif. Panne train de nuit

La Région en «tireur» d’élites

Avec l’assèchement de l’action de l’Etat en matière d’enseignement supérieur, la Région Nouvelle-Aquitaine affirme son rôle, spécifiquement dans le domaine de la recherche et de l’innovation.

Il y a d’abord ce constat, établi par le vice-président de la Nouvelle-Aquitaine en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche. «Sur les 75 universités françaises, il y en a 18 en «première division», (car labellisées au plan national au titre du programme des investissements d’avenir, ndlr).» En Nouvelle-Aquitaine, seule celle de Bordeaux joue à ce titre dans la cour des grands. Mais justement «par sa politique en matière d’innovation et de recherche, la Région veut investir dans d’au-tres pôles d’excellence que celui de Bordeaux-Métropole, assure Gérard Blanchard. On veut créer un consortium. L’idée est de faire travailler nos universités en réseau et de les renforcer par leur domaine de compétence.» Au chapitre des formules dans l’air du temps, on retiendra l’ambition de créer une région plus compétitive et, au titre de l’un des piliers de la stratégie régionale en la matière, le développement «de la société de la connaissance» ou encore «l’émergence et le développement de territoires d’innovation dans la dynamique régionale.»
Concrètement, il s’agirait de valoriser un peu plus les spécificités de chaque territoire en matière d’enseignement supérieur et, dans un monde en concurrence, de favoriser des partenariats. Ainsi, pour Gérard Blanchard, Poitiers est bien placé en matière de numérique et d’éducation, Pau a son mot à dire dans le domaine de l’énergie et de l’environnement et Limoges, bien sûr, dans la céramique. Bon, dans ce domaine, les ressources en terme de chercheurs néo-aquitains hors Limoges se comptent sur les doigts d’une seule main, ce qui devrait singulièrement limiter les échanges.
Mais Gérard Blanchard retient aussi de l’université de la capitale limousine, son Centre de droit et d’économie du sport ou, moins évident sans doute au premier abord, son potentiel dans les sciences humaines et sociales. Qu’il  n’existe désormais plus aucun financement public pour les thésards de sociologie ne l’inquiète pas. Car «la région peut accepter de financer 100% d’une thèse en sociologie. Mais il faut déposer un dossier.» Ensuite, le dossier serait évalué «scientifiquement» par des chercheurs extérieurs à la région histoire de prévenir «les conflits d’intérêt.»
Précisons une chose, en apparaissant comme catalyseur des potentiels universitaires présents sur son territoire, la Région n’interviendra que sur le terrain de l’excellence. Il ne faudra pas attendre son concours pour le premier cycle, là où, faute de moyens, se pose l’épineux problème de l’accueil des  générations à venir.
Concernant l’université de Limoges, Gérard Blanchard préfère retenir sa très belle «performance»... dans la pêche aux financements spéciaux pour ses projets d’excellence. «Avec 4 millions, Limoges fait proportionnellement bien mieux que Bordeaux qui a décroché 6 millions». Un «exploit» qui n’a pas empêché l’université de Limoges de connaître l’austérité budgétaire avec une  réduction de ses maquettes d’enseignement de 17%, avec un gel de postes d’enseignant. Avec la suppression aussi de postes d’agents d’entretien.
Par Jérôme Davoine