Fil info
18:50RT : Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
18:49RT : Le 20/9/17 était arrêté à la préfecture de , il faisait son métier de en filmant… https://t.co/ze1YoNyWTG
18:49RT : A la préfecture de , en Creuse , l’an dernier à la même date, lors de l’occupation par les… https://t.co/sEDGkus9oh
18:49RT : Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
18:12Indre : Une nouvelle association pour les acharnés du jeu -> https://t.co/JaOpdOPM4A
18:07Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
17:30Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
16:11Région : La transition énergétique divise -> https://t.co/NB8561KJHK
16:09# # - -Vienne : L’implication par le dessin -> https://t.co/3h3TQkKXse
15:51Marcillac-Saint-Quentin : Une rue en la mémoire de l’ancienne institutrice -> https://t.co/f3RjRnSEC7
15:47Carsac-Aillac : Les moulins entrent en scène -> https://t.co/Ukmp4T7eMS
15:43Mussidan : La déviation est en bonne voie -> https://t.co/Nwe5gD0Ymm
15:42Dordogne : Une journée pour s’informer sur le mal de dos le 25 septembre -> https://t.co/89CeYCmTrr
15:40Dordogne : Le Périgord s’exporte jusqu’en Australie -> https://t.co/W81TRX9Kj4
15:36Dordogne : La « petite histoire » n’en finit pas de grandir -> https://t.co/sp5jjVhcys
15:33Périgueux : Deux jours pour prendre véritablement soin de soi -> https://t.co/gMUzMdwADs
14:54Saint-Benoît-du-Sault : 130 minots ont repris le chemin du stade -> https://t.co/gGe8tWRHE9
14:52Le Blanc : à quand le retour des coquelicots dans les campagnes ? -> https://t.co/AhSI0EREpq
14:52Pouligny-Saint-Pierre : La commune s'enrichit d'une nouvelle association -> https://t.co/0itB3FKHi6
14:44 😍😍
14:44 Yess
14:43 c'est Martin ? 😱
14:07Périgueux : Des locaux sécurisés et adaptés -> https://t.co/lFf1ComIiO
12:39RT : le bel article de l' pour la Journée Internationale de la Paix https://t.co/Qgnd5U9f7k
12:37RT : Pour le coup, Céline a sans doute la meilleure formule pour parler de : « La merde a de l'avenir, vous ver… https://t.co/TAornnQb8U
12:33RT : Contrairement à ce que je lis et j'entends, non, le ne propose pas d'agir dans le cadre des traités européens… https://t.co/yVJtV5QwsL

Exploitation minière : non merci !

Samedi, l’association Stop Mines 87 animait une réunion publique à La Meyze afin de poser les enjeux du «Permis exclusif de recherche» de minerais accordé par l’Etat à la société Cordier Mines en 2016, sur un territoire toujours pollué par les anciennes e

«La mine : une activité industrielle destructrice de l’emploi, de l’environnement et donc des territoires».
Samedi, c’est une réunion citoyenne   d’information et de mobilisation qu’organisaient à La Meyze, les bénévoles de l’association Stop Mines 87, en présence d’une trentaine d’habitants, élus et agriculteurs du territoire concernés par le projet de recherche minière dit de «Bonneval». Une autorisation accordée en 2016 par l'Etat à la société Cordier Mines, «paravent» de la Montezuma Mining Corporation, société basée... en Australie. Objectif : faire prendre toute la mesure  de ce projet sur un territoire toujours impacté par la présence de déchets des exploitations minières passées, sources de pollution à l’arsenic notamment des cours d’eau, indispensables au dévelopement des nombreuses activités agricoles mises en œuvre au niveau local. «Ici, il y a de l’activité partout : et nous le crions, l’exploitation minière est rigoureusement incompatible avec ce territoire ! On nous répond «mine propre» et «développement de l’emploi. Mais une mine propre, cela n’existe pas. Quand à l’emploi, les habitants n’ont pas attendu l’Etat pour mettre en œuvre leurs pro-pres activités... dans une optique de développement durable, explique Antoine Gattet,  habitant de Saint-Priest-Ligoure et porte-parole de l'association. Donner le permis de rechercher,  c’est aussi indirectement -au vu du code minier- donner le permis d’exploiter cette zone qui représente 300 km2 et 10 communes*, et dont on sait pertinemment qu’elle est aurifère puisqu’elle compte encore quatre concessions actives après avoir connu une dizaine d’autorisations et de permis de recherche par le passé. L’objectif n’est donc pas la louable connaissance publique des richesses de la France, mais bien de définir des zones d’exploitation industrielles privées rentables».
Pour un débat
transparent
Quand 2 400 tonnes d’or en lingots dorment dans les coffres de la Banque de France, les citoyens mobilisés contre ce projet dévastateur demandent juste «qu’on leur foute la paix» et réclament «un vrai débat, en toute transparence», à partir du suivi des anciennes mines par l’Etat, qu’on leur a promis l’année dernière et qu’ils attendent toujours... Comme ils attendent encore le programme des travaux 2018 et le compte rendu des travaux réalisés par Cordier Mines en 2017, qui constituent pourtant une obligation légale.  «J’ai appris incidemment qu’un certain nombre d’agriculteurs de la commune avaient été sollicités par Cordier Mines aux fins de demande de prélèvement sur leur terrain...» souligne Alain Dorange, élu municipal de Ladignac-le-Long et membre de Stop Mines 87. L’association leur a conseillé de refuser, via une lettre type. «Le baratin sur les mines propres, très peu pour nous ! Les anciennes mines ont cessé de fonctionner depuis 2000, mais le lessivage des stériles pollués par l’arsenic continue poursuit Alain Dorange.  Cette eau, en principe traitée par Orano (ex-Areva, ex-Cogema) finit dans les ruisseaux qui aboutissent dans l’Isle pour se jetter ensuite dans la Dordogne.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.