Fil info
21:54Corrèze : La marque OC, c’est pas du toc ! -> https://t.co/oSEu0IE6z8
20:55RT : Champagne-et-Fontaine : un enfant de quatre ans a été grièvement blessé ce soir vers 17 h en chutant d'une dizaine… https://t.co/9QZLJisaw5
19:40 Encore une victime de la chasse...🙁🙁
19:12Champagne-et-Fontaine : un enfant de quatre ans a été grièvement blessé ce soir vers 17 h en chutant d'une dizaine… https://t.co/9QZLJisaw5
19:09RT : ⚡️La est placée en aux orages à partir de 19h. Soyez particulièrement prudent lors… https://t.co/VR6F6KCSUU
19:07Sarlat-la-Canéda : Une mobilisation sans faille pour une famille serbe -> https://t.co/M4ps8gHhar
18:54Valençay : Jacky Chichery a dédicacé son livre à la médiathèque -> https://t.co/Msw7uErCvL
18:50Région : Le renouveau du monde rural -> https://t.co/En8l6pHZjg
18:49Saint-Gaultier : La cité galtoise reçoit le trophée « commune la plus sportive » -> https://t.co/XNcGI7vWHE
18:47Châteauroux : Le PS lance sa campagne « sociale et écologique » -> https://t.co/5zwb1Y14RW
18:44Châteauroux : Des laboratoires flambant neufs -> https://t.co/MW6TqseoFq
16:59Sarlat-la-Canéda : Une année exceptionnelle pour le Festival de Théâtre -> https://t.co/TtLZiynL1I
16:07 Le préfet s'est rendu ensuite dans les locaux de Rivet presse Édition qui imprime à le qu… https://t.co/CeuSvsfmID
15:53Presse et entreprise 🗞️ | Créé depuis 1943, est diffusé sur 5 départements. Seymour MORSY, préfe… https://t.co/vUpsc14zy4
11:43Bergerac : Incendie rue Neuve-d'Argenson -> https://t.co/KQC83d8gJA
11:38Périgueux : Premières rencontres du sport en entreprise à Périgueux -> https://t.co/PKGCtco2io
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ

Le fret ou l’erreur d’aiguillage

Ussac (19)

Le mouvement des cheminots s'est poursuivi hier à Brive (Corrèze) devant  Géodis, filiale de la SNCF. 300 grévistes venus de la région Limousin étaient
présents pour défendre le service public ferroviaire et remettre à l’esprit de chacun l’exemple de l’ouverture à la concurrence du fret ferroviaire.

Pour ce cinquième bloc de grève, les Cheminots avaient décidé de frapper les esprits à Brive (Corrèze) en installant une portion de voie devant Geodis, une filiale de la SNCF. Venus de la Corrèze mais aussi du Lot ou de la Haute-Vienne, près de 300 personnes se sont réunies, hier, à l’appel de la CGT devant les locaux corréziens de Géodis. Une action symbolique dont le point d’orgue a été l’installation d’une voie ferrée de 12 mètres sur l’asphalte à quelques mètres de l'autoroute A 20. Une manière pour les cheminots d’alerter et d’interpeller les usagers sur les conséquences de l’ouverture à la concurrence dans le fret ferroviaire tandis qu’ils luttent depuis plusieurs mois contre celle du transport de voyageurs voulue par le gouvernement.
«En 2007, l’objectif annoncé de cette réforme était de doubler le volume de marchandises transportées par le rail. Sauf que 10 ans plus tard le constat est totalement inverse puisqu’il a été divisé par deux» insiste le secrétaire général des cheminots de Brive, Stéphane Beltran.
«En Corrèze, le volume a été réduit à zéro, là où le site d’Estavel organisait 15.000 tonnes par jour. Désormais tout passe par la route» constate avec amertume le cheminot. A quelques mètres, les traverses sont déversées sur la route et déjà les cheminots s’organisent à la mise en place de la portion de voie. En un temps record, les douze mètres de rail prennent position tandis qu’un très sonore sifflet de train retentit.
Cet abandon du fret ferroviaire, les cheminots l’ont encore en travers de la gorge. L’installation de cette  voie ferrée devant une zone d’activités qui regroupe bon nombre de transporteurs routiers est symbolique à plus d’un titre et en rappelle une autre : celle située juste derrière les quais de chargements... inutilisée aujourd’hui. «Des entreprises locales ont été poussées dehors lors de la mise en concurrence et aujourd’hui lorsqu’elles nous sollicitent, nous ne sommes plus en capacité de répondre à leurs demandes. Le secteur a été laissé à l’abandon !  Et c’est le même schéma qui se dessine pour le transport des voyageurs !» lâche Stéphane Arrivé, représentant CGT des cheminots de Brive.
«Ce qui a été mis en place en 2007  devait être un laboratoire. Cela va être fait pour le transport de voyageurs alors qu’aucune expertise de fond n’a été menée sur l’ouverture à la concurrence dans le fret. En 15 ans l’ouverture à la concurrence a mis le fret ferroviaire au bord du gouffre alors qu’il n’y a jamais eu autant de transports de marchandises. Nous ne sommes pas en opposition avec le transport routier. Le fret ferroviaire ne concerne que les gros volumes sur de longs parcours. Mais aujourd’hui toutes ces marchandises circulent sur la route sans aucune complémentarité» déplore le syndicaliste.
Face au «pacte ferroviaire» que prépare le gouvernement, les cheminots tirent donc la sonnette d’alarme. «Pour imposer leur vision libérale du transport, ils racontent des mensonges sur le statut des cheminots. Elisabeth Borne a été directrice de la stratégie à la SNCF. Les dirigeants qui ont misé sur une politique de casse, doivent désormais prendre leurs responsabilités !» estime le cheminot briviste.
Accrochant un cinquième wagon de grève au train de leur lutte contre cette réforme, les cheminots n’entendent pas désarmer de sitôt et les récentes déclarations du PDG de la SNCF prédisant son terminus d’ici l’été, renforcent leur détermination. «Ces déclarations n’engagent que Guillaume Pepy. Mais ce n’est pas une histoire de calendrier. Nous demandons un arrêt de cette réforme pour enfin discuter celle à mettre en place. Une réforme au service des usagers et de l’aménagement du territoire. Une réforme, il en faut une, mais certainement pas celle-ci. On a vu ses conséquences sur le fret ferroviaire».

Mathieu Andreau

Nike Resurrect the Air Vortex From 1985