Fil info
18:19RT : Déraillement d’un train à Bégaar (40) : le wagon d’ammoniaque évacué mardi matin https://t.co/1F6zmCHEx8 https://t.co/9XSHz12zyg
18:17RT : À Alger, plusieurs dizaines de journalistes et autres personnels de la TV nationale ont manifesté aujourd'hui pour… https://t.co/dNCgsfju3i
18:16RT : Journée Nationale du Sport et du Handicap ce mercredi au champ de juillet . Cette journée a pour objectif d… https://t.co/8f4SbSQmuU
16:29 Eyrolle # - -Vienne : Le voyage de pierre digan premier roman de max eyrolle est paru -> https://t.co/iRyLuxZX5w
16:09Bergerac : Dégradations sur la future mosquée : « Ils n’auront pas notre colère » -> https://t.co/FAgeabA8Qr
16:00Dordogne : Les méfaits de la réforme du ferroviaire -> https://t.co/c1CRO1oDAc
15:48Dordogne : L’occitan vivant et contemporain -> https://t.co/g3gv1aIXrm
10:55Guéret : Une panne de réveil douloureuse | L'Echo https://t.co/j728aOzsqi via
10:28 a commencé en Corrèze. Un spécimen géant a été vu ce matin au pied de la collégiale Sain… https://t.co/gEc1ncGXA9
09:22# # - Grands-Chézeaux : Maçons et paveurs migrants à l’honneur -> https://t.co/liZyD5c2CD
09:18# # - : Un concours de belote qui a fait salle comble -> https://t.co/YkOIdUh1ZC
09:16# # - : L’association des commerçants de la ville mis en veille -> https://t.co/d1Tjql8aKn
09:13Région : Unis pour la maison de santé et pour les services publics de Chabanais (16) ! -> https://t.co/5QOHB586v4
09:10# # - -Anne-Saint-Priest : Editions La Veytizou, la mémoire se perpétue -> https://t.co/AciWv1WdnH
09:02# # - : Faites des Livres 2019 : une formation au Kamishibai, une autre façon de lire -> https://t.co/oGtFwSUjUH
08:58# # - -Martin-de-Jussac : Une fête toujours populaire sous le signe de Panazô -> https://t.co/t0SXJjZyxq
08:55# # - -Vienne : Agathe en concert vendredi à Limoges -> https://t.co/LQWPTocB73
08:53# # - -Vienne : Vendredi à Jean-Gagnant: trio de cordes improvisé -> https://t.co/7FuegBnzdE
08:51# # - : Valoriser les métiers de la salle et des arts de la table -> https://t.co/jgbadjZgmc
07:58# # - -Vienne : Lutte Ouvrière se bat pour une Europe qui porte les intérêts des travailleurs -> https://t.co/cE177b1CfZ
07:55# # - -Vienne : Les Gilets jaunes toujours inventifs -> https://t.co/TXGqMoxu4c
07:53Région : Loger pour rebondir -> https://t.co/YjIvr9MTxT
07:51Région : La Région et le CNRS renforcent leur coopération -> https://t.co/YX8T5WeSVs
07:36 Retrouvez le questionnaire en ligne : https://t.co/fAdpBdQPtk, à vous de jouer !
21:23Naves : L’agglo de Tulle mise sur les circuits courts -> https://t.co/QWWfgVIdne
19:42Boulazac : Souvenir et vigilance -> https://t.co/OUB59l94YS
19:36Périgueux : Ta différence, c’est ma richesse -> https://t.co/IzYsbhRbgm
19:28Trélissac : Besoin d’honnêteté en politique -> https://t.co/SxaTVJI2tz

Stop aux «LGBTphobies»

Chaque année, le 17 mai est consacré à la Journée internationale de lutte contre l’homophobie.

Comme aux quatre coins du pays, plusieurs associations se mobilisent à Limoges pour défendre les droits de celles et ceux qui subissent encore aujourd’hui des discriminations à cause de leur sexualité. Celles-ci sont rassemblées sous le terme de «LGBTphobies».
Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, un collectif d’associations se mobilise afin de promouvoir les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi et transgenres) en France : SOS homophobie, Entr’AIDSida, l’association Pas Sages à Gays», le Planning Familial, la Maison de l’Europe, Amnesty International ainsi que l’association le Refuge ont souhaité mettre leurs énergies en commun pour développer des actions de sensibilisation et de prévention en direction du grand public (voir encadré ci-contre) : «Il faut préciser qu’il y a différentes formes d’homophobie. Il y a celle qu’on va subir par le biais des violences verbales ou physiques mais il y a aussi l’homophobie intériorisée c’est-à-dire celle que l’on s’inflige parce qu’on est dans une difficulté de s’accepter» précise Sylvain Rouilhac, qui représente l’association Entr’AIDSida.
Des statistiques
qui ne rassurent pas
Si on connaissait les persécutions subies par les homosexuels à l’Est de l’Europe, on était peut-être moins conscient à ce que les actes homophobes, et plus largement LGBTphobes, regagnent en intensité en France ces dernières années. Le dernier rapport de l’association SOS homophobie illustre en effet cette triste tendance. En 2016, l’association a recueilli 1.575 témoignages d’actes LGBTphobes, soit 19,5 % de plus qu’en 2015. Après des hausses spectaculaires constatées en 2012 (+ 27%) et 2013 (+ 78%), le niveau tend aujourd’hui à se rapprocher de celui des années précédant les débats sur le mariage pour tous.
D’après ce même rapport, internet demeure le principal contexte d’expression des LGBTphobies (320 cas contre 235 en 2015). En parallèle, les contextes relatifs à la vie quotidienne, mis bout à bout, représentent près de 60 % des cas signalés (45 % des cas l’an passé) : famille (15 %), lieux publics (14 %), travail (12 %), voisinage (6 %), commerces et services (5,5 %) et milieu scolaire (5 %). Les LGBTphobies du quotidien restent encore à un niveau bien trop élevé, surtout qu’aucun espace n’est épargné.
Pour les associations, «la mise en œuvre d’actions concrètes reste indispensable». Elles déplorent d’ailleurs que la hausse du nombre de témoignages relatifs au milieu scolaire (+ 7 %) se double de la répartition de l’âge des victimes qui sont en majorité mineures pour la deuxième année consécutive (59 %). Ici aussi, de tels constats poussent les associations à dire qu’«un travail de sensibilisation et de prévention en milieu scolaire est indispensable».
Quant au profil des victimes, celui de 2016 est comparable à celui de 2015. Il s’agit surtout d’hommes (57 %) qui représentent 60 % des cas d’agressions physiques rapportés, les femmes ne représentant que 27 % des victimes (contre 21 % en 2015). En ce qui concerne l’âge des victimes, environ un tiers ont entre 25 et 50 ans (33 %) et 9 % sont encore mineures.
Comme les années précédentes, le nombre de témoignages de femmes reste minoritaire. En revanche, elles sont plus nombreuses à témoigner dans les contextes lieux publics (28 %), milieu scolaire
(31 %) et famille (41 %). Le nombre de témoignages de personnes trans reste lui aussi faible (64 cas en 2016, soit 4 % des cas recensés).
Pour la région Nouvelle-Aquitaine, la Gironde représente plus de 20 cas recensés. La Haute-Vienne et la Charente-Maritime font partie des 14 départements français pour lesquels près de 20 cas ont été recensés. à noter aussi que la Creuse, la Corrèze, la Charente ou encore la Dordogne représentent moins de 5 cas recensés.
Notons que ces chiffres sont basés sur des signalements et occultent tous les gestes et injures gardés sous silence par les victimes.