Fil info
20:23Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle : Le conseil scientifique de «Nuage Vert» de passage dans le village -> https://t.co/2Swb7VZzE1
20:16Beaulieu-sur-Dordogne : Une histoire de vendange -> https://t.co/4YrpFN1vPF
19:17Dordogne : Radio Vallée Vézère lance un appel aux dons pour sa survie -> https://t.co/cIkF4e02f2
19:16Dordogne : Sarlat à l’heure du 7e art -> https://t.co/9tYXZ0u5BF
18:52Indre : Trois jours de fête et de partage autour des arts et de la culture -> https://t.co/4dKcbwvm2q
18:51Indre : Santé : un référendum d'initiative locale en janvier -> https://t.co/aGWxifLuEP
18:50Indre : Redonner des couleurs aux idéaux communistes -> https://t.co/mQXSjCmdZk
18:48Châteauroux : Un temps de partage en musique -> https://t.co/s92abKZKih
18:02# # - -sur-Gartempe : Les Bandafolies c’est reparti -> https://t.co/x4lhxRI6zR
18:00# # - -Junien : Quelques secrets de fabrication des gants de luxe Agnelle -> https://t.co/dm7qgkpiu3
17:28Secours Populaire : les enfants creusois se mobilisent pour les enfants d'Haïti https://t.co/XEAP9d9t0h
16:26Sarlat-la-Canéda : Concert Arthur H, un « amour de chien fou » -> https://t.co/uO8A7f0BD1
16:06Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front | L'Echo https://t.co/tPXuXizLhG via
15:41Périgueux : Un programme ambitieux en faveur du logement social -> https://t.co/8hIv15CfPA
11:55Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front -> https://t.co/kqVfcpbUNs
10:09RT : Nouvelle AG des . On fait le point sur l'avancée des procédures en cours. Nous décidons ce jour de poursuivre l… https://t.co/beesvl7sjd
09:46RT : Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV
09:13Dans notre édition aujourd'hui : - Centenaire 14-18 : les communes invitées à sonner les cloches de l'armistice - L… https://t.co/btkBoljzOe
09:04Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV

Après les orages, la solidarité

Intempéries en Dordogne

Le centre et le sud-ouest de la Dordogne ont été frappés par de violents orages dans la nuit de dimanche à lundi, provoquant des dégâts conséquents. Il est parfois tombé en deux heures trois mois de précipitations. Mais la solidarité pour nettoyer a vite repris le dessus.

Passées les frayeurs de la nuit, quand des murs d’eau se sont abattus sur quelques secteurs de la Dordogne, obligeant certains à quitter leur maison, il a fallu ranger et nettoyer dès le petit matin. Et c’est spontanément que de nom-breux Périgordins sont allés aider leurs voisins.
On ne sait toujours pas si les Gaulois avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête, mais en attendant, les habitants de la Dordogne ont pu en avoir un échantillon dans la nuit de dimanche à lundi quand, sur les coups d’1 h 30 du matin, des pluies diluviennes se sont abattues sur les secteurs de la Vallée de l’Isle et du Bergacois, là où les sols déjà gorgés d’eau par les orages précédent, n’ont pu absorber les murs d’eau qui tombaient. « C’est la seconde lame qui a été fatale », constate, amer un habitant de Montrem-Montaceix. Dans ce petit village collé à Saint-Astier, ce sont pas moins de 115 millimètres d’eau qui sont tombés en à peine deux heures de temps, soit l’équivalent de deux à trois mois de précipitation.
La conséquence ne s’est pas faite attendre, le petit ruisselet s’est transformé en torrent incontrôlable, qui tout emporté sur son passage et littéralement noyé le centre bourg, non sans avoir inondé une douzaine de maisons. « L’eau était folle », raconte Jacques Ranoux, le maire de la commune, qui s’est levé en pleine nuit pour épauler les pompiers et mettre en sécurité les habitants n’ayant pas d’étage, ainsi que les véhicules.
Plusieurs morceaux de la route située en amont ont été complètement arrachés, caves et sous-sol baignaient sous 50 cm à plus d’un mètre d’eau. Le centre du village n’était plus qu’une immense mare et au milieu de la mairie coulait une rivière. Idem pour l’église. Seule la bibliothèque ne s’en est pas trop mal sortie, grâce à ses huisseries en aluminium relativement récentes qui ont été assez étanches.
Après les premiers gros travaux de déblaiement des cailloux hier matin par les employés municipaux et les élus à l’aide du tractopelle de la commune, hier après-midi, l’heure était au nettoyage des maisons pour les habitants de Montrem. Un peu partout dans le village, on s’affairait à venir en aide à un voisin touché. « J’avais 50 cm d’eau dans le garage », raconte Christian, qui était en vacances la nuit dernière et qui est rentré précipitamment. Résigné, il préfère garder le sourire et salue la douzaine de volontaires qui s’affairent à nettoyer et à tenter de sauver ce qui était rangé dans son sous-sol. « Je ne sais même pas qui sont tous ces gens. Mais cela fait chaud au cœur de coup de main, car il y a urgence à nettoyer ». Sèche-linge, machine à laver, réfrigérateur, un à un les appareils électroménagers sont mis à sécher au soleil. « C’est peine perdue, tout est foutu », reprend Christian, qui espère quand même pouvoir sauver quelques outils. A ses côtés, un voisin le bras en écharpe, va de maison en maison pour prêter sa pompe, celle qui permet d’assécher les locaux en attendant l’arrivée des pompiers qui ont fort à faire sur Saint-Astier, Annesse-et-Beaulieu, Neuvic, Saint-Léon-sur-L’Isle... Toutes les communes environnantes en somme. Celle qui ont été le plus durement touchée. Du haut de ses 91 ans, Guy Bastier fait figure de mascotte. Il a toujours habité Montrem et fait le tour des maisons touchées pour tenter de réconforter tout le monde. Lui qui a toujours vécu ici affirme n’avoir jamais vu un orage d’une telle violence et ne pensait d’ailleurs jamais en voir.
Des scènes comme celle de Montrem, il y en eu beaucoup hier en Dordogne comme par exemple à Saint-Léon-sur-l’Isle ou encore à l’abbaye de Chancelade où les volontaires au nettoyage se sont précipités par dizaines, les bottes aux pieds. Ce qu’ils souhaitent, c’est pouvoir redonner à l’édifice du 12e siècle son lustre et sa splendeur le plus rapidement possible. La tâche sera très longue.

Plus de 400 interventions
Suite aux violents orages qui ont frappé la Dordogne dans la nuit de dimanche à lundi, une centaine de sapeurs-pompiers a été engagée sur le terrain. Hier soir à 18 h, on comptabilisait 415 interventions (dont 149 en cours) pour inondations notamment sur les zones de Bergerac, Périgueux, Bussac et Biras et la vallée de l’Isle. Hier soir encore, malgré l’intervention des services du Département pour dégager les chaussées des coulées de boues et de débris divers, sept routes départementales étaient coupées à la circulation. Les 300 foyers privés d’électricité dans la journée devaient être rétablis dans la soirée. Des orages, mais moins forts, sont attendus aujourd’hui de manière très localisée, dans le sud-ouest de la Dordogne. Enfin, la rivière Isle aval a été placée en vigilance jaune aux crues.