Fil info
07:24Région : Les dirigeants territoriaux francophones se rencontrent -> https://t.co/VuJ3UwXECG
06:52Pour la campagne des , ça chauffe déjà à Saint-Léon-sur-l'Isle. Dans ce bastion la liste sou… https://t.co/wYhb54aML7
06:48Saint-Léon-sur-l'Isle : Le maire sortant raccroche, un de ses adjoints candidat -> https://t.co/I8l8d02mB1
06:20Grun-Bordas : Une famille relogée après l'incendie de la maison -> https://t.co/Q7b914JAtN
06:05De nouveau, appelés cette nuit près de pour un départ d'incendie dans 1 maison. C dans… https://t.co/gPmA5zdzod
06:02Coulounieix-Chamiers : La maison brûle, elle saute du 1er étage près de Périgueux -> https://t.co/4gMR7K5EsL
23:59Creuse : Dîtes-le avec des fleurs... et des arbres | L'Echo https://t.co/paW3435n7a via
23:26 Va falloir remettre les bottes...
20:56 Décidément, entre départs de feu et incendies… C dans : https://t.co/3CUnCABuli https://t.co/9F2oTrL7Ui
20:51La Roche-Chalais : Les 300 m2 sont carbonisés… mais pourquoi ? -> https://t.co/28Xo4JP9HB
20:43Naves : Une rentrée tous azimuts à cheval et sans plastiques ! -> https://t.co/eJ3RJpWX2j
20:32 Avec 2 amis, 1 jeune de en ressuscite les "montres 24 h", qui perm… https://t.co/U2wk0eLS2J
19:24Vézac : Pour le respect des décisions de justice -> https://t.co/lsGusagRaP
19:22Périgueux : La gendarmerie sort de ses murs -> https://t.co/mAPf3VJYBN
19:19Périgueux : La Résistance vue par la jeunesse -> https://t.co/TToaYljkup
19:10Périgueux : Les pompiers de l’extrême sont de simples citoyens -> https://t.co/U6jBWZrcnZ
19:08Périgueux : Financer les retraites par l’égalité salariale -> https://t.co/NLQFbjLKvT
19:05Périgueux : La représentativité en question -> https://t.co/xgTh25PuPc
18:52# # - -Vienne : Bisbilles entre le Département et Limoges Métropole, Des problèmes de financement à la clé p… https://t.co/Fxb3E7qxED
18:52Argenton-sur-Creuse : Le dernier « Stop train » estival a encore mobilisé -> https://t.co/00rb0XyscZ
18:48Gournay : Des déchets que l’on ne peut ignorer et qui doivent diminuer -> https://t.co/vAC7n5YyvC
18:46Châteauroux : Une école de guitare a ouvert -> https://t.co/v59BejC83A
18:44Valençay : Énergies renouvelables : des exemples concrets présentés à E. Wargon -> https://t.co/9nhO3ozr5W
18:20# # - -Vienne : Salaires, retraite, service publics, logement...Mardi, c’est la rue qui va parler : -> https://t.co/ya2DvOZchk
18:14# # - -Vienne : L’aide à domicile, enjeu de société -> https://t.co/IpiecRne7d
18:10# # - -Vienne : Après les discours, la région doit agir -> https://t.co/bhp5AZoFFt
18:09Bergerac : Municipales : PS et EELV franchissent la marche libérale -> https://t.co/BhPA18pN3U
18:02# # - -Vienne : Théâtre de la Passerelle, une saison pour «s’aimer à tort et à travers» -> https://t.co/RNmc0QDgAS
16:01Périgueux : Crèche nouvelle, cuisine externe ? -> https://t.co/jINEBQhAk9
15:56 Martin Lesage, promo Marie Curie à l’ENA, fera sa 1ere sortie terrain à à . Ms les 1è… https://t.co/kLseehDc0Z
15:47France : Le nouveau secrétaire général s'appelle Martin Lesage -> https://t.co/PWZrYwU7Wh
15:46samedi, journée internationale de la Paix, on marche pour le climat et la biodiversité : déclaration à retrouver da… https://t.co/DzFfJi7SE9
15:29Brantôme : Ils ont ressuscité la montre 24h -> https://t.co/JJ90fSgMDl
15:15Boulazac : Le sport véhicule des valeurs importantes -> https://t.co/W3P1A4GeiT
15:14Périgueux : L’artère de tous les déplacements doux à l’honneur -> https://t.co/NzOFF6aong
11:11Corrèze : La Corrèze placée en «risque de feux de forêt très sévère» -> https://t.co/3aL871hw72
10:40Périgueux : « Jamais on n’aurait cru que l’agriculture tournerait comme ça… » | L'Echo https://t.co/Qr2XnVdIpu via

Au service des citoyens oui mais...

Débat de L'Echo sur l'importance des collectivités dans la vie quotidienne

Faire vivre le pluralisme des idées est dans l’ADN de L’Echo qui, pour célébrer son 75e anniversaire, a proposé samedi à Limoges un colloque sur l’importance des collectivités territoriales dans la vie quotidienne. Pendant 2 h, les élus de différentes couleurs politiques ont pu évoquer les difficultés à mettre en place leur politique dans un contexte de baisse de dotations d’Etat et de pression continue. 
 
Animé par François Bussac, directeur de l’hebdomadaire La Nouvelle Abeille, ce colloque a confronté les visions d’élus de la Haute-Vienne, sur 
l’épineuse question du fonctionnement des collectivités dans un contexte de budget restreint. Chacun des intervenants représentant à dessein différents échelons des collectivités du département. C’est ainsi qu’étaient invités à débattre, Sylvie Tuyeras, maire communiste d’une commune rurale de Haute-Vienne, Gulsen Yildirim vice-présidente socialiste du conseil départemental, Pierre Allard maire ADS de Saint-Junien, Emile Roger Lombertie maire LR de Limoges et Gérard Vandenbroucke, président socialiste de Limoges Métropole, par ailleurs vice-président du conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine. Trois heures n’ont pas suffi à aborder en profondeur l’ensemble des problèmes auxquels sont confrontés ces élus pour mettre en place un fonctionnement idéalisé de leur politique. Mais ces trois heures ont tout de même permis de constater que chacun d’eux avaient à cœur de répondre au mieux et, en fonction de leur affinités politiques, aux attentes d’une population exigeante à leur endroit. 
Dans son introduction François Bussac a volontairement évoqué la vision négative qu’avait la population des collectivités en matière de gestion, avant de passer la parole au maire de Limoges interrogé sur la possibilité de moins dépenser. Emile Roger Lombertie a tenu à rappeler que le «collectif» est toujours payé par l’argent du contribuable : «Les collectivités sont des corps vivants qui doivent en permanence s’adapter aux missions de services publics. L’argent des contribuables doit être utilisé le plus correctement possible». Pour lui,  la baisse des dotations est «une grande gifle». Difficile dans ces conditions pour le maire de Limoges de tenir certaines promesses de campagne, comme la baisse des impôts ou la construction d’un centre des congrés. Pour moins dépenser, la Ville a commencé par faire des économies de fonctionnement, comme la plupart des collectivités,   puis par diminuer ses aides aux associations. Pour Pierre Allard, «l’Etat a décidé unilatéralement de la baisse des dotations et du transfert de compétences sans se préoccuper des conséquences sur les territoires.  Certes il faut être en capacité de s’adapter, mais les collectivités travaillent leur développement sur la base de leur moyens.  Et soudain, on leur coupe les vivres» regrette-t-il. Il précise que pour moins dépenser il a lui aussi réduit les frais de fonctionnement, mutualisé lorsque cela était possible et calculé les dépenses aux plus près, «à chaque fois qu’on arrive à faire des économies, on nous baisse encore nos dotations». Et c’est encore plus compliqué lorsque l’on doit gérer une mairie rurale,  avec un petit budget comme le souligne Sylvie Tuyeras : «Nous avons besoin de satisfaire la population, on peut touché a presque rien pour faire des économies, par contre on ne fait plus d’investissement ou on reporte les projets. Pour pouvoir fonctionner, il a fallu augmenter les impôts», déplore-t-elle. Faire des économies pour le Département est complexe, «nous portons des politiques dites de solidarité. Face au défit de la dépendance et à l’explosion du RSA, c’est très difficile lorsque l’ on voit  le nombre de bénéficiaires augmenter alors que les dotations diminuent drastiquement. L’Etat  n’assume pas sa responsabilité en matière d’aide sociale à l’enfance, il se décharge sur nous», explique Gulsen Yildirim. Elle évoque aussi la limitation des dépenses de fonctionnement à 1,2%  fixé par le gouvernement,  liant ainsi un peu plus les mains des collectivités. Le Département a d’ailleurs refusé de signer le pacte financier Etat-collectivités. Pour pouvoir s’en sortir les collectivités n’ont pas d’autres choix que de réduire les frais de fonctionnement et de reporter certains investissements. Bien que le maire de Limoges précise qu’il faut réfléchir avant de différer certains investissements et «se demander quel en serait le bénéfice de rentabilité et de durée dans le temps pour la population». 
La communauté de commune Limoges Métropole, présidée par Gérard Vandenbroucke, est la collectivité qui investit le plus. Ce qui, pour son président est fondamental, car cela fait travailler les entreprises locales. «L’investissement de Limoges Métropole, c’est 75 millions d’euros en 2017. Lorsque l’on utilise l’argent des citoyens, on a le devoir de l’utiliser pour le service des gens. L’obsession de l’économie est permanente, on fait tout ce que l’on peut comme renégocier des contrats. On nous demande de ne pas dépasser les 1,2% mais les gens veulent garder les mêmes services. On fait des progrès pour moins dépenser mais à un moment ce sera au détriment des services rendus», estime le président de Limoges Métropole. Ce que partage Pierre Allard, également vice-président de la communauté de communes Porte Océane du Limousin, «sur la com-com nous avons une équité de traitement à avoir. La mutualisation des moyens et des personnels ne règle pas tout. Aujourd’hui on commence à avoir une baisse des services. Par mesure d’économie lorsque une personne est malade on ne le remplace plus dès le lendemain, mais une semaine après. Lorsqu’on fait des économies on ne peut pas avoir la même qualité de service qu’avant. Il va falloir que la population l’accepte». Comme le souligne Gulsen Yildirim, la gestion des collectivités est contrôlée par divers organismes, dont la cour des comptes, «les élus sont responsables par rapport à la gestion de leur collectivité. Avec moins de moyens  ils doivent rendre attractif leur territoire, je pense aux  ruraux notamment et pour cela il faut maintenir un minimum de services afin de lutter contre la désertification.» 
Sylvie Tuyeras, justement maire d’une commune rurale explique que le budget est soumis à l’équilibre et que le taux d’endettement est plafonné, «ce que nous expliquons à la population. L’Etat «vertueux» fait participer les collectivités à 85% pour le redressement de la dette, en plus on nous demande 11 milliards pour l’amortissement de cette dette et dans le même temps des cadeaux sont faits aux entreprises et aux plus grosses fortunes de France». 
De là, à conclure que cette étranglement des collectivités vise à une recentralisation de l’Etat amorcée depuis une vingtaine d’années, il n’y a qu’un pas que les intervenants ont franchi. Pour Pierre Allard, toutes ces mesures annoncent «une reprise en main de la gestion de nos structures». Gulsen Yildirim estime que la volonté de recentraliser est claire, pour preuve la baisse des 1,2%. Ce que confirme Gérard Vandenbroucke  : «Elle permet de contrôler les dépenses et de peser sur le nombre de fonctionnaires. L’Etat veut supprimer 120 000 fonctionnaires dont 70 000 dans la fonction publique territoriale. Cette main mise du gouvernement, on n’avait jamais vu ça». Sylvie Tuyeras ajoute que ces mesures visent à faire céder les collectivités afin qu’elles se séparent de secteurs rentables, comme la restauration scolaire, au profit du privé. 
Une volonté de recentraliser qui, pour le maire de Limoges, est de la responsabilité du précédent quinquennat.
Fatima Azzoug
D'autres thèmes abordés en accès "abonné".
 
Réagissez à cet article ou envoyez vos commentaires à forum2@l-echo.fr

Air Jordan Spizike 3.5