Fil info
22:23Cyclisme : Degenkolb gagne, les favoris passent -> https://t.co/5rdWwl9WQu
22:20Sport : Deuxième étoile et panache! -> https://t.co/86D7p4X13z
22:15Corrèze : La France championne du monde, Brive et Tulle en liesse -> https://t.co/m171RRQw9T
21:21Ils l'ont fait ! 20 ans après la France est championne du monde de football. Bravo les Bleus ! A Guéret c'est la fo… https://t.co/tyySCsYyMb
21:16Saint-Hilaire-Luc : Le Carré du Fournil, lieu de vie et de culture -> https://t.co/F21Us1kF82
20:41Périgueux : Deux étoiles dans les yeux -> https://t.co/mJqvW2T1yq
20:15RT : 🇫🇷 Paris, Lyon, Marseille, Rennes, Lille... https://t.co/Y515jEMQD4
19:54I posted a new video to Facebook https://t.co/rhzJqMB2E4
19:46RT : fanzone sous un soleil de plomb https://t.co/EPnYunzV4P
19:43Lourouer-Saint-Laurent : Ars : la filière du trad ! -> https://t.co/WMiZqHXi5S
16:30Trélissac : Dernier conseil avant l’été -> https://t.co/p1su7IGDFf
16:29Périgueux : Commémoration a minima -> https://t.co/odlMStUiZ1
16:28Périgueux : Podium 100 % Périgourdin -> https://t.co/c2qc1qvgGH
16:19Montpon-Ménestérol : La pétition pour sauver l’entreprise Grégoire atteint les 500 signatures -> https://t.co/NREmRWW7Qi
15:51Périgueux : La Cgt à Macron : « venez nous voir » -> https://t.co/jrDRympkR1

"Il faut des trains pour tous"

Saint-Sébastien (23)

Des guichets qui voient leurs heures d’ouverture se réduire comme peau de chagrin, des dessertes toujours plus compliquées, le comité de défense de la gare de Saint-Sébastien et autres services publics (Codegass) avait de nouveau appelé avec l’appui des associations de Châteauroux, d’Argenton, de Saint-Sulpice-Laurière à une mobilisation samedi après-midi.
Dans la cour de la gare de Saint-Sébastien (23), les discours font état d’une situation qui de jour en jour se dégrade et la nouvelle grille des dessertes mise en place sur la ligne POLT n’effacera pas les dégradations issues de la grille de juillet 2017 qui a mis Saint-Sébastien à plus de trois heures de Paris. A  Eguzon (36), à Saint-Sulpice-Laurière (87), la situation est quasi identique. Que faire ? Se laisser mourir ? Non, depuis près de vingt ans, les citoyens de ce territoire se mobilisent et vont encore le faire. Après le blocage pendant quelques minutes d’un train, les associations se sont réunies pour constituer une plate-forme d’exigences communes. Parmi celles-ci, associer les associations d’usagers aux réunions nationales, la fin des coupures pour travaux les week-ends de pont, que les trains depuis Paris soit remis à la minute 52, que les interlocuteurs ne se renvoient pas la balle ou encore un forfait réservation. Les associations veulent être également associées à la grille horaire en faisant attention au maillage du territoire et que toutes les gares puissent avoir un aller-retour fonctionnel pour Paris dans la journée. Ces demandes sont «raisonnables et cohérentes», note Bertrand Giraud, président du Codegass.
«Il faut qu’on se retrouve tous pour être un centre de la résistance pour sauver  nos dessertes qu’on nous enlève», lance le représentant d’Argenton-sur-Creuse. Le président de l’Association de défense des services publics et des usagers de Saint-Sulpice-Laurière (ADSPULS) Aimé Lamardelle retrace lui aussi les difficultés, un allongement du temps de parcours, l’augmentation du prix du billet, la nécessité de prendre la voiture, une dégradation des relations TER-grandes lignes... «Nous sommes isolés, paralysés. C’est bien l’hypertrophie des métropoles et la désertification rurale. Peut-on se satisfaire face au mépris et parler d’aménagement du territoire dans nos communes, dans ces conditions là, non !» Il évoque des communes en «état d’urgence» qui demandent un «véritable service ferroviaire de qualité. La ruralité ne doit pas être une fatalité, il faut des trains pour tous !» Pour Vanik Berberian, maire de Gargilesse-Dampierre (36) et président de l’Association des maires ruraux de France, lui aussi de nouveau au rendez-vous, «si on est là depuis 20 ans, c’est le résultat de 60 ans de refus, d’absence d’aménagement du territoire». Il est vrai que les choses ne se sont pas arrangées notamment avec la loi NOTRe et l’éloignement des interlocuteurs, comme les régions qui pour les manifestants ont une responsabilité.
Pour pallier  les horaires réduits du guichet SNCF, un ordinateur a été mis dans le bureau de poste de Saint-Sébastien «rebaptisé Maison de service au public», le Codegass ne veut pas la fermeture de cet outil mais demande le retrait de la SNCF remplacé par la MSA et la CAF «plus indiqué dans un bureau de poste rural comme le nôtre», précise Bertrand Giraud. Philippe Richert de la CGT cheminots retraités prévient que sur la Creuse ce serait moins 42 heures d’ouverture des bureaux de Poste, «ça va être le désert. On est en train de nous enterrer, on a intérêt de se regrouper sinon on n’aura plus rien». La convergence des luttes se met en place.
Des actions sont d’ores et déjà fixées le 22 septembre à Argenton et le 27 octobre à Saint-Sulpice-Laurière.  «La volonté de créer un réseau de mobilisations est essentielle, confie Vanik Berberian. Le combat que nous menons n’est pas ringard, c’est maintenir la flamme. Continuons».
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.