Fil info
22:48International : L’Aquarius veut repartir « au plus tard fin juillet » -> https://t.co/L6bzOStr2v
22:46International : Trump-Poutine : un face-à-face de détente -> https://t.co/Tx4pilXpwv
19:30Région : Avec la mort de l’auteur des faits l’enquête est close -> https://t.co/RX3HdkC3HV
18:32Châteauroux : Sur la voie de l’harmonie avec l’aïkido et les arts martiaux -> https://t.co/BEqnD9GWNZ
18:15Argenton-sur-Creuse : L’AIDAD en recherche d’employeurs -> https://t.co/xng5F78M5P
17:59Indre : A Buzançais, tous européens ! -> https://t.co/xjPbeSRNoG
17:38Bergerac : Victoire des Bleus, parenthèse populaire mais pas amnésique -> https://t.co/LeWCMKAIee
17:34Lubersac : 120 jeunes rugbymen en stage sous le soleil -> https://t.co/WzR5wotPmv
17:25RT : Spéciale dédicace aux identitaires https://t.co/IlqKvbKYQl
17:25RT : ⚠️RETWEET⚠️ MERCI LES BLEUS! Merci de RT cette photo, Pif souhaite retrouver cet homme et lui offrir un abonnement!… https://t.co/qOQHFcXvUt
17:23RT : ⭐️⭐️ https://t.co/4tsbd32l8E
16:29Dordogne : Régressions et destructions -> https://t.co/WN0Ju0syrZ
16:06 des connards de fêtards footeux ont tué et blessé plusieurs personnes
15:59Corrèze : 80.000 € d’aides pour Créa Commerce en Haute-Corrèze -> https://t.co/H3Zug9HPfE

Loup : la colère des éleveurs

La dernière attaque de brebis s’est produite le 31 mai à Sainte-Anne-Saint-Priest en Haute-Vienne chez un éleveur.

Depuis le mois de mars, trois ovins ont été attaqués chez Alexandre Pagnaud, éleveur à Sainte-Anne-Saint-Priest (87).
C’est sur la dernière attaque qu’il a subie le 31 mai dernier au cours de laquelle une de ses bêtes a encore été tuée, que Alexandre Pagnaud éleveur et membre de l’association «Préservons nos troupeaux des loups en Limousin» a communiqué hier, entouré d’au-tres éleveurs. Lorsqu’il a trouvé la brebis, il a suivi la procédure en prévenant la gendarmerie et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage qui a fait ses examens habituels. Par ailleurs, un prélèvement a été effectué par Emilie de Launay, éleveuse qui a aussi subi une attaque dans son troupeau (voir notre édition du 29 mai) et membre de l’association. Ce prélèvement a permis de recueillir de l’ADN du prédateur, ce qui n’est pas toujours le cas, et a été analysé par un laboratoire allemand ForGen qui a donc conclu – ce qui confirme d’autres résultats d’attaques en Haute-Vienne – qu’il s’agit d’un loup d’origine balte, «80% du type de loup français qu’on a sur le territoire» explique Yves de Launay, président de l’association. «On veut nous faire croire qu’il s’agit de chiens errants, mais les services de l’Etat n’ont aucun moyen de nous le prouver» poursuit Yves de Launay qui voit «dans cette omerta» une façon de laisser s’installer le loup. Qui plus est, les différentes analyses montrent, qu’en fonction des attaques, ce ne sont pas les mêmes individus qui ont opéré ce qui prouverait la présence de plusieurs loups. «Il y a deux mâles et deux femelles : l’attaque d’Eymoutiers le 29 avril, c’est par une femelle, celle du 31 mai à Sainte-Anne-Saint-Priest, c’est par un mâle. Il y a quatre ADN différents» abonde Yves de Launay.
«Pour nous, le loup est présent en Haute-Vienne» embraye Alexan-dre Pagnaud. «Il faut que la préfecture prenne ses responsabilités et nous protège» insiste Yves de Launay.
«On demande une reconnaissance des résultats de nos analyses» lance le président de l’association. En effet, lorsque ces résultats ont été connus, il y a une quinzaine de jours, Alexandre Pagnaud les a envoyés à la préfecture. «Mais je n’ai eu aucune réponse.»
«On demande une information des éleveurs, des populations rurales et des riverains» poursuit Yves de Launay ; «une prise en charge de l’Etat des dégâts occasionnés en attendant une reconnaissance de «Zone de présence permanente» ; on demande une autorisation de tir de défense et la mise en place d’une brigade loups. Et puis, si ce sont des chiens errant ou divaguant comme on nous dit, alors que la préfecture nous le prouve et fasse le boulot pour que ça n’arrive plus.»
On l’aura compris, l’association «Préservons nos troupeaux des loups en Limousin» composée d’éleveurs mais pas seulement attend maintenant des réponses et veut surtout alerter tous les éleveurs d’ovins afin qu’ils se manifestent si des attaques surviennent dans leurs troupeaux.
Les attaques dans les troupeaux sont aussi, pour les éleveurs, un traumatisme. «Je ne fais plus ma tournée comme avant, pour voir si tout va bien. Désormais je pars en cherchant si je ne me suis pas fait «prédater» une brebis. Ce n’est pas la même chose» avoue Alexandre Pagnaud. «Moi j’attends qu’on me dise : ok, il y a le loup en Limousin, en fonction de ça, j’aviserai.»
On l’aura compris, le pastoralisme et les loups ne sont pas conciliables pour ces éleveurs qui tiennent au mode de production qu’ils ont choisi et qui permet selon eux, de maintenir la biodiversité en Limousin.
Si vous êtes concernés par le problème ou si vous avez envie d’en savoir plus : association «Préservons nos troupeaux des loups en Limousin» : assoptdll192387@gmail.com
Le but de l’association est de promouvoir la sauvegarde de l’élevage en Limousin face aux grands prédateurs.

Par Christine Audebert

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.