Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Bras de fer engagé autour du maintien des lignes TER

Transport

Ce lundi 8 octobre à Brive, a eu lieu le comité de lignes du bassin de Brive,  concernant les lignes 5, 6, 11 et 25.
Ce comité est l’occasion d’échanges ouverts sur l’état des lignes TER (dont la Région a la charge et dont elle finance les billets à 75%), ainsi que de présenter quelques nouveautés. Ainsi a été annoncé le lancement de la circulation de trains Régiolis sur la ligne Bordeaux - Périgueux - Brive - Tulle - Ussel pour la fin de l’année.
Concernant la ligne Bordeaux - Périgueux - Brive, il est à noter l’ajout d’un arrêt à Limeyrat (24) sur le TER Brive 6h34 - Périgueux 7h40 - Bordeaux 9h02. La correspondance à Périgueux le vendredi a fait l’objet d’une optimisation, et les nouveaux horaires sont : Bordeaux 18h28 - Périgueux 19h44 / 19h53 - Brive 20h49 (correspondance d’une durée de 9 minutes au lieu de 33).

Une ligne 5 sous haute tension

La carte des lignes actuelles révèle un problème d’infrastructure au niveau Brive-Tulle-Ussel et Périgueux-Brive. C’est pourquoi la Région a fait un audit du réseau, qui révèle un investissement nécessaire de 1.143 milliards d’euros pour la prochaine décennie (dont 625 millions d’euros d’ici 2022). Ce montant est la conséquence d’un manque de régénération de certaines lignes «depuis les années 60, de l’aveu même du PDG de SNCF Réseau» constate Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine chargé des transports.
«Cette année, lors des différents dialogues, des élus nous ont expliqué qu’il fallait fermer 9.000 kilomètres de ligne. Ils ont en tête de faire des voies vertes à la place des trains. En ce qui concerne la Nouvelle Aquitaine, je tiens à le dire, c’est non. On ne fermera pas de lignes» assure-t-il.
«La Nouvelle-Aquitaine possède 70 % des petites lignes «UIC 7 à 9» nationales, menacées de fermeture. SNCF Réseau ne joue pas le jeu car ce n’est pas à la Région d’investir dans la rénovation du réseau» juge Martine Contie, élue PCF à Brive.
Interrogé sur le cas préoccupant de la ligne 5 (Limoges-Brive), actuellement coupée à cause d’un affaissement de terrain à Vignols, Renaud Lagrave se veut rassurant. «Nous avons eu une proposition pour financer des travaux d’urgence à hauteur de 4.5 millions d’euros, et nous y avons répondu favorablement pour éviter qu’elle ne finisse comme Pau-Canfranc, fermée pour les 30 prochaines années. Nous prenons nos responsabilités, hors de nos compétences car cet argent viendra à l’intérieur du contrat de plan Etat-région sur des investissements que nous n’avons normalement pas à payer. Nous avons actuellement des équipes à la Région qui suivent ça comme le lait sur le feu pour éviter toute fermeture» promet-il.
Des arguments qui ne parviennent pas à dissiper la méfiance des syndicats, vigilants quant à la préservation de la qualité du service. «On voit bien que nos élus n’ont pas toujours la vision de proximité de ce que met la SCNF sur leur dos. On l’a vu vu durant ce comité, notamment sur plusieurs sujets comme la fermeture des gares où SNCF Réseau empêche ses agents de vendre des billets pour SNCF mobilité. A la sortie ce sont les usagers qui sont pénalisés» déplore Philippe Tillet élu PCF à Brive Agglo.

Prochain comité de ligne du bassin de Limoges (Lignes 1,2,3,8) : le 13 octobre, 142 avenue Emile Labussière, GAIA, maison des Sports. Les usagers ont la possibilité de s’exprimer et faire des propositions en amont de cette réunion sur transports.nouvelle-aquitaine.fr. Retransmision en direct sur le site.