Fil info
22:14 La Corrèze s'incline devant son groupe préféré https://t.co/SHfLEErjCG
20:51 Trop de places assises vendues ce soir pour le concert aux Trois Provinces. Les organis… https://t.co/KMqLYwzL2K
20:46 . Trop de places assises vendues... Les organisateurs demandent à ce que les plus… https://t.co/tvs7v12Ers
20:01 Salle comble ce samedi soir à salle des Trois Provinces. 4000 personnes venues de toute… https://t.co/b2kedDQSTH
17:55Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/Bjy7a3Guk5 via
13:00Région : Le chocolat, un produit courant et pourtant si méconnu | L'Echo https://t.co/yBddTy4LcE via

«110 projets pour les jeunes» essaime en Nouvelle-Aquitaine

économie

Le vice-président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l’économie territoriale, Philippe Nauche, a présenté hier le dispositif «110 projets pour les jeunes».
Initié en 2009 par feu la région Limousin, ce dispositif est aujour-d’hui déployé sur l’ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine. «110 projets pour les jeunes» vise à soutenir des projets de créations et de reprises d’entreprises. La région  propose ainsi un accompagnement personnalisé à toutes les étapes importantes du montage du projet tout comme elle propose d’accéder à des aides financières pour impulser l’idée jusqu’à la création d’activités. Ce dispositif s’adresse à des jeunes de 18 à 30 ans. Philippe Nauche a précisé que la région Nouvelle-Aquitaine avait étendu ce dispositif en 2017,  l’un des enjeux majeurs étant la création d'activité. «42% des salariés de la région travaillent pour des entreprises de petites tailles» dit-il, soulignant ainsi le potentiel non négligeable de ce type de dispositif. Il ajoute qu’un nouvel appel à idées à l’échelle régionale a été lancé, il y a de cela trois semaines. Il s’adresse à tous les jeunes hommes et femmes qui ont une idée ou un projet à vocation économique sur le territoire concerné, et cela quel que soit le domaine d’activité. Pour parler de ce nouvel appel, les représentants de la région ont choisi de le faire au sein de la start-up Onegate située à Ester technopole à Limoges. La start-up est dirigée par deux anciens élèves ingénieurs de l’Ensil, Benjamin Laporte et Arnaud Kazubek. C’est au cours de leurs études que les deux entrepreneurs ont eu l’idée du concept NEOP. Il s’agit d’une serrure électronique destinée aux espaces partagés de collectivités, espaces de coworking, locaux associatifs, terrains de sport etc. «L’idée est de remplacer les trousseaux de clés par son téléphone portable» explique Benjamin Laporte. La conception de cet outil aura demandé deux ans de recherche et de développement, afin de pouvoir être utilisée par tous les téléphones portables. Plusieurs collectivités l’ont déjà installé, «le système a été utilisé plus de 35.000 fois», précise Benjamin Laporte qui ajoute que ce système a été conçu en collaboration avec les utilisateurs et les collectivités. «Le dispositif est autonome. Il suffit de composer son numéro de téléphone sur la borne Neop, numéro préalablement enregistré sur la plateforme de gestion,   celui-ci étant l’ identifiant. Ensuite la plateforme génère un code unique et éphémère qui permet d’ouvrir la porte. Plutôt que d’aller chercher les clés on ne sait où, on les obtient directement sur place, dans la poche, sur le téléphone portable, sans aucune application mobile obligatoire.» Ainsi pour les inventeurs, Neop est une réponse à deux défis majeurs :  l’accès à des espaces partagés et la sécurité. Avec Neop les utilisateurs sont clairement identifiés. D’après les différents retours qu’ils ont pu avoir, les concepteurs indiquent que cette dématérialisation des espaces collectifs fait gagner jusqu’à 60% de temps à ceux qui doivent gérer les plannings et les clés. Si le conseil régional a présenté son dispositif au sein de cette start-up c’est bien évidemment parce qu’elle a reçu une subvention de 10.000 euros.
Fatima Azzoug
L’inscription à l’appel à idées se fait en ligne sur le site de la région nouvelle-aquitaine.