Fil info
15:15RT : Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
15:14RT : Entraînement ce matin au Dorat de l'équipe de France de tonte de moutons et ce, avant le mondial qui va se dérouler… https://t.co/rrOwhYzOPr
12:57RT : Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
12:47Entraînement ce matin au Dorat de l'équipe de France de tonte de moutons et ce, avant le mondial qui va se dérouler… https://t.co/rrOwhYzOPr
12:39RT : Julien Lauprêtre vient de nous quitter. Président du , il était la générosité faite homme. Merci Julie… https://t.co/eL3fTHlzpG
12:39Julien Lauprêtre, président national du Secours populaire est décédé. Il était venu à Limoges en octobre dernier lo… https://t.co/L2QRTXvjqP
12:32L'accident s'est produit à Milhac-d'Auberoche, et non Sainte-Marie...
11:55 : attention, suite à une collision entre deux voitures à Sainte-Marie-de-Chignac, la circulatio… https://t.co/idnzelJlWU
11:25RT : Au coeur de la revolution syrienne: Burning Country. Presentation avec Leila Al-Shami au MGT 26.04 21h https://t.co/u6PolgPAVH
10:35RT : Aux conférences de presse, l’ n’aime pas les questions qui fâchent. a demandé à plusieurs reprise… https://t.co/EmdPzLDPlE
10:34RT : Donc la suppression de l'ISF, c'est "pragmatique". Un cadeau de 33 euros par jour pour les 358 000 Français les pl… https://t.co/RJ9stHviQS
10:33RT : Une conférence de presse sans surprise https://t.co/YSvu6cPGJU
10:33RT : Vous avez tort de dire que est sourd. Il n'est pas sourd. Il entend. Le problème est qu'il n'entend que de… https://t.co/OuIXypL91c
10:33RT : C'est sympa de nous emprunter notre slogan, nous sommes communistes, donc partageurs. Je rêve mieux encore : que… https://t.co/lVjj5H4fY4
05:16 : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver https://t.co/sSWwZ0nll6 via
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.

Elections professionnelles à la SNCF: la CGT dénonce la déstrucuration

Rail

L’actualité ne retombe jamais avec les cheminots. Et c’est encore plus vrai actuellement où plusieurs rendez-vous les attendent. Entre les réformes structurelles de la SNCF et ses conséquences dénoncées par la CGT-Cheminots, les élections professionnelles et les rencontres avec les élus, les syndicalistes CGT n’arrêtent plus.

Considéré comme l’un des moyens de transport les moins polluants, le train n’est pourtant pas la priorité du gouvernement en place. Alors même que la justification de l’augmentation du prix du carburant se trouve dans un respect  affiché des accords de Paris. D’un côté tout est fait pour dissuader les automobilistes de rouler au diesel et de l’autre tout est fait pour les décourager à prendre le train. Cherchez l’erreur. Car, pour pouvoir utiliser les transports ferroviaires, encore faut-il que le matériel, le prix du billet, ou encore les horaires soient en adéquation avec les attentes des usagers. Et c’est bien là tout le problème : «Nous entrons dans une nouvelle période de négociations dans le cadre du pacte ferroviaire, suite au conflit du printemps. Des négociations qui sont ouvertes jusqu’en 2020», précise Loïc Coudert, secrétaire de secteur fédéral CGT des cheminots de Limoges. Ce nouveau pacte, adopté en juin 2018, doit «améliorer le service public ferroviaire».  Pour les syndicalistes cheminots de la CGT, le compte est loin d’être bon. «La reforme du ferroviaire qui va se mettre en place va venir aggraver les conséquences sur la ruralité de nos territoires. La déshumanisation des gares et des trains en est les avatars les plus saillants».  Selon eux, «les négociations en trompe l’œil ont fait le lit de la déstructuration du service public ferroviaire pour la population et de la régression sociale pour les cheminots». Une déstructuration mise en place, comme le souligne Loïc Coudert, avec les réformes structurelles de  2014, celles sur les conditions sociales des cheminots de 2016, et celles enfin de cette année préparant la SNCF à l’ouverture à la concurrence. «Toutes ces réformes ont été votées, dont celle qui impose à SNCF Réseau de ne pas financer le réseau s’il n’est pas rentable !» s’indigne le secrétaire de la région de Limoges, qui rappelle que ces réformes ont été votées par les élus, dont un certain Alain Rousset qui, aujourd’hui, doit s’avaler les conséquences.  Les «petites lignes» (TER), pas très rentables mais essentielles pour de nombreux voyageurs et pour les territoires, sont de la responsabilité des régions, alors que les «grandes lignes» (Intercités) sont de celle de l’Etat. La conséquence : plusieurs lignes sont menacées, ce qui concerne déjà les lignes les plus fragiles comme Brive-Limoges via Pompadour, Limoges/Ussel, Brive/Aurillac, Brive/Périgueux, Limoges-Angoulême ou Guéret-Felletin. «Les déclarations croisées de la région Nouvelle-Aquitaine et de la direction SNCF laissent de forts doutes planer, sur leurs préservations en mode ferroviaire» ajoute Loïc Coudert. Jean-Marc Lahousse, son binôme, ajoute que lors d’un comité de ligne «un des responsables de la SNCF Réseau a dit au sujet de la ligne Limoges/Angoulême qu’il n’y avait pas besoin de trains puisqu’il y avait une 2x2 voies !» Pour lui, pas de doute, la SNCF abandonne la ruralité. «Les réformes successives n’ont pas répondu aux problèmes. Chacune des entités travaille dans son coin. Par exemple le train des auteurs, événement emblématique de la foire du  livre de Brive a été remplacé par un avion. Cela parce que SNCF Réseau a décidé de fermer la ligne POLT pour faire des travaux, ce week-end, sans se préoccuper des besoins de SNCF Mobilité». Les   multiples dysfonctionnements du rail lui font dire «aujourd’hui nous sommes en rupture d’une vision d’un réel aménagement du territoire». Et ce ne sont pas les dernières déclarations de Guillaume Pépy, président de la SNCF, qui vont le rassurer. «Il annonce 21 000 suppressions de postes d’ici 2026». Les syndicalistes estiment aussi que le service public ferroviaire joue un rôle économique important pour le territoire limousin. «Que ce soit sur l’axe PALITO ou pour les dessertes TER, le schéma de desserte n’est pas toujours en adéquation avec les besoins de la population et les enjeux écologiques de notre période». Ils poursuivent également leur combat pour le transport ferroviaire du fret sur ce territoire  pour répondre aux besoins des entreprises. La prochaine étape, l’ouverture du transport de voyageurs à la concurrence  (2020 pour les TGV, 2023 pour les TER) va encore plus déstructurer le maillage territorial, d’autant que les appels d’offres se feront à partir de lots  combinant des lignes. La CGT craint donc pour la cohésion du maillage et du transport.  La CGT des cheminots a sollicité l’ensemble des forces politiques de gauche afin de leur présenter  sa vision du rail. La rencontre avait lieu hier soir. Ils rencontreront aussi les élus régionaux avant la fin de l’année. Vote: mode d'emploiL’enjeu de ces élections pour la CGT-Cheminots est de rester le syndicat majoritaire. Rester le syndicat majoritaire à la SNCF donnerait en effet à la fois toute sa légitimé à la CGT mais la confronterait aussi dans ses actions. «La CGT est la seule organisation syndicale à avoir dit la vérité aux citoyens et aux cheminots» indiquent les syndicalistes. Les élections professionnelles à la SNCF ont lieu du 16 au 22 novembre. La CGT indique  s’inscrire dans un syndicalisme de lutte et non de repli, tant les enjeux de la période sont vitaux pour tous.  La CGT propose aux cheminots d’agir  pour imposer de véritables négociations à partir de leurs besoins. Elle appelle les cheminots à la renforcer pour amplifier le processus revendicatif.  La CGT pense pouvoir conserver sa place de syndicat majoritaire. Les syndicalistes soulignent la progression de la CGT de près de 2 points lors des élections des représentants des retraités. Un succès de la CGT aux élections sera,  selon le syndicat, une marque de désaveu de la politique menée de pair par le gouvernement et la direction de la SNCF et un vote d’espoir pour le progrès social.