Fil info
11:43Bergerac : Incendie rue Neuve-d'Argenson -> https://t.co/KQC83d8gJA
11:38Périgueux : Premières rencontres du sport en entreprise à Périgueux -> https://t.co/PKGCtco2io
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg

Les aveux de la mère de Séréna

Justice

La salle du tribunal est montée en tension en ce troisième jour de procès de Rosa Maria Da Cruz. Le temps des larmes, de la confusion et d’une réalité brutale.

«Il semble qu’il n’y ait pas beaucoup d’empathie pour cette petite fille qui souffre d’un handicap lourd, irréversible. On a l’impression qu’il n’y a pas de considération pour Séréna dans votre famille» a, d’emblée, exprimé le président Gilles Fonrouge face au premier témoin entendu hier matin, Élodie, la nièce de Rosa Maria Da Cruz. La fin de la précédente journée avait entendue s’exprimer plusieurs membres du «clan» Da Cruz, parlant de l’accusée comme d’une «bonne mère de famille», «aimante», «qui s’occupe bien de ses enfants». Une formule qui a largement «gênée» la partie civile et plus particulièrement, Marie Grimaud, l’avocate d'Innocence en Danger. De son côté, la défense choisira le fait culturel, invoquera la «pudeur des sentiments». Pour autant, les larmes ont coulé. Les «valeurs travail et famille» figurent dans ce portrait de famille qui semble être dressé pour la circonstance comme sorti d’une inextricable histoire très «saudade», le romantisme en moins. Un soap sordide et pourtant «authentique». Un terme utilisé par Maître Chassagne-Delpech, appuyé d’une redondance «Vous avez révélé une vraie authenticité» pour qualifier la confusion des propos de sa cliente lors de son interrogatoire marqué de contradictions. Pour l’avocate, tout converge vers un cas de déni de grossesse avec état de sidération à l’accouchement.

"Tout ce que j'ai dit n'est pas vrai"

Aux experts d’expliquer «le rejet-fusion» qui empêche le néonaticide et enferme sa cliente «dans un engrenage». Au terme de cette troisième journée, la défense annonce une demande d’acquittement de Rosa Maria Da Cruz. «Tout ce que j’ai dit n’est pas vrai. Séréna, je ne m’en suis jamais occupée, je ne l’ai jamais tenue dans mes bras ni fait de câlins» «L’avez-vous nourrie?» «Occasionnellement». Lors de ses premières déclarations aux gendarmes en 2013, Rosa Maria Da Cruz racontera son accouchement avec un minimum d’attention envers le nourrisson : elle l’installe un moment sur son ventre, coupe le cordon ensuite, l’enveloppe dans un linge et remonte lui faire un biberon de lait.

Une expulsion devant la machine à laver

Hier, devant la cour et suite à une série de questions de la part du président, elle finira par avouer son mensonge. L’accouchement se résume à une expulsion devant la machine à laver, au cordon coupé rapidement et sans désinfection,  au dépôt de l’enfant sur un matelas. Pourquoi a-t-elle «enjoliver» l’instant ? «Le lieutenant Agnes venait de m’annoncer qu’on allait m’enlever mes enfants, je voulais montrer une bonne image de mère» fut sa réponse. L’avocat général, Olivier Kern reviendra sur cet instant. Au moment des faits, il exerçait la fonction de vice-procureur de la République au Parquet de Brive. Il avait ordonné le placement des trois premiers enfants et la prolongation de la garde à vue des parents. «Vous étiez loin d’être perdue mais plutôt combative» s’est-il souvenu. Il cessera ses questions devant l’incohérence des dires de l’accusée.
Ce qui est complexe à comprendre pour la Cour, c’est le maintien en vie de Séréna et sa dissimulation pendant deux années. Une situation qui laisse à penser que Rosa Maria Da Cruz a considéré son enfant en tant que tel et non comme une chose.
Pour la partie civile, l’engrenage du mensonge se poursuit. «Elle avait la chance d’en sortir. Elle durcit sa position. C’est terrible d’assister à ça» a déclaré Maître Grimaud.

Sabine Parisot

Air Foamposite Pro