Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

SNCF: quel avenir pour le Limousin

La Région Nouvelle-Aquitaine et la SNCF sont actuellement en cours de négociation de la convention qui régira le trafic des TER jusqu’en 2024. Une future convention TER négociée dans un contexte marqué par des menaces sur la desserte fine du territoire et la qualité de service note le comité de vigilance citoyenne.

 
A l’heure de cette future convention TER, «de lourdes menaces pèsent sur le maintien des lignes assurant un service public au sein des territoires» constate le comité de vigilance citoyenne de la région de Limoges.
Le réseau ferroviaire de la Nouvelle-Aquitaine souffre d’un sous-investissement depuis de longues années. Certains tronçons sont aujourd’hui dégradés, provoquant retards et suppressions. Selon le conseil régional, 30 % d’irrégularités seraient liées aux défaillances d’infrastructures.
Selon un audit de SNCF Réseau, 5 lignes sont menacées de fermeture si les opérations ne sont pas lancées d’ici 2020. Un constat mis en avant par le comité de vigilance pour qui cependant, le ferroviaire en Limousin a de l’avenir.
«En effet, les moyens de SNCF Réseau sont alloués aux lignes les plus circulées, laissant aux Régions le soin de financer ou non, la régénération des «petites» lignes TER. Nous sommes d’ailleurs opposés à ce transfert de financement, qui doit rester de la compétence de l’Etat pour garantir un maillage unifié du réseau» note le comité.
Quel service public
au sein des territoires ?
«Le Conseil Régional dit «se heurter à un principe de réalité», renvoyant aux lourds investissements à financer sur les lignes peu circulées, et envisage ainsi à demi-mots un report sur route. Les liaisons vers la métropole bordelaise sont finalement priorisées au détriment de la desserte fine des territoires les plus enclavés de la région» poursuit le comité.
Actuellement en négociation, la future convention fait clairement ressortir que la Région souhaite réduire sa contribution pour un niveau de service qu’elle souhaiterait équivalente. «Ce désengagement risque de se traduire par une hausse du prix payé par l’usager pour le TER. Il semblerait que le niveau de contribution publique de la prochaine convention se rapproche de celui pratiqué par l’ex-Aquitaine. Cette hausse du prix payé par l’usager s’est d’ailleurs déjà manifestée : les Picto-Charentais ont déjà vu certains de leurs abonnements augmenter de 150 % lors de la rentrée 2017.»
Cette baisse attendue de la contribution va également se traduire sur les emplois de cheminots en contact direct des usagers, entraînant une déshumanisation des gares et des quais (fermeture des guichets ou réduction des horaires d’ouverture) et des trains (suppression des contrôleurs à bord sur certaines lignes). Les usagers seront donc incités à utiliser des plateformes digitales pour l’achat de billets, s’informer (perturbations) ou signaler un incident. «Ces tendances ont un impact négatif sur la qualité de l’information et la sécurité, avec des cheminots moins orientés vers le service aux usagers, mais plus sur une lutte anti-fraude, répressive. En résumé, cette logique de suppression de postes nuit mécaniquement à la qualité du service public ferroviaire, proposée aux citoyens.»
En cinq lots
Le pacte ferroviaire mis en place par ordonnance, cette année, ins-taure une libéralisation du marché TER en 2023. La Région affiche, d’ores et déjà, la volonté de morceler le territoire en 5 lots sur lesquels elle pourra, pour chacun d’entre eux, mettre en place des appels d’offres afin de mettre en concurrence la SNCF avec des opérateurs privés. «Ce fractionnement constitue une rupture, puisque la SNCF est historiquement l’acteur unique, offrant un service public intégré sur tout le territoire» abonde le comité de vigilance. 
«La Nouvelle-Aquitaine est la seule région à compartimenter en lots, afin d’y instaurer la concurrence. Nos voisins européens, pourtant à l’impulsion des privatisations, renationalisent     aujourd’hui certaines lignes, à l’image de l’East-Coast (Londres-Edimbourg). Le service catastrophique et la hausse de 30 % des prix des billets en Grande-Bretagne conduisent aujourd’hui 70 % des Britanniques à souhaiter la renationalisation de l’ensemble de leurs chemins de fer.»
Aujourd’hui plus que jamais et alors que se pose avec fracas la question du prix du carburant on sait que la transition écologique ne peut s’opérer sans maintenir et développer le réseau ferroviaire existant, avec une offre offensive et innovante répondant au plus près des besoins des citoyens-usagers.
«Seule une politique de transports basée sur des valeurs de service public permet de développer des modes de transports respectueux de l’environnement. Elle doit s’appuyer sur une volonté forte en matière d’infrastructures et d’un concept de logistique territoriale associé à un système de production performant irriguant le territoire» affirme le comité de vigilance.
 
- Ce comité de vigilance citoyenne régional qui veut impulser des actions communes sur le périmètre de l’ex-région Limousin est composé de la CGT région de Limoges, d’ADS, d’EELV Limousin, d’Ensemble!, du PCF, de la France Insoumise, de Génération.s, du NPA et du parti de gauche.
Les parties prenantes de ce comité s’engagent à constituer des convergences locales avec les forces en présence, «afin de défendre les intérêts de nos concitoyens, sur des valeurs sociales, écologiques et humanistes, tenant compte de notre ruralité.»

Air Max 1 Mid Liberty Max Kicks