Fil info
15:52Coulounieix-Chamiers : A la découverte des richesses du sous-sol -> https://t.co/QH6iQpzk1m
15:45Le Blanc : Une foire-expo en demi-teinte -> https://t.co/6Vq6hQvIvv
15:43La Châtre : Un petit nombre de délinquants exaspère tout le monde -> https://t.co/a3EjfuNANO
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk

Affaire Mis et Thiennot: la justice de classe à l’œuvre

Justice

A l’invitation de la Libre Pensée de la Haute-Vienne Léandre Boizeau, président d’honneur du comité de soutien pour la révision du procès Mis et Thiennot, animera une conférence débat sur l’affaire, après la diffusion d’un documentaire, jeudi 13 décembre à 18h30, salle de conférences de la BFM à Limoges. Léandre Boizeau exposera les dessous de cette affaire et son combat pour la réhabilitation de Mis et Thiennot. Si la Libre pensée de la Haute-Vienne invite Léandre Boizeau à exposer les dessous de l’affaire Mis et Thiennot, c’est parce que, comme l’indique Jacky Texier, le trésorier de cette fédération, «nous l’avions déjà invité le 27 avril 2017 pour parler d’un événement qui s’est déroulé en février 1848. A cette date, les ouvriers  en révolte de Limoges avaient libéré de la prison les émeutiers de la faim de Buzançais. Ces émeutiers avaient été incarcérés à Limoges». Il ajoute «lors de son intervention, Léandre Boizeau avait évoqué le cas de Raymond Mis et de Gabriel Thiennot, ces deux jeunes condamnés pour le meurtre de Louis Boistard, le garde-chasse de la propriété de Jean Lebaudy, riche industriel et propriétaire terrien en Brenne». Les participants très intéressés par l’affaire avaient souhaité en savoir plus, d’où cette seconde invitation. Jacky Texier décrit Léandre Boizeau, comme un homme qui s’est élevé grâce à l’école laïque. L’homme est né dans une famille de forains et deviendra enseignant. Il sera également maire-adjoint du Blanc (36). Engagé au PCF de 1958 à 1983, il quittera le militantisme politique pour celui de la plume, s’intéressant surtout au monde des «petits», de ces «oubliés du champ d’honneur». En 1980 Léandre Boizeau sort le livre «Ils sont innocents» qui reprend l’affaire Mis et Thiennot et dans lequel l’auteur démontre l’innocence de ces deux condamnés. Pour Jacky Texier, cette affaire n’est pas qu’un simple fait divers : «Elle doit être portée à la connaissance du public parce qu’il s’agit là de faits qui sont à la conjonction du social et du politique en ce sens qu’à travers cette affaire on perçoit l’attitude de ceux qui n’ont pas accepté la défaite de la collaboration et règlent leurs comptes grâce au pouvoir qu’on leur a maintenu après la fin de la guerre». Si bien que pour lui, «par certains côtés, elle rappelle le cas de Nicola Sacco et Bartolemeo Vanzetti, ces deux anarchistes d’origine italienne condamnés plus pour leurs opinions politiques que pour des faits avérés». Pour mémoire dans  l’affaire Mis et Thiennot, les faits se sont déroulés le 29 décembre 1946, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, un moment où les rancœurs étaient vives. Gabriel Thiennot,  Résistant communiste, et Raymond Mis, fils d’immigré polonais étaient donc des coupables parfaits.  Jacky Texier rappelle également que le commissaire de la police judiciaire de Limoges, chargé de l’enquête, avait fait allégeance à Pétain. Loïc Leduizet, secrétaire de la Libre Pensée 87, ajoute que les deux accusés n’ont avoué les faits, malgré la faiblesse des preuves incriminantes, qu’après avoir été longuement torturés.  Une affaire qui, entre juin 1947 et juillet 1950,  a débouché sur trois procès en cour d’assises à Châteauroux, Poitiers et Bordeaux. Les deux hommes ont été condamnés et aucune des nombreuses requêtes en révision n’ont abouti. Pourtant, «25 communes de l’Indre ont donné le nom de Mis et Thiennot à une rue, un pont ou une place, alors que les règles administratives interdisent d’utiliser le nom de gens condamnés, pourtant aucune autorité administrative ne s’y est opposée», souligne Loïc Leduizet. Selon lui, cette affaire met en lumière les limites de la Justice. «On est dans une situation où les preuves de leur innocence ne suffisent pas à relancer la Justice. Ce qui pose aussi question sur la justice d’aujourd’hui», ajoute Loïc Leduizet. La Libre Pensée, veut, en proposant cet événement, mettre en lumière cette affaire pour des questions de justice et de mémoire, parce que selon elle, «il n’y a rien de pire que l’oubli pour renouveler les erreurs».