Fil info
15:52Coulounieix-Chamiers : A la découverte des richesses du sous-sol -> https://t.co/QH6iQpzk1m
15:45Le Blanc : Une foire-expo en demi-teinte -> https://t.co/6Vq6hQvIvv
15:43La Châtre : Un petit nombre de délinquants exaspère tout le monde -> https://t.co/a3EjfuNANO
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk

Mobilisation dans des SEGPA toujours soumises à la disette

Education

 

 

Sandrine Morichon (CGT Educ’Action) est intervenue en SEGPA avant de préparer des jeunes au CAP.

Elle connaît donc la pertinence de ces sections d’enseignement général et professionnel adapté qui «remobilisent et donnent envie aux élèves en difficulté. Grâce aux ateliers, on permet à ces jeunes de construire un projet professionnel. Mais là, on s’attaque à l’esprit même des classes de SEGPA.»

Soumis à la rationalisation économique, le rectorat de l’académie de Limoges n’a en effet rien trouvé de mieux que supprimer des heures (pour in fine économiser des postes d’enseignants) dans ces classes-là. «Au départ, le projet était d’enlever huit heures dans chaque SEGPA. Concrètement, cela veut dire pour que les 4es et 3es, les ateliers en demi-groupe ne seront plus possibles, observe Thibault Bergeron (UNSA). Or, c’est précisément ces temps en atelier qui font la plus-value de la SEGPA. «Toucher du doigt le métier, c’est ce qui permet d’accrocher les élèves, de les intégrer en CAP, de les insérer dans la société», assure Marie-Noëlle Caire (FO).

Pour le rectorat, l’idée est officiellement de donner la possibilité aux élèves de découvrir plus de métiers. Sauf que «visiter des entreprises, découvrir des métiers, ça se fait déjà en SEGPA, explique Christophe Tristan (SNEP-FSU). En réalité, rien ne remplace ce qui existe aujourd’hui, c’est-à-dire lier les activités manuelles à l’enseignement général.»

Grâce au «mouvement d’ampleur qui s’est déroulé dans les SEGPA de l’académie, on l’a vu notamment le 24 janvier dernier, le rectorat a reculé et dit maintenant ne plus vouloir supprimer que 4 heures.» Ce qui sur le fond ne change pas grand chose. Car en réattribuant quatre heures sous forme, pour la moitié d’entre elles, d’heures supplémentaires, on fait mine de reculer pour mieux supprimer les postes de ceux qui se retrouveront à la rentrée prochaine en sous-service.

Pour l’intersyndicale FSU-FO-CGT-UNSA qui demande le rétablissement de l’ensemble des huit heures supprimées, cette charge contre les élèves en difficulté représente à la fois un symbole et une incohérence. «On dédouble les classes de CP et CE1 dans les zones prioritaires et encore sans y mettre les moyens puisqu’on vient les prendre sur les écoles rurales et parallèlement on s’en prend à des élèves qui eux aussi en ont besoin, déplore Thibault Bergeron. C’est un très mauvais signal.»

Dans une Education nationale pourtant érigée par le président de la République comme une priorité, rien n’est gratuit, tout est pensé à dessein. Celui des suppressions de postes. «La rectrice dit vouloir cibler le numérique», relève Marie-Noëlle Caire. Mais une fois les câbles de la fibre optique tirés, que deviendra cette main d’œu-vre ? «Là, on aura des élèves qui sortiront du système scolaire sans aucune qualification. On veut les inclure dans le système traditionnel. C’est voué à l’échec.»

J.D.