Fil info
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF

«Aux arts mais citoyens» : imaginer un autre avenir

Université buissonnière

 

De mardi à jeudi, le Carrefour des étudiants de Limoges accueille la 9e université buissonnière des arts de la rue coorganisée par la fédération nationale des Arts de la Rue, Grand’Rue -fédération régionale Nouvelle-Aquitaine et Urbaka, autour du thème de la co-construction des politiques publiques.

250 professionnels de toute la France mais aussi suisses et et belges -artistes, compagnies, techniciens, festivals, lieux de fabrique, etc. s’y rencontreront pour partager les problématiques liées à leurs métiers et échanger avec les représentants politiques issus du millefeuille territorial, autour de la construction des politiques publiques dans le domaine des arts de la rue. «Ces rencontres ont pour premier objectif d’absolument garantir et continuer de garantir la gratuité, qui est toujours menacée, ainsi que la diversité culturelle des arts de la rue sous toutes leurs formes -théâtre, danse, cirque, etc. dans l’espace public souligne Jacques Reix, président d’Urbaka et trésorier de Grand’Rue. Amener la culture dans la rue, c’est respecter les droits culturels pour tout habitant d’être «spect-acteur» comme di-sait Andrée Eyrolle, de spectacles professionnels, qui représentent souvent deux ans et demi de travail... et ont bien évidemment un coût !».

Mardi après-midi, des maires de petites communes seront invités à témoigner autour du thème «Du local à l’international, quelle politique culturelle pour la création artistique en espace public ?» en compagnie de Sophie Bardet, conseillère théâtre cirque et arts de la rue à la DRAC de Poitiers, et Isabelle Jans, coordinatrice d’Aires Libres, Fédération des arts de la rue, des arts forains et des arts du cirque en Belgique francophone. «On a besoin du soutien des politiques tant pour la création, que la diffusion et la programmation. Les tables rondes doivent nous permettre de mieux appréhender les réflexions qui sont menées au niveau politique pour adapter nos propositions mais aussi présenter nos solutions et expertises fructueuses».

Des ateliers «La fabrique d’outils de politique culturelle» aborderont notamment le mercredi après-midi la construction d’outils, techniques ou plans d’action sur la base de présentations d’expériences réalisées.

Avant un point d’information de la CIP (Coordination des Intermittents et Précaires) de Limoges et de la commission Sécurité Sûreté dans l’espace public de la Fédération nationale des arts de la rue. «Nous aborderons bien sûr l’intermittence, mais aussi l’assurance chômage pour tous, que nous portons, pour que chacun puisse vivre dignement» souligne Sébastien Coppolino, metteur en scène et comédien (cie Les Barbus) ajoutant : «la rentabilité de la culture ne se mesure pas en termes financiers, elle est d’abord humaine. Elle se mesure en terme de vivre-ensemble, d’éducation populaire, chaque individu ayant pour but tout au long de sa vie de continuer à s’instruire, à se documenter, à s’élever finalement».

Paul Aries, politologue, interviendra également jeudi sur le thème de la gratuité au service du droit à la culture.

www.federationartsdela rue.org

 

Air Jordan XXXII 32 Shoes