Fil info
15:52Coulounieix-Chamiers : A la découverte des richesses du sous-sol -> https://t.co/QH6iQpzk1m
15:45Le Blanc : Une foire-expo en demi-teinte -> https://t.co/6Vq6hQvIvv
15:43La Châtre : Un petit nombre de délinquants exaspère tout le monde -> https://t.co/a3EjfuNANO
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk

Problèmes du futur, solutions du présent

Journée eau et agriculture

La Chambre d’agriculture de la Dordogne et les structures hydrauliques du département organisaient hier une journée autour de l’eau et de l’agriculture, sujet complexe et primordial dans les zones agricoles que sont nos départements. Un éclairage particulier a été apporté sur les Asa, leurs rôles et l’intérêt de leurs actions.

La gestion de l’eau est une problématique de plus en plus prégnante en ces époques de réchauffement climatique, et si l’état surveille le débit des cours d’eau pour prendre des arrêtés de restriction de prélèvement dans les périodes d’étiage, c’est à chacun de se débrouiller pour son utilisation.
Les agriculteurs, souvent montrés du doigt dès qu’une sécheresse survient, sont depuis longtemps organisés en réseau. Suivant les départements, la façon d'aborder la problématique diffère, mais la finalité reste la même, ne pas épuiser les ressources naturelles, et ne pas se ruiner pour payer cet élément indispensable aux animaux et aux plantes.
Actuellement, les eaux de surface (cours d’eau et leurs nappes) représentent 70 % des prélèvements effectués, les eaux souterraines 15 %, et les eaux stockées autant. Mais les besoins en irrigation vont augmenter pour répondre aux conséquences du réchauffement climatique, à la demande supplémentaire pour l’agriculture et à l’adaptation au contexte économique. Les études menées par Adaptaclima démontrent que le changement climatique représente 30 mm d’eau de pluie en moins l’été, soit une perte de 7,5 millions de m3 pour les surfaces irriguées, et 50 millions pour les cultures pluviales, pour conserver le potentiel agronomique actuel. « Même des départements naturellement irrigués ont aujourd’hui besoin de supplément » note Jean-Claude Blanc, président de l’Asa de France, qui révèle que le Royaume-Uni, pourtant connu pour disposer d’une pluviométrie importante, se penche sur le sujet, après deux épisodes de sécheresse. « L’enjeu est de faire face à ce changement, qui a un impact clair, par le biais d’une gestion toujours plus fine, en cherchant le bon équilibre entre tous ». L’animateur de ce réseau, Marc Polge, insiste pour qu’on n’oppose pas « les agriculteurs aux rivières. Nous devons réfléchir à sécuriser les agriculteurs avec l’irrigation, en préservant aussi les rivières. Ce n’est pas incompatible, mais c’est à travailler ensemble ».D’autant que pour eux, « l’irrigation participe à l’aménagement du territoire ». Une gestion intelligente de l’eau passe par son captage en hiver, quand les cours d’eau sont au plus haut, pour la stocker en prévision du printemps, pas toujours pluvieux, et de l’été, période de moins en moins arrosée. En Dordogne, 80 Asa sont regroupées au sein de l’association départementale d'hydraulique agricole (Adha 24), et cette dernière a anticipé sur des problèmes d’usage à venir en faisant appel à un notaire lors de la création des Asa. En effet, certains systèmes d’irrigation sont en place depuis des décennies, et les tuyaux passent dans des terres qui peuvent parfois entre temps, avoir été vendues pour être construites, créant un conflit d’usage. Adha 24 a donc fait appel à un notaire pour qu’il relève les servitudes d’usage sur les terrains privés, et les dépose aux Hypothèques.

Les ASA
Une Asa est une Association syndicale autorisée regroupant des propriétaires fonciers de terres desservies par un réseau d’irrigation. Elle permet de financer, collectivement, un aménagement public lié au foncier, et de garantir sa pérennité. Considérée comme une administration, c’est une structure de droit public, sectorisée. Suivant les régions, l’irrigation est dite sous pression (c’est le cas en Nouvelle Aquitaine), ou irrigation gravitaire. Les Asa interviennent aussi dans l’entretien des rivières, les Dfci, et la voirie et les réseaux en lotissement.

Le point dans nos cinq départements
Chaque département, et chaque cham-bre d’agriculture, a sa façon d’aborder le problème.
En Corrèze, rares sont les exploitations agricoles à disposer de système d’irrigation individuel (seulement 180) ou collectif (700). Le développement de l’irrigation à partir de retenue collinaire est une priorité pour l’agriculture corrézienne.
En Creuse, c’est le Contrat territorial, outil financier proposé par l’Agence de l’eau Loire Bretagne qui a été retenu, et on en compte actuellement six signés sur le département (Martinats, Source en action, Creuse aval, Petite Creuse et Sédelle), deux sont en cours d’élaboration (Gartempe et Creuse amont), et un en réflexion (Cher amont).
Dans l’Indre, la chambre d’agriculture réalise des messages gratuits de conseils irrigation à destination des agriculteurs du département, pour les aider dans leurs pratiques d’irrigation (analyses climatiques, bilans hydriques, consommation en eau des cultures...), dans un but d’optimisation des ressources. Il permet également de faire un point plus global sur
l’état des ressources en eau de ce département.
En Dordogne, l’Adha 24 regroupe environ 80 Asa, et l’irrigation y concerne près de 2 000 agriculteurs, prélevant 30 millions de m3 par an, soit 0,4 % de la pluviométrie annuelle, et s’appuie sur la présence de 120 réseaux collectifs. La Haute-Vienne compte 5 843 exploitations agricoles, et la gestion de l’eau s’appuie sur la chambre d’agriculture qui a mis en place la certification Area (Agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine) et apporte des informations sur les différentes techniques, et la façon de développer sa propre méthode d’auto-diagnostic.

1 087
C’est le nombre d’Asa recensées en Nouvelle Aquitaine, sur les 4 000 environ existant en France. Elles interviennent dans des domaines qu’elles ont sélectionnés, qui sont principalement, dans nos cinq départements, la gestion de l’eau.