Fil info
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF

Le comité de vigilance ferroviaire dénonce les fausses solutions

SNCF - Région

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le comité de vigilance ferroviaire limousin* ne goûte guère les propositions du député de la Haute-Vienne Jean-Baptiste Djebarri ni les propos d’Alain Rousset, président du conseil régional Nouvelle Aquitaine, ce dernier évoquant l’incompétence de SNCF Réseau concernant l’évolution de l’état de la voie. «A ce jour, les seules informations fiables et précises ont été fournies ou confirmées par des cheminots, en particulier ceux de SNCF Réseau et bien en amont des situations de fermetures forcées, comme nous le vivons sur Limoges - Angoulême et Nexon-Brive», dénonce le comité de vigilance. Sur Nexon - Brive, le comité affirme que le conseil régional était informé depuis plusieurs années «de la suspension d’exploitation à fin 2018, avec un scénario sans travaux. En effet, la situation de l’affaissement du talus de Vignols était imprévisible. A la suite de cet évènement, SNCF Réseau s’engageait à faire les travaux nécessaires pour la reconstruction de celui-ci, si elle avait l’assurance du financement de la régénération du tronçon entre Objat et Saint-Yrieix.»

«Sur Limoges - Ussel, la Région se voile la face.» En cause la négation du diagnostic du réseau  «qui indique un arrêt des circulations sur la ligne, pour le Service Annuel 2022.» Pour le comité de vigilance il sera ensuite bien beau de crier à «l’incompétence de SNCF Réseau en 2022, lorsque les trains ne desserviront plus l’Est haut-viennois et la Haute-Corrèze.»

Par ailleurs, quand le député Djebarri évoque le bus à haut niveau de service, les trains à hydrogène, ou la sous-traitance et la maîtrise d’ouvrage privé, le comité de viligance voit là «une méconnaissance des problématiques des lignes régionales Limousin, qui portent essentiellement sur l’état des voies, la fermeture partielle ou totale des gares et l’absence totale de coordination avec les départements, les entreprises et le monde scolaire et universitaire.» Pire, le comité de vigilance se demande si ces «solutions factices» ne visent pas à noyer le poisson et à gagner du temps. Ainsi «la question des bus à haut niveau de service en ruralité a déjà été posée avec les bus «Macron», qui ont cessé de desservir la Creuse après 6 mois d’exploitation, faute de rentabilité financière pour les actionnaires.» Et donc, remettre cette proposition sur la table «n’est donc pas une réponse adaptée au monde rural. Ce moyen de transport low-cost n’a jamais eu pour finalité de desservir les territoires mais plutôt de remplacer des InterCités.» 

Quant au soi-disant «haut niveau de service», cela apparaît comme une fumisterie «sur des routes secondaires souvent sinueuses où la vitesse est limitée à 80 km/h et traversant des agglomérations.» Sur la sous-traitance de la maintenance et des travaux d’infrastructures, «elle est déjà largement utilisée sur le réseau ferré et pour autant, les problèmes d’état de la voie persistent, voire s’amplifient.» Exemple : «les travaux réalisés en fermeture totale de ligne et externalisation complète sur Limoges -Poitiers, d’avril à juin 2018 ont fait l’objet d’une grosse quantité de malfaçons qui ont eu un impact sur les conditions de circulation et ont dû être repris par les cheminots de SNCF Réseau.»

Plus largement, l’expérience internationale montre que là où le réseau a été privatisé, «les usagers demandent la renationalisation, sans compter le surcoût financier de l’externalisation qui, ce jour, est reconnu par tous.»

Le comité de vigilance ferroviaire limousin estime lui que «le problème de la gestion de ces lignes régionales résulte du non-respect des engagements pris par l’Autorité Organisatrice et l’Etat, au travers des Contrats de Plan Etat Région et dans le non-financement des travaux.» D’où cette adresse  aux autorités régionales et aux représentants de l’Etat de se positionner sur l’utilisation des budgets CPER limousin 2015-2020 et sur la stratégie d’aménagement du territoire pour les zones rurales comme le Limousin.

* Comité de vigilance : CGT région de Limoges, ADS, Ensemble !, EELV, Génération(s), France Insoumiose, PCF, NPA, Parti de Gauche.

 

 

air max 90 essential green