Fil info
15:52Coulounieix-Chamiers : A la découverte des richesses du sous-sol -> https://t.co/QH6iQpzk1m
15:45Le Blanc : Une foire-expo en demi-teinte -> https://t.co/6Vq6hQvIvv
15:43La Châtre : Un petit nombre de délinquants exaspère tout le monde -> https://t.co/a3EjfuNANO
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk

Mobilisation solidaire contre l’expulsion de René Bokoul

Jeudi 14 février, le Préfet de la Haute-Vienne Seymour Morsy recevra une délégation du comité de soutien au peintre René Bokoul, congolais d’origine devenu limousin par adoption réciproque et menacé d’expulsion d’ici la fin du mois. Cette délégation sera soutenue par un rassemblement, devant la préfecture.

 

«Impensable, je ne peux pas croire qu’il s’agisse d’autre chose que d’une de ces ratées qui naissent parfois des lourdeurs administratives françaises». Cette réaction d’un artiste limousin («de souche», selon l’expression à la mode ) à l’annonce de l’ultimatum adressé au plasticien congolais René Bokoul d’avoir à quitter le territoire français d’ici la fin du mois qui vient, résume bien l’incompréhension que soulève ce décret d’expulsion.

Petit rappel des faits. René Bokoul, de son patronyme familial Mahoungou Leticia Paterne, né en 1973 à Brazzaville, est devenu très jeune un peintre important dans son pays. En 2006, menacé de mort par la guerre civile politico-ethnique qui ravage son pays, avec Sassou N’Guesso (la milice des «Cobras») contre Pascal Lissouba (la milice des «Zoulous»), il quitte le Congo pour l’Italie. Puis, en 2012 pour la France.

Un comité national de soutien

Et plus précisément pour le Limousin : il pose ses valises à Saint-Junien en Haute-Vienne. Son intégration y est quasi instantanée : il donne des cours particuliers de technique picturale, anime des ateliers pédadogiques à Saillat-sur-Vienne et à Limoges, organise plusieurs expositions. La préfecture de Haute-Vienne lui décerne un titre de séjour au titre «compétences et talents».

Ce titre est valable trois ans. En 2017, René Bokoul demande à régulariser sa situation. C’est la même préfecture qui lui conseille de demander un droit d’asile, au titre de réfugié politique. Droit qui, un an plus tard, le 13 décembre 2018, lui est sèchement refusé, avec obligation de quitter le territoire sous trente jours. Selon son avocate Blandine Marty, «dans cet arrêté, aucune mention n’est faite de son statut d’artiste, de son ancienneté sur le territoire, ni de ses liens ici».

«Le temps presse»

Des liens qui se concrétisent immédiatement. Un comité national de soutien se constitue aussitôt, à l’appel en urgence de 139 artistes, animateurs culturels, élus politiques et militants syndicaux. A commencer par Pierre Allard, maire de Saint-Junien, de la quasi-unanimité de son conseil municipal et Joël Ratier, président de la communauté de communes Porte Océane du Limousin. Un appel vite fortifié par plusieurs centaines d’adhésions à la pétition «le temps presse». Laquelle pétition demande «que le préfet revienne sur sa décision d’expulsion de René Bokoul et qu’un titre de séjour lui soit accordé, lui permettant ainsi de reprendre ses activités professionnelles».

C’est un lieu commun au «pays des droits de l’Homme» : se vanter d’être la seconde patrie des artistes et intellectuels menacés par des pouvoirs totalitaires, Pablo Picasso, Max Ernst, Mikis Théodorakis, Mistlav Rostropovitch, Pablo Casals, Raoul Hausmann et bien d’autres. C’est le moment de prouver que cette seconde patrie n’est pas sélective.

Pour l’adhésion à la pétition de soutien :

renebokoul87@gmail.com