Fil info
09:00 Non, le n'a pas attendu la 2è mt pour utiliser sa puissance ! Mais c'est en 2è… https://t.co/vZFXAVso8N
07:57# # - -Junien : Ateliers Pêche et Nature : Un succès qui ne se dément pas -> https://t.co/hmNXYND9mL
07:55# # - -Junien : Un parcours du coeur sous la pluie mais avec le sourire -> https://t.co/pspsDFYtAk
07:50# # - -Vienne : La cavalcade, incontournable rendez-vous -> https://t.co/5GDVkNAP1m
00:45RT : Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
23:35Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
20:24Dordogne : Respecter l’autre et la nature pour mieux vivre ensemble -> https://t.co/e1umOUZckg
20:10La Châtre : Cynthia Dauvergne, Miss Pin-up Centre Val de Loire remet son titre en jeu -> https://t.co/61IeEm3YIE
20:09Indre : Marie-Hélène Boulard lutte pour plus de justice sociale -> https://t.co/CtDFCn7AvR
19:27Brive-la-Gaillarde : La victoire en chantant ! -> https://t.co/5g8HlC9RSg
18:54Dordogne : Souper imaginaire pour personnages réels -> https://t.co/o1uTtFLRHQ
18:49# # - : M, seul sur scène ou presque -> https://t.co/0rFlNSMV6r
18:46# # - -Vienne : Nuit européenne des musées, les œuvres d’art se couchent tard -> https://t.co/f5TeQkw7cb
18:11RT : : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
18:09# # - : Le Rallye des pépites monte en puissance -> https://t.co/m2oNnIF65m
18:06# # - -Vienne : «Zizic’land à Chauffaille non ! non ! et non !» -> https://t.co/V9REYpoZ8Y
18:03# # - -Vienne : Mines d'or, pour l’acte officiel d’abandon du projet de Bonneval -> https://t.co/kWzXjbZzx0
17:17Françoise Sivignon, 6e sur la liste , ancienne présidente de Médecins du monde, sera demain lundi à… https://t.co/T1s2O4T8EP
16:55 : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
11:05Dordogne : Sinfonia prend encore de l’ampleur -> https://t.co/Gaim2FJhbm
11:00Dordogne : Les socialistes souhaitent reconstruire après le 26 mai -> https://t.co/hfaD3RLiFj
09:52"Lean forward lad!" mates in canoes adding certain British style & humour to paddling along the Dordogne… https://t.co/P7J3usjasg

Un festival des écritures et des lectures

Francophonies de printemps

Avant le festival d’automne consacré aux Arts du spectacle, les Nouvelles Zébrures deviennent cette année nouveau festival de printemps des Francophonies en Limousin, sous l’impulsion de leur nouveau directeur Hassane Kassi Kouyaté. Lectures, spectacles, stand-up poétique, tables rondes et auteurs sont à découvrir à Limoges, à Bruxelles et Sarrant (32) du 13 au 22 mars.

Après avoir, pendant de nombreuses années fréquenté le festival des Francophonies en Limousin, Hassane Kassi Kouyaté en est depuis janvier le nouveau directeur, succédant à Marie-Agnès Sevestre.

C’est avec la Maison des Auteurs, pilier du festival, qu’il a souhaité pour cette année que les «Nouvelles Zébrures» soient placées sous les signes des écritures et des lectures, avec des espaces de rencontres, de réflexions, de formation, de discussions, de créations mais aussi un lieu de fête.

Pour cela pas question de remettre en cause leur existence, mais de les reconfigurer et de les renforcer en les présentant comme un «festival de printemps» exigeant, ambulant, itinérant et errant peut-

être, mais surtout plus ludique. C’est ainsi que «le Festival des Francophonies en Limousin» pourrait se dérouler en deux temps : avec, un festival au printemps autour des écritures et des lectures francophones et un festival d’automne consacré aux «Arts du spectacle», tous deux ayant la même importance.

Pour sa première année, Hassane Kassi Kouyaté a choisi d’articuler sa programmation autour de «Partir (?)» un thème dont «Quatre auteurs formeront le socle de trois journées, avec leurs mots mais aussi les nôtres» et avec qui nous partiront à la découverte de textes en mouvement.

«Je t’écrirai ce que

je ne sais pas encore»

Le 13 mars, Jérôme Richer et Sonia Bastié accompagneront, pendant une journée, une quinzaine de jeunes vers leur premier geste d’écriture. Ils déambuleront dans la ville pour capturer des émotions nées du mouvement, mais aussi de lieux et chercheront à trouver les mots pour le dire. Accompagnés par des élèves de l’ENSA, les mots deviendront des matériaux et à partir de 16 heures, le public sera invité sous la Tente Berbère de la Maison des Auteurs à découvrir leurs créations, regroupées sous cette affirmation : «Je t’écrirai ce que je ne sais pas encore».

Egalement, pendant la durée du festival, des lectures auront lieu dans les collèges et lycées de Limoges et en région Nouvelle-Aquitaine.

«Un dimanche

dans les pas du zèbre»

La journée du 17 mars sera riche en événements. Accueilli dès 9h30 pour un petit déjeuner, le public se verra proposer «Un dimanche dans les pas du zèbre» : deux parcours à travers la ville, à la découverte des textes de trois auteurs : Sonia Ristic et Jérôme Richer avec, entre les deux un repas partagé, puis David Paquet présentera son stand-up poétique «Le voilier» un manifeste du fragile. A l’issue de cette journée, les participants seront invités à partager des textes «coup de cœur» de leur choix ou leurs propres textes dans l’esprit «Je lis mes mots», pour un moment orchestré par Hassane Kassi Kouyaté.

Le 20 mars, le festival ouvrira la Tente Berbère au projet culturel  «Un pas en avant» avec Balou, Hazane, Moktar, Mariama et d’autres encore qui ont toujours des choses à dire et à écrire et qui nous inviteront à jeter un œil sur une étape de leurs créations. Cette rencontre sera suivie de la lecture de «Maintenant, je sais quelque chose que tu ne sais pas» de Dany Bourdeault, mis en espace par la compagnie Méthylène.

Ce même 20 mars, sera présenté à Bruxelles «La poupée barbue» prix RFI attribué à Edouard Elvis Bvouma en 2017. Créé en lecture lors du festival d’Avignon 2018, et qui nous sera ensuite proposé sous la Tente Berbère le 22 mars. L’auteur camerounais y raconte l’histoire d’une jeune fille dans la tourmente entre la guerre et un viol collectif.

Autre rendez-vous le 16 mars pour une table ronde animée par David Angevin sur cette interrogation : «La révolution numérique bouleverse-t-elle la création littéraire ?».

Pour le président Alain Van der Malière, le festival, ancré dans la ville rayonne actuellement au delà des murs et des frontières. Pour lui, cette nouvelle édition du festival sera «l’ Acte 1 d’une nouvelle ère : il va donner le ton, installer un climat ; une manière de regarder la Cité.»

 

www.lesfrancophonies.fr