Fil info
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM

Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance

Rencontré mardi pour la présentation de son nouveau livre «Carmen et Emilio au cœur de la Résistance», Christian Bélingard, ancien journaliste à France 3 et amoureux de l’histoire des maquis de Haute-Vienne et de Dordogne, revient sur l’histoire d’un couple de Républicains espagnols qui a fait partie de la Résistance en Dordogne.

«Ce livre est une biographie du couple espagnol qui fut à la tête de la Résistance basée au nord de la Dordogne» lance Christian Bélingard avant d’ajouter : «Je ne suis pas un historien mais avec mon vécu de journaliste j’ai pu faire un travail d’investigation profond sur la question des maquis implantés dans la zone». L’auteur s’est basé sur les archives françaises et espagnoles. Aussi, il a procédé à un recueil de témoignages qui a permis de retracer l’histoire passionnante de Carmen et Emilio. L’ouvrage est un hommage aux Républicains espagnols qui ont eu une place majeure dans la Résistance en Dordogne. Le récit revient sur le départ forcé d’Espagne de Carmen et Emilio Alvarez Canosa (dits Pinocha et Pinocho). Après avoir combattu le régime de Franco, le jeune couple espagnol se voit dans l’obligation de s’exiler avec son enfant âgé de quelques mois. Installés en Dordogne, ces derniers se sont très vite engagés dans le combat anti-nazi. Emilio pour sa part fut le commandant du maquis de la région de Sarlande, avec un effectif de plus de 3 000 hommes, ce dernier a pu organiser plusieurs opérations de sabotage, notamment de voies ferrées, et ce, en Haute-Vienne et en Dordogne. De son côté, Carmen était un agent de liaison spécialisée dans la transmission d’informations entre les différentes figures de la Résistance basées dans la région, dont Georges Guingouin.

Coopération

«Nous avons des archives et des témoignages qui prouvent qu’il y a eu des échanges entre Emilio Alvarez Canosa et Georges Guingouin» souligne l’auteur. Cette coopération s’est concrétisée lors du parachutage des conteneurs d’armes par les alliés en faveur des forces de la Résistance au mont Gargan. Ayant reçu la nouvelle, le commandant Emilio Alvarez fort de ces 3 000 hommes mais manquant sévèrement d’armes envoie sa femme pour transmettre le message au réseau de G. Guingouin, ce dernier a répondu favorablement à la demande du chef du maquis de Sarlande. «Emilio a envoyé sa femme Carmen dans un magasin de mode tenu par un membre de la Résistance basé à Saint-Yrieix-la-Perche... Ce dernier étant proche du réseau Guingouin a pu transmettre la demande d’armement faite par le commandant Emilio».

La Résistance en Dordogne est le sujet central de l’œuvre. L’objectif est de montrer comment les premiers maquis ont pu s’organiser dans le département, en dépit de la répression de la Milice et de la Wehrmacht. Une organisation qui finit par déloger l’occupant allemand de Périgueux. «C’est lapreuve que le Sud-Ouest français, fort de la solidarité de ses maquis s’est libéré seul, contrairement à la Normandie et à la Provence qui ont eu l’appui des troupes alliées» conclut C. Bélingard.

 

Légende photo: Christian Bélingard lors de la présentation de son livre.