Fil info
11:03Brive-la-Gaillarde : L’élevage en force en centre-ville -> https://t.co/GWN2M6B5q4
10:55Tulle : La Libération en héritage -> https://t.co/8pGzaLzZ90
09:39📝 [À lire dans ] « Cyril Chauquet ne noie pas le poisson » ⏰ Rdv… https://t.co/cqovk1bTsI
08:20Abjat-sur-Bandiat : Jérôme Lavrilleux : "le Périgord Vert sera le cœur du tourisme de la Dordogne" -> https://t.co/qOEpzKzwIZ
07:28# # - : Des quartiers de la ville au musée -> https://t.co/oX3qh5E3XE
07:25# # - -Vienne : Saint-Léonard à l’heure médiévale... et limousine -> https://t.co/tgAvQwQ8fk
07:24Région : Eymoutiers: un salon du livre original -> https://t.co/HtQfU1N63w
07:21Région : Pacs naturels:Le « Grand Pique-Nique » revient fin août et à la rentrée -> https://t.co/qfcCR8D1rQ
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN

Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance

Rencontré mardi pour la présentation de son nouveau livre «Carmen et Emilio au cœur de la Résistance», Christian Bélingard, ancien journaliste à France 3 et amoureux de l’histoire des maquis de Haute-Vienne et de Dordogne, revient sur l’histoire d’un couple de Républicains espagnols qui a fait partie de la Résistance en Dordogne.

«Ce livre est une biographie du couple espagnol qui fut à la tête de la Résistance basée au nord de la Dordogne» lance Christian Bélingard avant d’ajouter : «Je ne suis pas un historien mais avec mon vécu de journaliste j’ai pu faire un travail d’investigation profond sur la question des maquis implantés dans la zone». L’auteur s’est basé sur les archives françaises et espagnoles. Aussi, il a procédé à un recueil de témoignages qui a permis de retracer l’histoire passionnante de Carmen et Emilio. L’ouvrage est un hommage aux Républicains espagnols qui ont eu une place majeure dans la Résistance en Dordogne. Le récit revient sur le départ forcé d’Espagne de Carmen et Emilio Alvarez Canosa (dits Pinocha et Pinocho). Après avoir combattu le régime de Franco, le jeune couple espagnol se voit dans l’obligation de s’exiler avec son enfant âgé de quelques mois. Installés en Dordogne, ces derniers se sont très vite engagés dans le combat anti-nazi. Emilio pour sa part fut le commandant du maquis de la région de Sarlande, avec un effectif de plus de 3 000 hommes, ce dernier a pu organiser plusieurs opérations de sabotage, notamment de voies ferrées, et ce, en Haute-Vienne et en Dordogne. De son côté, Carmen était un agent de liaison spécialisée dans la transmission d’informations entre les différentes figures de la Résistance basées dans la région, dont Georges Guingouin.

Coopération

«Nous avons des archives et des témoignages qui prouvent qu’il y a eu des échanges entre Emilio Alvarez Canosa et Georges Guingouin» souligne l’auteur. Cette coopération s’est concrétisée lors du parachutage des conteneurs d’armes par les alliés en faveur des forces de la Résistance au mont Gargan. Ayant reçu la nouvelle, le commandant Emilio Alvarez fort de ces 3 000 hommes mais manquant sévèrement d’armes envoie sa femme pour transmettre le message au réseau de G. Guingouin, ce dernier a répondu favorablement à la demande du chef du maquis de Sarlande. «Emilio a envoyé sa femme Carmen dans un magasin de mode tenu par un membre de la Résistance basé à Saint-Yrieix-la-Perche... Ce dernier étant proche du réseau Guingouin a pu transmettre la demande d’armement faite par le commandant Emilio».

La Résistance en Dordogne est le sujet central de l’œuvre. L’objectif est de montrer comment les premiers maquis ont pu s’organiser dans le département, en dépit de la répression de la Milice et de la Wehrmacht. Une organisation qui finit par déloger l’occupant allemand de Périgueux. «C’est lapreuve que le Sud-Ouest français, fort de la solidarité de ses maquis s’est libéré seul, contrairement à la Normandie et à la Provence qui ont eu l’appui des troupes alliées» conclut C. Bélingard.

 

Légende photo: Christian Bélingard lors de la présentation de son livre.

 

Nike Kyrie 4